Fil conducteur : Accueil » Histoire et histoires » 60 ans de réacteur au 2/5

60 ans de réacteur au 2/5

Groupe de Chasse Ile-de-France : une jeunesse agitée …

Le 20 octobre 1941, le Général de Gaulle signe le décret portant création d’un Groupe de chasse « Air Marine » en Angleterre. Ainsi, le 7 novembre 1941, naît à Turnhouse, en Écosse, le 1er « Free French Squadron » sous le nom de Squadron 340. Il est intégré au sein du 13th group Fighter Command et ses effectifs regroupent des pilotes et des mécaniciens des Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL) et des Forces Navales Françaises Libres (FNFL).

Suivant la décision du général Valin d’attribuer aux unités navigantes des FAFL des noms de provinces françaises, le Free French Squadron 340 ou Groupe de chasse n° 2, porte le nom d’Ile-de-France (le GC-1 est l’Alsace, le GC-3 sera le Normandie). Composé de deux flights (ou escadrilles), respectivement baptisés Paris et Versailles, il est alors sous les ordres d’un officier britannique, le Squadron Leader Lofs.

Le GC-2 est affecté au Wing de Tangmere commandé par le Wing commander M.L. Robinson. Le 10 avril 1942, la première mission de guerre est chèrement payée : le Wing Commander Robinson et le lieutenant Choron sont tués, et Scitivaux, alors squadron leader, est abattu et fait prisonnier. Le capitaine Dupérier, qui commandait alors l’escadrille Versailles, lui succède.

Spitfire vu à Orange le 13 octobre

Au terme d’une épopée héroïque, mais aussi sanglante, 17 avril 1945, le Groupe Ile-de-France, sous les ordres du commandant Pierre Aubertin, gagne sa nouvelle base : Drope, en Allemagne. Le 3 mai, il effectue sa dernière mission de guerre. En quatre années, le Squadron 340 a effectué 7100 sorties, détruisant ou endommageant 75 avions ennemis et larguant 400 tonnes de bombes. L’Île-de-France, qui a perdu 38 pilotes, reçoit la médaille militaire et est honoré de la Croix de la Libération. Il est cité quatre fois à l’ordre de l’armée aérienne et une fois à l’ordre des FAFL.

A l’issue de la seconde Guerre mondiale, après avoir rendu ses Spitfire à la RAF, le groupe Ile-de-France se déplace à Friedrichsaffen, où, jusqu’en mars 1946, il vole au sein de l’escadron de chasse 2/3. En mai 1946, le groupe est incorporé à la 5e Escadre à Reghaia (Afrique du Nord) alors équipée de Bell P-63 King Cobra. En décembre 1948, il refait mouvement vers Friedrichsaffen, avant un retour à Meknès 4 mois plus tard.

Spitfire vu à Orange le 13 octobre

A partir du mois de juillet 1949, l’Ile-de-France participe à la campagne d’Indochine: il s’y couvre de gloire en accomplissant 4 600 missions de guerre sur King Cobra, appuyant les postes isolés du nord du Tonkin et permettant le dégagement de colonnes lorsque ceux-ci sont submergés. Ses exploits sont récompensés par quatre nouvelles citations. Le rapatriement s’effectue en janvier 1951.

Premiers réacteurs

DH Vampire FB Mk5 du 2/5

DH Vampire FB Mk5 du 2/5

C’est en 1951 qu’a lieu la transformation du groupe sur De Havilland Vampire F Mk1. En mars 1951, le Groupe prend la dénomination d’escadron de chasse 2/5 Île-de-France. Peu après sa transformation sur Vampire FB Mk5, il rejoint la Base d’Orange Caritat, qu’il ne quittera plus. En 1954, les pilotes sont tous transformés sur Sud-Est Mistral, une adaptation du Vampire construite sous licence, avion qu’ils délaisseront en janvier 1957.

SE Mistral du 2/5

SNCASE Mistral du 2/5

En effet, le 2/5 est transformé en 1957 sur Dassault Mystère IIC, chasseur qui lui permet de goûter aux joies du supersonique (en piqué).

Mystère IIC du 2/5 vu à Salon

Mystère IIC aux couleurs du 2/5 vu à Salon

Ce premier Mystère ayant été interdit de vol en raison de trop nombreux accidents, dix mois plus tard, le Mystère IVA fait sont apparition au 2/5.

