Fil conducteur : Accueil » Histoire et histoires » La 9ème Escadre de…

La 9ème Escadre de Chasse – 3

La Neuf en régime de croisière – 1960-1962

Pleinement intégrée à l’OTAN, la 9ème Escadre de Chasse vit au rythme de l’instruction opérationnelle, avec les grands exercices, les ‘missions de guerre’, ‘missions équivalentes’, ‘missions ADIZ ou pré-ADIZ’, et de l’instruction de base (instruction des pilotes jusqu’à leur brevet de chef de patrouille). La fin de la guerre en Algérie va grandement simplifier la conduite de l’escadre, avec la dissolution du 3/9 Numidie en août 1962.

F84F_9-BK_28970_fb-

F-84F du 2/9 en courte finale de la 19, vu par Frédy

Lire le texte de Michel Brisson: Missions de guerre, ADIZ et pré-ADIZ

La Neuf, 1960

En 1960, la Neuf était une des trois grandes unités volant sur F-84F, avec la Une (Saint-Dizier) et la Quatre (Bremgarten). A cette époque, les choses allaient vite, et le Thunderstreak de Republic n’était déjà plus le nec plus ultra des chasseurs-bombardiers: le F-100 Super Sabre équipait déjà la Trois et la Onze. Néanmoins, à Frescaty comme ailleurs, les pilotes maîtrisaient leur outil à fond et il n’y avait plus de problème significatif de maintenance sur l’avion. Les créneaux de tir se succédaient à Suippes ou ailleurs, et les missions ‘équivalente’ succèdaient aux missions ‘pré-ADIZ’. De plus, chaque escadron de F-84F détachait tour à tour 4 avions à Boufarik. Les escadrons 1/9 Limousin et 2/9 Auvergne parvinrent à effectuer 8485 heures de vol sur leurs ‘F’. Au 3/9 Numidie de Telergma, le T-28 remplaça les T-6G à partir d’avril: la DCA des rebelles algériens étant de plus en plus efficace, il fallait un avion plus rapide et mieux armé.

F84F_9-BS_28875_em-

F-84F 9-BS 28875, avec les gros bidons

Au début de 1960, l’escadre est toujours commandée par le cdt Perfettini. Le 1/9 Limousin, emmené par le cne Pouget, a une dotation de 22 F-84F, et le 2/9 Auvergne, commandé par le cne Oléo, met en oeuvre 21 avions. La disponibilité des avions est assez faible jusqu’en avril, en raison de vérifications sur les réacteurs, mais s’améliore ensuite pour atteindre 39 avions en moyenne pour l’escadre au mois de juin. Pour l’entraînement au VSV, la liaison et la servitude, les NC.701 Martinet voient bientôt arriver le renfort d’un MS.760 Paris, le n°44, le 4 février, qui est immatriculé en 9-DB (les NC.701 étaient souvent appelés ‘Siebel’ dans l’Armée de l’Air, en référence à leur constructeur allemand à l’origine).

MS.760 9-DB

La Neuf eut son MS-760 Paris, le n°44

Du 12 au 22 janvier, un détachement de 4 avions se rend à Boufarik, pour des entraînements et des opérations. La Neuf prend part à plusieurs exercices majeurs de type ‘Rebecca’, notamment en février, avril et juin. Au cours de ‘Rebecca 4’, le 2/9 Auvergne est détaché à Florennes tandis que la 2ème escadrille belge vient le remplacer sur la BA 128. Un Thunderstreak belge est accidenté, sans faire de victime. Les missions ‘Rebecca’ équivalentes sont menées avec des avions décollant en configuration lourde avec fusées JATO.

F84F_9-BS_28875_ct-

Le même F-84F 9-BS vu du côté droit

La 9 déplore plusieurs accidents, dont l’un, le 5 février 1960 voit la mort du Ltt De Larminat, du 1/9, lors du break au retour d’un vol de nuit (c’est le 29092 qui est détruit). Moins grave, l’accident du 13 avril 1960 voit quand même le F-84F 28852 ‘9-AE’, sans doute victime d’une panne de frein, overshooter la piste, sortir du terrain, franchir la route à la barbe d’une camionnette et s’arrêter dans le champ. Pilote (Sgt Noguès) indemne.

