Fil conducteur : Accueil » Histoire et histoires » Unités de liaison et…

Unités de liaison et d’entrainement dans les escadres de combat (3)

Le Morane-Saulnier MS.760 Paris en escadre

Dans les années 50 la France était en retard sur la Grande Bretagne et les USA dans le domaine des réacteurs de forte poussée, mais Turboméca avait mis au point un excellent réacteur léger dans la gamme des 400/500 kgp, le Marboré. Cet avantage fut intelligemment utilisé pour développer ce qui devait devenir le premier jet d’entraînement biplace ab initio du monde. Des candidats en lice, deux appareils émergèrent rapidement : le Morane-Saulnier MS.755 Fleuret (premier vol MS.755 n°01 le 26 janvier 1953) et le Castel-Mauboussin (Fouga) CM.170 Magister (premier vol CM.170R n°001 le 23 juillet 1952). Ce dernier l’emporta grâce, notamment à sa configuration en tandem, imposée par l’état major de l’Armée de l’Air et connut une longue carrière qui nécessiterait un (ou plusieurs) articles spécifiques. Le candidat malheureux qui retenait la disposition « côte à côte » déboucha sur le quadriplace MS.760 Paris (29 juillet 1954, premier vol du MS.755 n°02 modifié en quadriplace MS.760 Fleuret II); l’appareil, rebaptisé « Paris » le 23 septembre 1954, sera considéré comme le précurseur des jets d’affaire.

MS.755 Fleuret

Le MS.755 N°01 biplace «côte à côte», concurrent du Fouga Magister

Le « Paris » a surtout été utilisé pour les liaisons rapides par les civils et les militaires de plusieurs pays. Le Brésil et surtout l’Argentine l’employèrent également pour des missions d’entrainement, d’assaut et de photographie. En France, l’Armée de l’Air passa en juillet 1956 une commande pour 30 appareils qui sera complétée en 1969 par le rachat de 21 « Paris » de la Force Aérienne Brésilienne. Ces appareils seront principalement affectés au GAEL et dans les unités de liaison (ELA55, EL41, 43 et 44) mais nous allons ici nous intéresser plus particulièrement à l’histoire mal connue des « Paris » dans les SLVSV (sections de liaison et de vol sans visibilité) des unités de combat.

Curieusement les deux frères ennemis ont eu dans ce domaine un rôle complémentaire, le Morane inaugurant dans la plupart des escadres de chasse la fonction de jet de liaison en plus du rôle d’entrainement au PSV puis, lorsque le Fouga sera disponible en nombre suffisant – à partir de 1965 (après avoir complété la dotation des écoles de pilotage), ce dernier prendra durablement la succession et cela jusqu’à son retrait. Les vieux « Paris » des unités de liaison, cédant la place à des appareils moins gourmands en kérosène, reviendront alors dans les unités de combat jusqu’à leur extinction, en 2001; pour des raisons d’économie ils ne seront pas remplacés.

MS.760 10e EC

Le MS.760 n°36 de la 10ème EC photographié à Sétif le 28.06.1960 par Bernard Chenel montre bien l’ambigüité des premières immatriculations des « Paris » en EC: en effet « Y.36 » était portée par cet appareil au GAEL (pour F-RABY) avant d’être transféré à la 10ème EC, le 05.10.1959 et son immatriculation est devenue F-UHKY

I. MS.760 Paris dans les escadres de Chasse (première période: 1959-67)

Cette première période d’utilisation du Paris (exclusivement des MS.760A Paris I) dans les SLVSV des Escadres de Chasse et de Reconnaissance correspond au désengagement de la France de l’organisation intégrée de l’OTAN et au retour de RFA de plusieurs unités navigantes en métropole, mais elle coïncide aussi avec le retrait des forces stationnées en Algérie et une importante réorganisation de l’Armée de l’Air qui s’appuie sur les Escadres.

Au début, les MS.760 des escadres conservaient la décoration du type GAEL, d’où provenaient souvent les appareils (grande lettre correspondant à la fin de l’immatriculation de l’avion et n° de série) ce qui ne facilite pas l’identification de l’unité utilisatrice. Les insignes des futures « SALE » n’étant pas encore créés, les utilisateurs préféraient souvent l’insigne composite d’un des escadrons (voir : 1è EC, 4è EC et 33è ER) à l’insigne officiel d’escadre (écussons – voir 2è EC), et souvent ils ne porteront pas d’insigne du tout.