Mystère IVA du 2/5

Mystère IVA du 2/5

Bien que le Mystère IV soit un excellent avion, la défense aérienne du sud-est requiert un avion vraiment supersonique (en palier). En 1961, l’escadron est équipé de Super-Mystère B2, son cinquième type de chasseur à réaction en 10 ans. Le 2/5 est le dernier escadron à être équipé de B-2.

Super-Mystère B2 du 2/5

Super-Mystère B2 du 2/5

Mais le Super-Mystère sera délaissé peu après par la Cinq: les performances du SMB-2 ne sont pas suffisantes pour garantir la vallée du Rhône contre les incursions des avions étrangers trop curieux.

L’ère des Mirage

Mirage 3C 1975 5-OH

Mirage IIIC du 2/5 vu en août 1975 à Orange

En novembre 1966, l’escadron reçoit ses premiers Dassault Mirage IIIC sur lesquels il effectuera plus de 32.000 heures de vol. Ces IIIC proviennent d’escadrons du nord de la France rééquipés en IIIE.

Mirage F-1C 200 du 2/5 vu en 1978

Mirage F-1C 200 du 2/5 vu en 1978

En septembre 1975 arrivent les premiers Mirage F-1C, avec lesquels l’escadron accomplira sa mission de défense aérienne tant en France qu’en Afrique, lors des nombreux détachements dans le cadre des opérations Manta et Epervier, au Tchad. Ses pilotes s’y illustrent brillamment.

Mirage F-1C du 2/5 en 1989

Mirage F-1C du 2/5 vu en 1989

En effet, le 2/5 est bientôt équipé des premiers « modèle 200 », ravitaillables en vol: les intercepteurs du 2/5 (et ceux du 1/5) ont alors une allonge unique au sein du CAFDA.

Mirage F-1C 200 du 2/5 en 1987

Mirage F-1C 200 du 2/5 vu en 1987

Depuis 1989, l’escadron est doté de Mirage 2000C RDI et continue d’assurer, sur cette fabuleuse machine, la défense du ciel de France, ainsi que son content d’opérations extérieures.

Le 2000C spécial anniversaire en 1991

Le 2000C spécial anniversaire en 1991

Après avoir pris part à la guerre du Golfe, l’EC 2/5 participe au respect des résolutions de l’ONU dans le ciel d’Irak et d’ex-Yougoslavie.

Un 2000 du 2/5 au-dessus du désert en 1992

Un 2000 du 2/5 au-dessus du désert en 1992

Au niveau de l’organigramme, le 2/5 est autonome depuis le 29 juin 1995, date de dissolution de la 5e Escadre de Chasse. En 1997, avec la dissolution de l’EC 3/5 Comtat Venaissin, le 2/5 se voit doté de 20 avions, et une 3ème Escadrille est créée : la « Vincennes ».

2000 du 2/5 vu en 1993

2000 du 2/5 vu en 1993

En juin 1998, l’escadron se voit confier une nouvelle et noble mission : la transformation sur Mirage 2000 de tous les pilotes de l’Armée de l’Air, remplaçant dans cette fonction le 2/2 Côte d’Or. Il est alors équipé de 2000B, en plus des monoplaces. L’Ile-de-France est aussi en charge de la prestigieuse présentation en vol du Mirage 2000 aux quatre coins du globe.

Patrouille de 2000B au décollage en mai 2011

Patrouille de 2000B au décollage en mai 2011

Le 27 Août 2008, la 3° escadrille « Vincennes » est rendue au Service Historique de la Défense tandis que le 2/5 reprend la SPA 124 « Jeanne d’Arc » rendue disponible par la dissolution un an plutôt de l’EC 1/5 Vendée.

Patrouille de 2000 en finale en septembre 2011

Patrouille de 2000 du 2/5 en finale en septembre 2011

Le 6 octobre 2011, le Groupe « Ile-de-France » fêtait son 70ème anniversaire, offrant aux invités chanceux le spectacle d’une unité en pleine maturité, avec en son sein plus de 35 pilotes et plus de 25 Mirage 2000C et B.

2000C du 2/5 avec les marquages post-2009

2000C du 2/5 avec les marquages post-2009

Source: « L’Escadron de Chasse 2/5 Ile-de-France pour les nuls » (copyright FL PiPo)

Remerciements: à l’Escadron de Chasse 2/5 Ile-de-France pour son invitation à la manifestation du 6 octobre.

Copyright: Alexandre et escadrilles.org, tous droits réservés.