F84F_9-AE _28852_em-

Sortie de piste (et du terrain) sans gravité pour le sergent Noguès

Le 1/9 Limousin effectue sa campagne de tir à Cazaux jusqu’au 27 mai, avec de l’air-sol et de l’air-air. Au mois de juin, près de 800 heures sont effectuées, mais une limitation intervient afin que la Neuf de dépasse pas 2460 heures au deuxième trimestre. Plusieurs accidents affectent le 3/9 Numidie, les T-6 et un T-28, qui détache des avions à Bône et Philippeville. Le second semestre voit le cne Thépin prendre le commandement de l’EC 2/9, le 22 juillet. Un peu plus tard, le 5 septembre, c’est au tour de la 9ème escadre de changer de commandant, avec l’arrivée du cdt Mayot.

F84F_1-NV_28956_fb-

F-84F 28956 du 1/1 Corse de passage à Metz

Les deux escadrons disposent de 51 F-84F, mais ce seront ‘seulement’ 3086 heures qui seront effectuées en raison de restrictions ordonnées par le 1er CATAC. Une instruction du commandement a d’ailleurs fixé des quotas pour les différentes catégories de mission: 60% pour l’instruction de base (progression des pilotes), et 40% pour l’instruction opérationnelle (exercices, missions ‘équivalentes’). Une instruction fixe également le pourcentage de l’activité en VSV sur avion d’armes (10% des heures), et des vols de nuit (10% des sorties). Du 5 au 13 juillet, 4 avions font mouvement vers Boufarik, l’un d’entre eux d’ailleurs est accidenté le 8 juillet (le 28985, 9-BR). Huit avions de la Neuf participent au défilé du 14 juillet à Paris.

Pilote-F84F_fb-

Tenue de pilote avec le gilet gonflable

Du 2 au 10 octobre, nouveaux détachements à Boufarik, avec 9 tirs et 6 bombardements. Les scores de l’escadre lors des entraînements au tir à la mitrailleuse à Suippes sont par ailleurs très satisfaisants, avec 22-24 % de coups au but. En novembre, quatre pilotes de l’escadre sont reçus au brevet CP. Le 3 novembre, ‘Rebecca 5/60’ est déclenché, avec en plus des avions de la 9, quatre F de la 1è escadre, et quatre de la 4è escadre, plus 12 Mystère IVA de la 12. Il y a tellement d’avions que le détachement de Vautour IIB ne peut pas être accueilli sur la BA 128 !

F84F_9-Bx_29037_em-

Cazaux le 9 novembre 1960:  le F-84F 29037 quitte le taxiway

Du 8 au 10 novembre, l’EC 2/9 est en campagne de tir air-air et air-sol à Cazaux: 75 sorties a/s et 375 sorties a/a. Malgré une météo moyenne, tous les pilotes sont qualifiés avec des scores satisfaisants de 26% en air-sol, de 11% en air-air à 20 000 pieds et 13% à 28 000 pieds. En décembre, la météo est mauvaise sur le nord-est et beaucoup de missions opérationnelles sont annulées.

F84F_9-BP_29108_em-

Mauvais temps et atterrissage de nuit difficile, le 28 décembre 60

L’escadrille VSV termine l’année avec 2 ‘Siebel’ NC.701 et un MS.760, lesquels ont effectué entre 15 et 50 heures de vol chaque mois. Au 3/9 Numidie, il ne reste qu’un T-6 et l’escadron vole avec 23 ‘Fennec’, et détache des avions à Bône et Philippeville. Quatre T-28 ont été touchés par la DCA en septembre. On vole beaucoup au 3/9 qui s’établit bientôt à Bône (632 sorties en décembre), la disponibilité des T-28 vaut à environ 16 avions en moyenne.

T28_3-9_mb-

T-28 du 3/9 Numidie vu sur le terrain de Blida

La Neuf, 1961

La Guerre Froide connut une intensification en 1961, avec l’édification du mur de Berlin, mais l’activité de la Neuf s’inscrivit dans la continuité de l’année précédente. Une nouveauté intervint au niveau de l’organisation des campagnes de tir: pour la première fois, les deux escadrons effectuèrent cet exercice annuel sur la base OTAN de Solenzara. Malgré la fermeture du terrain de Metz-Frescaty en juin, la 9ème escadre métropolitaine inscrivit près de 9400 heures de vol sur ses registres. A ce total, il faut ajouter plus de 300 heures pour l’escadrille VSV. L’escadron 3/9 stationné à Bône vola énormément: presque 10 000 heures consacrées notamment à la surveillance du ‘barrage est’ sur la frontière avec la Tunisie. Plus de 30 pilotes y étaient affectés.

