Fil conducteur : Accueil » Histoire et histoires » L’Armée de l’Air en 1965

L’Armée de l’Air en 1965

Les unités volantes de l’Armée de l’Air, fin-1965

En 1965, la France en a terminé avec les crises causées par les décolonisations. Le pays est également devenu la quatrième puissance nucléaire du globe et a indiqué son intention de s’émanciper en développant sa propre force de dissuasion. Ces deux faits marquants motivent une réorganisation de l’Armée de l’Air, qui est alors en cours.

T6 1959 EALA-7-72_jcg

Pendant la guerre d’Algérie, les pilotes de jet ont fait leur « tour » en unité combattante, tel ce pilote du 2/9 à l’EALA 7/72, en 59.

La fin de la guerre d’Algérie entraîne la dissolution des escadrons d’appui aérien créés en Afrique du Nord et parraînés par les escadres de chasse, ainsi que le rapatriement d’unités engagées dans ce conflit (hélicoptères), avec dans bien des cas leur dissolution (bombardement léger ou moyen). Egalement, des unités de chasse à réaction auparavant stationnées en Afrique (6ème et 7ème escadres) sont redéployées en France.

T-28 513686

A partir de 1960, quatre escadrons d’appui utilisent le NA T-28 Fennec.

Des unités de transport basées au sud de la Méditerranée ont rejoint la France, abandonnant du même coup leur nom de baptème (« Algérie » ou « Sahara »). Enfin, les unités écoles basées au Maroc sont désormais localisées en France, à Tours (Ecole de Chasse, auparavant à Meknès), à Cognac (Ecole de Pilotage, auparavant à Marrakech). L’Armée de l’Air peut enfin regrouper ses principaux « actifs » en métropole, et aurait ainsi la possibilité d’occuper un rôle pivot au milieu des forces aériennes de l’Alliance Atlantique.

Noratlas 1965 152-62WO

Ce Noratlas de l’ET 1/62 Vercors est vu à Bron en avril 1965. Il sera détruit peu après en Mauritanie. Le « Vercors » succède au GT I/62 Algérie.

Cependant, l’Histoire ne se fait pas ainsi : fort d’un appareil de dissuasion indépendant, le général De Gaulle décide de quitter l’organisation militaire intégrée de l’OTAN ; l’annonce en sera faite le 11 mars 1966. Cela va impacter de manière très importante l’organisation de l’Armée de l’Air, même si la France demeure membre de l’alliance. Ces changements débutent en 1964, avec la création de sept grands commandements, au premier rang desquels on trouve : le CFAS (Forces Aériennes Stratégiques), le CAFDA (Défense Aérienne), le COTAM (Transport Aérien Militaire), et bien sûr, la Force Aérienne Tactique (FATAC/1ère Région Aérienne), organisée le 28 juillet 1965. Cette dernière, très importante par les effectifs qui lui sont affectés, a pour mission principale l’appui des forces terrestres nationales en cas d’attaque soviétique sur la zone d’occupation française en Allemagne de l’ouest.

Super-Mystère B2 du 2/5

Au début des années soixante, la défense aérienne par temps clair est assurée par le SMB-2.

Ces différentes composantes sont plus ou moins richement dotées, en fonction des priorités du moment : le CFAS bénéficie d’un effort exceptionnel, avec l’achat de 62 Mirage IVA et de 12 Boeing C-135F. En effet, durant les années 60, ces avions de l’AA sont les uniques vecteurs de la force de dissuasion nationale.

Mirage IIIC 1965 2-EA

Vu à Salon en 1967, l’avion des regrettés « Michel et Ernest » de notre jeunesse

Le CAFDA a reçu lui aussi un gros contingent de Mirage IIIC, destiné à complémenter les Super Mystère B-2 qui deviennent obsolètes, et sont remplacés au fur et à mesure de l’entrée en service des IIIE dans la force tactique.

Mirage IV 1973 AW_mc

Entre 1964 et 1966, pas moins de 9 escadrons de Mirage IV sont mis sur pied.

On remarque d’ailleurs que plusieurs bases abritent à la fois une escadre d’intercepteurs et un escadron de Mirage IV, cette force étant elle-même dispersée en 9 petits escadrons répartis sur tout le territoire métropolitain, pour des raisons évidentes (… et qui devraient le rester …).