  • 1ère Escadre de Chasse, St Dizier, SLVSV codes F-UGDA à -UGDZ.

Deux « Paris » sont reçus en octobre 1959 (n°35 et 38) pour être rendus en 1960/62. L’unité sera dissoute le 28 février 1966. Le N°38 « 1-DD » de cette unité à probablement reçu la décoration la plus réussie des « Paris » en escadre.

MS.760 1e EC

Le n° 38 de la SLVSV 1ère EC (aux couleurs de l’escadron « Morvan »). Outre le n° de série sur le fuselage et le code escadre « 1-DD », il cumule les décos type « Mistral » (insigne composite sur la trappe du train avant), du type « Thunderjet » sur les bidons et la décoration de dérive de couleur jaune comme sur les F-84F (en arrière-plan), drapeau de dérive compris.

  • 2ème EC, Dijon,. SLVSV, codes F-UGHA à -UGHZ.

Le n° 35 est affecté d’août 1960 à juillet 1962; c’est la période de la transition de l’escadre du Mystère IVA au Mirage IIIC.

MS.760 2e EC

Le « 2-HC » n°35 porte l’insigne de l’escadre, les éclairs sur les bidons sont rouges bordés de jaune (décoration type « Ouragan »). Tous les Paris portaient le drapeau de dérive pendant leur première période en EC.

  • 3ème EC, Lahr (elle ne rejoindra Nancy-Ochey qu’en 1967).

Il n’y a pas de code spécifique pour la SLVSV et ceux des escadrons sont utilisés: F-UGIA à Z pour le « Champagne » et F-UGJA à Z pour le « Navarre ». Elle utilise deux « Paris » (n° 73 et 93) de juillet 1961 à août 1962. Les immatriculations étaient F-UGIU pour le n°73 et F-UGJU pour le n°93.

MS-760 EC 2/3

Ce MS.760 du « Champagne » porte son insigne d’escadron comme les F-100 de l’unité

  • 4ème EC, Bremgarten puis Luxeuil (à partir de juin 1961), SLVSV codée F-UGWA à -UHWZ.

Un « Paris », le n° 30, a été affecté de mai 1960 à août 1962.

  • 5ème EC, Orange-Caritat, SLVSV était codée F-SDGx puis F-UGMx.

Elle fut avec la 10ème EC le plus gros utilisateur du « Paris »; en effet les autres EC avaient toutes rendu leurs « Paris » en 1962, alors que ces deux unités du CAFDA les ont conservés jusqu’en 1966/67. La Quatre « Paris » ont été utilisés de mai 1960 à janvier 1967 (n0 24, 34, 35, 94).

MS.760 EC 1/4

Le n°30 « B.30 » a gardé le type de codage du GAEL d’où il provient, seul la lettre a été changée pour correspondre à la nouvelle immatriculation F-UGWB dans la tranche allouée à la SLVSV de 4ème EC ; l’insigne composite du « Dauphiné » porté sur le nez à la manière des « Ouragans » de l’escadron est la seule marque distinctive de l’unité.

  • 8ème EC, Meknés puis Nancy (à partir de novembre 1961), SLVSV codée F-TEOA à -TEOZ.

Le MS-760 n° 91 est utilisé de juillet 1961 à juillet 1962. Il a d’abord été basé à Metz puis à Nancy-Ochey (novembre1961).

  • 9ème EC, Metz, SLVSV codée F-UHDA à -UHDZ.

La « 9 » est installée à Metz en 1956 puis dissoute le 30 juin 1965. Un seul  » Paris » a été utilisé, le n° 44 de mars 1960 à juillet 1962. La seule photo connue est du SHAA : l’appareil (N°44- FUHDB) ne porte que l’immatriculation « 9-DB » à l’avant du nez (même type de marquage que sur les T-33 de l’unité).

MS.760 5e EC

Nous retrouvons le n°35, transféré fin mai 1960 de la 2ème à la 5ème Escadre et recodé « 5-GH ». Il est vu à Orange-Caritat avec son ancienne décoration sur les bidons.

  • 10ème EC, Creil, SLVSV codée F-UHKA à Z et F-UIKA à -UIKZ.

Six MS-760 sont affectés d’août 1959 à juillet 1966 (n° 23, 24, 27, 29, 36 et 92).

MS.760 10e EC

Le « 10-KY » n°36 de la 10ème EC. On peut comparer avec le marquage « type GAEL » du même avion sur la photo n°2.