F84F_9-BA_29081_jd

Jolie vue du 29081, avec les marquages complets du 2/9 Auvergne

La Neuf débute l’année avec 48 Thunderstreak en dotation, 700 heures sont allouées pour janvier mais la météo est mauvaise: seules 631 sont effectuées. En février, le ‘Limousin’ se rend à Solenzara, la base n’est pas encore totalement achevée. Les pilotes se qualifient tous au tir air-air, avec une moyenne supérieure à 11%. Pour l’EC 1/9, ce mois est difficile, car l’unité perd deux avions, avec un crash au décollage le 4 (le pilote, SLt Lebrun, est très légèrement blessé), et une panne de gouvernes le 13 (le pilote, Sgt Lignières, s’éjecte).

F84F_9-AK_29021_fb-

Le F-84F 29021 présente ses ‘dents’ lors de la JPO de 1962

En mars, l’exercice ‘Pétard’ permet à la Neuf de servir de plastron radar aux batteries sol-air Nike de la 520è Brigade d’Engins. Le 30 du mois, le cne Ruelle prend le commandement du 1/9 Limousin. Un détachement à Boufarik a lieu du 11 au 20 avril, 75 heures y sont réalisées. Quatre pilotes sont reçus à la session de brevet CP qui se tient à Bremgarten.

F84F_9-BD_28924_fb-

Les avions du 2/9, tel le 28924, étaient plus faciles à photographier …

Au mois de mai, l’escadre vole beaucoup (964 heures), avec un exercice majeur ‘Rebecca’. Le 2/9 prépare sa campagne de tir à Solenzara, tandis que le 1/9 part à Eindhoven pour un échange d’escadron avec le 315 Sqn hollandais. La piste étant fermée du 1er au 17 juin, le ‘Limousin’ est placé en permission tandis que le 2/9 réussit sa campagne de tir avec 542 sorties, un beau score de 16% de moyenne et ses 16 pilotes qualifiés. Le 28 juin voit un exercice ‘Surprise partie’, au cours duquel tous les avions disponibles doivent décoller (à vérifier): le dernier F-84F s’envole 14 min et 15 sec après l’alerte.

T28_21195_gs-

Le T-28 21195 à bord duquel le sergent Noguès trouva la mort le 11 avril 1961

Au 3/9 de Bône, la fin du semestre voit des missions d’appui-feu, plus appréciées que les habituelles reconnaissances à vue (RAV). Cependant, en avril le ‘Numidie’ a déploré la mort du sgt Noguès (son T-28 a percuté) tandis que plusieurs Fennec ont été touchés par la DCA rebelle.

F84F_4-UP_29058_fb-

F-84F 29058 du 2/4 La Fayette de passage à Metz

Au second semestre, l’activité voit de nombreuses sorties de tir air-sol à Suippes pour le 1/9, tandis que le 2/9 est à son tour en permission. Du 18 juillet au 8 août, la 9 détache quatre puis 5 avions à Boufarik où 82 sorties sont effectuées, dont des bombardements et des missions de défense aérienne. Les deux escadrons s’entraînent aux percées GCA en langue anglaise en pratiquant l’exercice sur des terrains canadiens et états-uniens. Le 29 août, le sergent De Marco (que nous saluons) échappe de peu à la mort à la suite d’un crash en finale à bord du 28898 ‘9-BU’. Au 3/9, le 17 juillet, au sud-ouest de Bône, le T-28 du ss-ltt Perrin se crashe entraînant dans la mort son pilote et un observateur.

F84F_9-BB_28877_fb-

… En effet les F-84F du 2/9 empruntaient le taxiway passant devant l’aéro-club

Le grand exercice OTAN Check Mate se déroule du 10 au 14 septembre et voit la 9 accomplir 112 sorties opérationnelles et 53 sorties de ‘plastronage’. Quatre pilotes arrivent frais émoulus de la 8è escadre. Du 10 au 19 octobre, le 2/9 Auvergne détache quatre avions à Boufarik: 88 sorties sont effectuées dont plus de la moitié voient des tirs aux armes de bord, à la roquette, ou des bombardements. Plus de 120 tirs sont également effectués à Suippes (mitrailleuse, roquette). Au ‘Numidie’, septembre voit une activité intense s’appui-feu; quatre T-28 sont endommagés en mission.