RF-84F 28722 33-NO 1961

Du côté de la Reco, le « Savoie » (photo ci-dessus, prise en 1961) et le « Moselle » sont passés sur Mirage. Seul le 1/33 vole encore sur Republic RF-84F, à Luxeuil

L’aviation tactique est en 1965 encore dotée en majorité d’appareils subsoniques (F-84F pour six escadrons), mais la dotation en Mirage IIIE (et IIIR) s’accélère, la mise à la retraite du chasseur US ayant débuté à la mi-65.

F84F 1964 9-BL JCG

Le 30 juin 1965, la 9ème escadre de chasse de Metz se « fait la barrière d’arrêt ».

C’est le F-100 qui constitue encore pour quelque temps le fer de lance de cette force tactique (3 escadrons à partir de 1966). Autre nouveauté, les performances industrielles de la France permettent dorénavant à l’Armée de l’Air de s’équiper majoritairement en avions et en hélicoptères de fabrication nationale, ce qui permet de s’affranchir d’autant mieux des contraintes otaniennes.

Noratlas 130 61-QE

Noratlas 130 61-QE, code du « Poitou »

L’aviation de transport est dotée de 200 aéronefs environ, en grande majorité des Noratlas, avions tactiques de faible tonnage, mais qui permettent la projection rapide de forces aéroportées sur un front qui s’ouvrirait à l’est. L’acquisition de l’avion de moyen tonnage Transall C-160 est d’ores et déjà planifiée (pour la loi de programmes 1965-1970). Pour ce qui est du transport à long rayon d’action, la flotte est hétérogène (Douglas DC-6, Breguet Deux-Ponts, puis DC-8 et C-135F) .

H-34 1971 68-DA mc

Sikorsky/Sud H-34 de l’EH 1/68 Pyrénées

Ainsi, au milieu de la décennie, l’Armée de l’Air achève sa mue en une force aérienne moderne destinée à se mesurer à un adversaire plus fort en nombre mais pas en qualité. La mutation de la force aérienne de combat va s’achever avec le retrait de deux bases allemandes et le rééquipement en Mirage III de quatre nouveaux escadrons. L’arrivée du Transall à la 61ème escadre va bientôt donner une nouvelle capacité au transport tactique.

C160 1968 118-BS_ag

C-160 de présérie au CEAM en 1968

L’organisation autour de la dissuasion ne va pas réduire la capacité des forces tactiques, au contraire : la sortie du système otanien impose de se hisser au meilleur niveau dans les différents domaines. C’est donc ce qui est planifié par la toute jeune Cinquième République. Ainsi, la loi de programme 1965-1970 pour l’Armée de l’Air prévoit-elle la commande de : 60 Mirage IIIE, 25 Mirage IIIB/BE, 20 Mirage IIIR/RD, 30 Mirage F-1, 100 Jaguar, et 40 Transall, entre autres.

Mirage IIIE 1969 3-IC

Les Mirage IIIE qui arrivent en unité portent des décorations … qui piquent les yeux !

Au tournant de la décennie, et pour la première fois depuis sa naissance 35 ans auparavant, l’Armée de l’Air française sera l’égale de la Royal Air Force. Une période unique de stabilité et de puissance aérienne française s’ouvre ainsi en cette année 1965.

….