  • 11ème EC, Bremgarten, SLVSV codée F-UHOA à Z.

L’escadre est formée à Reims le 1er août 1952, elle est transférée à Bremgarten (RFA) en juin 1961, puis à Toul en 1966. Le « Paris » n° 92 lui est affecté d’août 1961 à août 1962.

  • 12ème EC, à Cambrai depuis juillet 1953. La SLVSV est codée F-UHXA à -UHXZ.

Les  » Paris » n° 34 et 45 sont utilisés de décembre 1959 à août 1962.

MS.760 12e EC

Le « 12-XD » n°45 de la SLVSV-12èmeEC.

  • 33ème ER, à Lahr puis Strasbourg (à partir de mars 1960), SLVSV codée F-UIXA à F-UIXZ.

Deux MS.760 (n° 26, 29) pris en compte en septembre 1959 puis un 3ème en mars 1961 (n°73). Un accident mineur est enregistré avec le n° 29 le 24 mai 1960. Le dernier « Paris » s’en va en août 1962.

MS.760 ER 2/33

Le n°26 (F-UIXA) du 2/33 Savoie.

Un tableau récapitulatif de Bernard Chenel (14.11.2013)

Le MS.760 en unités de combat (1ère période)
arrivée unité immat. départ remarques
23 15.05.64 10è EC  F.UIKY 22.07.66 livré ELA 43 (F.SCBA)
24 01.08.59
01.07.64
jj.05.66
EC1/10
5è EC
5è EC
 ?
F.SDGJ
F.UGMH
30.09.59
jj.12.65
10.01.67
livré GTLA2/60 (F.RABS)
26 01.08.59 ER2/33 F.UIXA 31.07.62 livré ELA 55 (F.UGTB)
27 11.08.59
29.11.63
EC1/10
EC1/10
F.UIKD
F.UIKD
16.10.63
06.10.64
livré GTLA2/60
livré SEEMS (révision)
29 08.08.59
16.02.66
ER2/33
10è EC
F.UIXB
?
29.10.60
21.07.66
livré GTLA2/60 (F.RABU)
30 27.05.60 4è EC F.UGWB 29.08.62 livré GTLA2/60 (F.RABL)
34 29.01.60
24.05.60
12è EC
5è EC
F.UHXC
F.SDGB
24.05.60
10.11.64
livré GTLA2/60 (F.RBLS)
35 06.10.59
11.08.60
20.07.62
 ?
EC1/2
5è EC
F.UGDD
F.UGHC
F.SGDH
11.08.60
20.07.62
25.03.64


livré SEEMS (révision)
36 05.10.59 10è EC F.UHKY 25.03.64 livré EAA 601
38 06.10.60
dd.08.60
1è EC
1è EC
 ?
F.UGDD
 jj.08.60
17.07.62
GTLA2/60 (F.RBLS)
GTLA2/60 (F.RABN)
44 04.03.60 9è EC F.UHDB 16.07.62 livré GTLA2/60 (F.RABX)
45 07.12.59 12è EC F.UHXD 31.08.62 livré GTLA2/60 (F.RABK)
73 14.03.61
11.07.61
ER2/33
3è EC
 ?
F.UGIU
11.07.61
03.08.62
livré 3è E C
livré ELA 55 (F.UGTA)
91 21.07.61 8è EC  ? 18.07.62 livré GTLA2/60 (F.RABM)
92 07.08.61 11è EC F.UHOG 03.08.62 livré ELA 55 (F.UGTC)
93 28.07.61 3è EC F.UGJU 01.08.62 livré ELA 55 (F.UGTD)
94 23.08.61 5è EC  ? 21.12.61 livré GTLA2/60 (F.RABV)

.

MS.760 ER 2/33

Le n°29 de l’escadron « Savoie » sans autres marques que la « mouette » sur les bidons; l’immatriculation était F.UIXB.

Bientôt, la partie consacrée à la seconde période des « Paris » en escadre de combat ….

Remerciements :
Cet article reprend certaines informations du Trait d’Union spécial « Morane Saulnier Paris MS.760 » par P. Parvaud et P. Gaillard.
La liste de production est de Bernard Chenel.
Un grand merci à Bernard Chenel et Christian Boisselon pour leurs archives photographiques.

Copyright : Alain Gréa et escadrilles.org, tous droits réservés.