Mystere4_7-BU_305_ct-

A partir de fin-1961, les Mystère IVA du 2/7 Nice font connaissance avec le paysage messin (ici le 305, accidenté le 25 septembre 1962)

Le 7 novembre, le cdt Vaujour prend le commandement de la 9è Escadre de Chasse. Par ailleurs, deux escadres de Mystère IVA ayant été rapatriés d’Afrique du Nord (la 8, le 18 juillet, transite par Frescaty avant d’être dirigée vers Ochey – la 7 arrive à Metz le 27 octobre venant de Bizerte), la BA 128 héberge le 2/7 Nice. La présence de trois escadrons de chasse engendre une saturation de la salle d’approche. En décembre, l’activité est réduite à cause de la météo (12 journées rouges sur 23 ouvrables). L’exercice ‘Rebecca 4/61’ voit cependant 52 sorties dont 8 de nuit, le 5 décembre. Le 7 décembre, le sgt Robert du 1/9 ramène son avion, le 28837 ‘9-AT’, intact, après le déverrouillage du train en vol. En Algérie, le 3/9 détache 5 avions à Philippeville et 4 à Tebessa: activité intense sur le ‘barrage est’.

T28_3-9_17_mb-

T-28 du 3-9 survolant les hautes montagnes de l’Est algérien

La Neuf, 1962

Pour la 9ème Escadre de Chasse et les grandes unités métropolitaines, l’année 1962 vit un retour à des conditions ‘normales’: en effet, la signature des accords d’Evian le 18 mars 1962 fut suivie d’un cessez-le-feu progressif (qui peina à se mettre en place). De ce fait, l’escadron 3/9 cessa peu à peu ses opérations à partir de fin-juin et les moyens humains et matériels furent rapatriés sur Dijon à partir du mois d’août, où l’escadron fut dissous le 31 du mois, au profit de l’ERALA 1/36 (certains T-28 de cette unité atterrirent à Frescaty).

Le niveau opérationnel sur F-84F demeura au plus haut niveau, bénéficiant des entraînements intensifs des trois années précédentes et de l’assouplissement du ‘régime algérien’. Plusieurs échanges avec des escadrons OTAN volant sur Thunderstreak vinrent confirmer le haut standard de la Neuf. L’escadre tient quatre avions en permanence opérationnelle tout au long de l’année.

F84F_9-AI_29067_em-

Magnifique lignée de F-84F du 1/9 à Solenzara (ici en 1963)

Les mois de janvier et février 1962 bénéficient d’une bonne météo, une fois n’est pas coutume, et l’escadre effectue plus de 1000 heures de vol durant chacun des deux mois. Le ‘Limousin’ fournit le détachement à Boufarik, du 9 au 18 janvier, au cours duquel 103 heures sont enregistrées, avec de nombreux tirs, dont certains à la roquette de 5 pouces, et des bombardements avec des bombes de 450 kg. ‘Rebecca 1/62’ donne lieu à 87 sorties, le 22 février, et ‘Roulette’ à 10 sorties. Du 15 au 21 février, la 9è Escadre est détachée sur le terrain de Luxeuil.

F84F_9-BW_28783_bc-

Très bel angle de vue pour ce F-84F du 2/9 à Meyenheim en avril 1962

En mars, un Nord 1001 fait son apparition à l’escadrille VSV. Le sgt Grosse du ‘Limousin’ se fait des frayeurs en accrochant les arbres lors d’un atterrissage de nuit. L’exercice ‘Grand Slam’ voit 383 heures de vol, du 9 au 13 avril, l’escadre s’exerce à une attaque atomique … Le 21 avril, le 1/9 s’en va en campagne de tir à Solenzara; c’est au début de ce détachement, le 26, que le sergent Grosse trouve la mort: son réacteur ayant rencontré des problèmes lors d’une passe de tir, le pilote s’éjecte, mais son parachute part en torche au-dessus de la mer (avion 28898, 9-AN). En Algérie, l’activité du 3/9 est intense (2000 heures sur deux mois), avec beaucoup de reconnaissances et également des distributions de tracts.