Tableau récapitulatif des unités à la fin de 1965

Unités de Bombardement fin-1965
Escadron Traditions Avion(s) Base
EB 1/91 Gascogne SAL28 SPA79 Mirage IVA Mont-de-Marsan (1)
EB 2/91 Bretagne Nantes Rennes  = Cazaux (2)
EB 3/91 Beauvaisis VR558 F554  = Creil (3)
EB 1/92 Bourgogne BR35 BR7  Vautour IIB Mérignac
EB 2/92 Aquitaine 4B3 2.I/25  = Mérignac
EB 1/93 Guyenne BR66 BR129 Mirage IVA Istres (4)
EB 2/93 Cévennes VB109 VB125  = Orange (5)
EB 3/93 Sambre BR226 SAL56  = Cambrai (6)
EB 1/94 Bourbonnais BR29 BR123 Avord (7)
EB 2/94 Marne VB107 BR126 Mirage IVA St-Dizier (8)
EB 3/94 Arbois BR127 BR128  = Luxeuil (9)
Unités de Ravitaillement en Vol fin-1965
Escadron Traditions Avion(s) Base
ERV 4/91 Landes SPA Bi54 SAL22  C-135F Mont-de-Marsan (10)
ERV 4/93 Aunis SAL277 SAL10  C-135F Istres (11)
ERV 4/94 Sologne BR44 F465  C-135F Avord (12)
Unités de Chasse fin-1965
Escadron Traditions Avion(s) Base
EC 1/1 Corse SPA88 SPA69  F-84F St-Dizier (13)
EC 2/1 Morvan SPA94 SPA62  =  = (14)
EC 1/2 Cigognes SPA3 SPA103 Mirage IIIC/B  Dijon
EC 2/2 Côte d’Or SPA65 SPA67  =  = (15)
EC 3/2 Alsace Strasbourg Mulhouse  =  =
EC 1/3 Navarre SPA95 SPA153  F-100D/F Lahr (16)
EC 2/3 Champagne SPA67 SPA75  F-100D/F  = (17
EC 1/4 Dauphiné SPA37 SPA81  F-84F  Luxeuil (18)
EC 2/4 La Fayette N124 SPA167  F-84F  = (18)
EC 1/5 Vendée SPA26 SPA124  SMB-2 Orange (19)
EC 2/5 Ile-de-France Paris Versailles  SMB-2  = (20)
EC 1/7 Provence  SPA15 SPA77 Mystère IVA  Ochey
EC 3/7 Languedoc  3C1 SPA38  =  Ochey
EC 1/8 Saintonge  3C2 4C1 Mystère IVA  Cazaux
EC 2/8 Nice  SPA73 SPA78  =  Cazaux
EC 1/9 Limousin  1.I/9 2.I/9  F-84F  Metz (21)
EC 2/9 Auvergne SPA85 2.II/9  F-84F  = (21)
EC 1/10 Valois SPA84 SPA93  SMB-2  Creil
EC 2/10 Seine Cercle de Chasse de Paris  =  =
EC 1/11 Roussillon 1.III/6 2.III/6  F-100D/F  Bremgarten
EC 2/11 Vosges SPA91 SPA97  =  =
EC 1/12 Cambrésis SPA162 SPA89  SMB-2  Cambrai
EC 3/12 Cornouailles Scorpion Dogue  =  =
EC 1/13 Artois SPA83 SPA100 Mirage IIIE  Meyenheim (22)
EC 2/13 Alpes 1.EC 2/13 2.EC 2/13 Mirage IIIE  = (23)
EC 2/30 Rouen Le Havre Cherbourg Caen Vautour IIN  Reims
EC 3/30 Lorraine Metz Nancy Vautour IIN  Reims
Unités de Reconnaissance fin-1965
Groupe Traditions Avion(s) Base
ER 1/33 Belfort  SAL33 RF-84F Luxeuil (24)
ER 2/33 Savoie  SAL6 Mirage IIIR Strasbourg
ER 3/33 Moselle  BR11 Mirage IIIR =
Unités de Transport fin-1965
Escadron Traditions Avion(s) Base
ET 1/61 Touraine VB101 VB113  Noratlas  Orléans
ET 2/61 Franche-Comté SAL19 BR104  =  Orléans
ET 3/61 Poitou 1.IV/15 2.IV/15  =  Orléans
ET 1/62 Vercors SPA Bi55 SAL8  Noratlas  Reims
ET 2/62 Anjou BR131 BR132  =  Reims
ET 2/63 Bigorre VR558 F554  Noratlas  Pau
ET 1/64 Béarn SAL14 SAL18  Noratlas  Le Bourget
ET 2/64 Maine BR237 BR216 Breguet 765, DC-6B  Le Bourget
ELA 41 Verdun ELA41 Broussard, MD.312, C-47, Beech 18  Metz (25)
ELA 43 Médoc ELA43  idem  Mérignac
ELA 44 Mistral ELA44  idem  Aix-Les Milles
EE 54 Dunkerque MF20 Noratlas  Lahr (26)
ELA 55 Beech 18, MD.312  Lahr (27)
ELA 1/56 Vaucluse ELA56 Noratlas, C-47 Persan Beaumont
GTLA I/60 GLAM  (29) Villacoublay
GLA II/60 GAEL MS.760, Beech 18, Broussard Villacoublay
Sections de Liaison et de VSV des escadres fin-1965
Unité Traditions Type(s) Base
SLVSV (35) selon Escadre Paris, Flamant, Broussard selon Escadre
Unités d’Hélicoptères fin-1965
Unité Traditions Type(s) Base
EH 2/67 Valmy  H-34, Alouette II  St-Dizier
EH 3/67 Parisis  H-34, Alouette II  Villacoublay
EH 1/68 Pyrénées  SAL 17  H-34  Pau (30)
EH 2/68 Maurienne  22è EH  H-34  Chambéry (31)
Unités mixtes et Outre-mer fin-1965
Unité Traditions Type(s) Base
EAA 1/21 1.EC 1/20 2.EC 2/20  Skyraider  Djibouti
EAA 2/21  SPA96 SPA12  Skyraider  Madagascar
GAMOM 50  Broussard, Alouette II, C-47  Madagascar
GAM 82 Crocodile EOM 82  Br.763, Alouette II, Piper Aztec  Tahiti
EM 85 Loire C46 2.1/30 (32) Vautour IIA et IIN  Mont-de-Marsan
GAMOM 88 Broussard, C-47, H-19  Djibouti
Ecoles et autres fin-1965
Entité Aéronef(s) Base
Ecole de l’Air G.I.V. 312 Fouga Magister  Salon
Ecole de début G.E. 313 T-6, Fouga  Aulnat
Ecole de Chasse « Christian Martell » T-33A, Mystère IVA  Tours
Ecole de Pilotage G.E. 315 Fouga Magister  Cognac
Ecole de Navigation  G.E. 316  MD.311, C-47  Francazal
Ecole du Transport G.E. 319  MD.311/312  Avord
C.I.E.T 340 C-47, Noratlas  Francazal
C.I.F.A.S. 328 Mirage IVA, T-33A, Noratlas, B-26 Invader  Mérignac
SETT 12/30 Hautvillers T-33A, Fouga  Reims (33)
C.E.V.S.V. 338 T-33A  St-Dizier (34)
CEAM variés Mont-de-Marsan
Ecole des mécaniciens  variés Rochefort