T28_3-9_mb2-

Avec ses deux 12.7, le T-28 était redouté par les adversaires au sol

En mai, l’activité est dominée par de grandes manoeuvres aéro-terrestres, en plus des chasseurs (trois escadrons) la BA 128 héberge 20 Noratlas du 10 au 12 mai. Un exercice ‘Max Effort’ se tient du 3 au 15 juin, et simule l’engagement en guerre de l’escadre. De plus, le 2/9 détache 8 avions, 12 pilotes et 18 mécaniciens à Orland en Norvège, du 5 au 14 juin: 70 sorties y sont effectuées. Au terme du semestre, le ‘Limousin’ et ‘l’Auvergne’ mettent en oeuvre respectivement 24 et 27 F-84F, et la Neuf compte 336 hommes.

F84F_9-AK_29021_fb

Le 52.9021 vu le 3 juin 1962, lors de la ‘JPO’

En plus de cette activité, la BA 128 et les deux escadrons de la 9 (plus l’EC 2/7) joignent leurs efforts pour organiser une ‘Journée des Bases’ le dimanche 3 juin.
Le début du second semestre voit l’EC 2/9 changer de commandant, avec l’arrivée du cne Vautier le 4 juillet. Du 16 au 20 juillet, la 9 utilise son créneau à Suippes pour du tir et du bombardement en vol rasant. Le ‘Limousin’ reçoit le 338è Sqn norvégien et ses F-86F, du 14 au 23 août. Entre temps, l’escadrille VSV a dit Adieu à son ‘Paris’, le 18 juillet. Deux avions de l’Auvergne sont détruits lors d’accidents (le 29042, le 17 juillet et le 29046, le 24 septembre), heureusement, les pilotes s’en sortent indemnes à chaque fois.

F84F_9-BC_29046_em-

Simple sortie de piste pour le F-84F 9-BC (29046), Metz 24 septembre 1962

Du 5 au 12 septembre, les activités otaniennes continuent avec un échange de détachement entre le 1/9 et la 6è Aerobrigata de Ghedi. En octobre, plusieurs grosses manoeuvres aéro-terrestres ont lieu, avec Valmy (44 sorties et 24 Noratlas sur la base), suivi de D’Assas. Entre le 9 et le 26 octobre, le 1/9 et le 2/9 prennent tour à tour des créneaux de tir à Epagny.

F84F_9-BJ_29103_em-

Le 9-BJ se fait la barrière d’arrêt le 10 décembre 1962 à Zara

Au début du mois de novembre, quatre pilotes de la 9 réussissent l’examen au brevet CP qui se tient à Metz. Du 5 au 9 septembre, le 2/9 profite d’un créneau de tir à Suippes pour préparer sa prochaine campagne de tir. En effet, l’Auvergne se rend à Solenzara du 17 novembre au 15 décembre: tous les pilotes se qualifient au cours de 830 sorties et 704 heures de vol. ‘Rebecca 62/3’ est annulé cause météo le 28 novembre. Et c’est au 1/9 de clôturer les tirs de l’année 1962, avec un créneau à Suippes pour du tir et du bombardement en vol rasant, du 15 au 21 décembre.

F84F_9-AO_29109_dj-

Vue du parking du 1/9 avec des avions portant l’aigle de la 1/GC.I/9 (sauf le 2è)

Au terme de l’année, la Neuf compte 331 hommes et fait voler 22 et 20 F-84F (EC 1/9 et 2/9), deux ‘Siebel’, un T-33 (arrivé le 14 novembre) et un Nord 1101.

Remerciements: A Eric Moreau pour la mise à disposition de son fond documentaire sur la 9ème Escadre, et de ses archives photographiques. A Alain Duvernoy pour la mise à disposition de sa documentation sur la 9ème Escadre, à Bernard Chenel, Alain Crosnier, pour leurs photos.

Copyright: le groupe ‘La Neuf’ et escadrilles.org. Reproduction interdite.

Référence: ‘Pilote de guerre en temps de paix’, Michel Brisson, 2012. 311pp. (26 euros + port, chez l’auteur).

Le groupe ‘La Neuf’ comprend: Alexandre, Paul Berger, Frédy Bornert, Michel Brisson, Daniel Jambot, André Lebas, Michel Léveillard, Fabrice Loubette, Jean Merlet, Gérard Schaub, Christian Théobald.