Notes :

(0) Il est possible que ce tableau contienne des erreurs, vous pouvez me les signaler, le cas échéant.

(1) créé le 01/06/64
(2) créé le 01/12/64
(3) créé le 01/06/65
(4) créé le 05/07/65
(5) créé le 01/02/65
(6) créé le 06/07/65
(7) sera créé le 01/06/66
(8) créé le 01/06/65
(9) créé le 01/02/65
(10) créé le 01/06/65
(11) créé le 01/06/65
(12) créé le 01/12/65
(13) sera dissous le 28/02/66
(14) sera dissous le 28/02/66
(15) va devenir le C.I. Mirage 2/102 le 01/04/66
(16) arrivée des premiers Mirage IIIE en décembre 1965
(17) début de transfo sur Mirage III en septembre 1965
(18) arrivée des premiers Mirage IIIE en octobre 1966
(19) début de transfo sur Mirage IIIC en avril 1966
(20) transformé sur Mirage IIIC en novembre 1966
(21) dissous le 30/06/65
(22) échange ses IIIC contre des IIIE entre avril et juin 1965
(23) reçoit ses Mirage IIIE en février-mars 1965
(24) la transfo sur Mirage IIIR a lieu en 1966, l’escadron rejoignant Entzheim
(25) formé à Metz le 01/07/65 à partir de l’ELA 41 et de l’EL 55 de Lahr
(26) l’escadrille électronique est créée le 1er janvier 1964, avec les avions et du personnel de l’ELA 55
(27) a  aussi volé sur 3 Noratlas d’écoute électronique depuis Lahr, avant de les céder à l’EE 54
(29) DC-6, DC-8, Caravelle, MD.312, Cessna 411, Mystère 20, H-34, Alouette III
(30) issu de la 22ème escadre, reçoit ses traditions en 1966
(31) issu de la 22è escadre, assure aussi l’instruction sur hélicoptère moyen
(32) issu de l’EC 1/30 Loire, le 1er juillet 1965
(33) remplace à partir de 1963 le Centre d’Instruction du Personnel Navigant de la Chasse Tous Temps
(34) en juillet 1965, se déplace de Lahr à St-Dizier
(35) Les escadres de chasse et de reconnaissance comprennent chacune une Section de Liaison et de Vol Sans Visibilité dotée de 4 avions ou plus. Voir les historiques sur le Dassault Flamant, le Broussard et le Paris

A suivre: 1975 …

Remerciements: à Michel Cristescu, Eric Bannwarth et Alain Gréa pour leurs archives photos.

Copyright: Alexandre et escadrilles.org, tous droits réservés.

Livres de référence:
L’Histoire de l’Armée de l’Air. P. Facon, 2009. La documentation française, 558pp.
La Force Aérienne tactique 1965-1994. C. Nachbauer & D. Vivier, 1998. Association Point Fixe, 400pp.

Sites de référence: Traditions de l’Armée de l’Air