Fil conducteur : Accueil » Reportages » Regards sur la JMSDF

Regards sur la JMSDF

P3_cf

Trois bases représentatives de la JMSDF: Shimofusa, Tateyama et Atsugi

La Japan Marine Self Defense Force – digne héritière de la marine de guerre impériale de l’amiral Yamamoto pour sa partie aérienne – fut formée officiellement en 1954 avec l’adoption de la loi d’Auto Défense autorisant la création de forces du même nom pour les composantes air terre et mer.

Le P-1, original quadriréacteur de lutte ASM

Le P-1, original quadriréacteur de lutte ASM

Composée à l’origine de matériel de surplus américain (Grumman Avenger et Lockheed Harpoon), celle-ci subit une restructuration majeure en 1961: sa nouvelle ossature reste inchangée jusqu’à nos jours, c’est à dire organisée en Kokugun (Fleet Air Wing) pouvant chacun regrouper jusqu’à 3 Kokutai (Squadron).

Pas moins de 7 Kokutai de P-3J au Japon

Pas moins de 7 Kokutai de P-3C au Japon

Son équipement reste bien évidemment à majorité américaine de type Lockheed P-3C Orion (7 squadrons) pour la PATMAR, Sikorsky H60 (environ une centaine en service) pour l’ASW, ainsi que 11 Sikorsky MH-53 pour le transport héliporté lourd et la lutte anti-mines.

Hélicoptère très lourd, le MH-53 de la JMSDF

Hélicoptère très lourd, le MH-53 de la JMSDF

On compte aussi quelques Fuji T-5 pour l’entrainement de base, des Beech LC-90 pour le transport VIP et 4 U-36 Learjet pour le remorquage de cibles …

Un des Fiji T-5 de la Marine japonaise

Un des Fiji T-5 de la Marine japonaise

Sans oublier les 3 derniers survivants de YS-11 pour le transport, ainsi que l’impressionnant amphibie Shin Meiwa US-1 (20 exemplaires furent construits entre 1975 et 2000) dont seuls 3 subsistent à l’heure actuelle.

Vision exceptionnelle, l'amphibie US-1

Vision exceptionnelle, l’amphibie Shin Meiwa US-1

L’avenir de la JMSDF repose sur deux successeurs développés en propre (preuve s’il en était d’une réelle envie d’émancipation …): le Shin Meiwa US2 (5 exemplaires en service), version modernisée de l’US1, et le petit quadriréacteur Kawasaki P-1 pour le remplacement des Orion.

Un des Beech LC-90 "milti-tâches"

Un des Beech LC-90 « milti-tâches » (du 61è Kokutai)

La JMSDF compte 17 bases réparties sur l’ensemble de l’archipel nippon ainsi que 45 navires de guerre (dont 3 porte hélicoptères) pouvant accueillir entre un et 14 aéronefs.

Patrouille de USH-60 de SAR, avec bidons de pétrole

Patrouille de USH-60 de SAR, avec bidons de pétrole

Comme chaque année, quasiment toutes les bases de la JMSDF s’ouvrent au public et nous avons pu visiter 3 d’entre elles lors de JPO ou visite privée …

Un des P-3 du 203è Kokutai de Shimofusa

Un des P-3 du 203è Kokutai de Shimofusa

– SHIMOFUSA qui abrite le Shimofusa Kyoiku Kokugun et sa seule unité, le 203è Kyoiku Kokutai équipé de P3C … les 3 derniers YS-11 du 205è Kokutai ayant été retirés du service le 18 mai 2011,

Un des USH-60 de

Un des USH-60 du 73è Kokutai de Tateyama

– TATEYAMA qui abrite le 21è Kokugun regroupant les 21è et 73è Kokutai équipés de SH-60J, K et UH-60J,

Le SH-60 de lutte ASM

Le SH-60 de lutte ASM, ici du 21è Kokutai

ATSUGI, base américano-japonaise, qui abrite le 4è Kokugun et son 3è Kokutai équipé de P-3C ainsi que le 31 Kokugun avec son unité expérimentale, le 51è Kokutai à la flotte très variée (SH-60J, K, USH-60K, P-3C, UP-3C et XP-1)

Un SH-60, avec son poisson-sonar bien visible

Un SH-60, avec son poisson-sonar bien visible

Atsugi héberge aussi le 61è Hikotai et ses avions de transport VIP (LC-90, et les 3 derniers YS11) et le 71è Kokutai avec ses majestueux US-1A et US-2.

Une paire de "sub-killer" de la base de

Une paire de « sub-killer » de la base de Tateyama

En ce début d’un 21ème siècle qui s’annonce passablement agité dans l’ouest du Pacifique, l’aéronautique navale nippone est ainsi une force considérable, et non pas une force d’appoint de la Navy et des Marines, forces très présentes dans l’archipel.

Un USH-60 se fait rincer les plumes

Un USH-60 se fait rincer les plumes

Voilà pour une première immersion au sein de la JMSDF…

Le MH-53

Le MH-53, dont la mission est aussi la lutte anti-mines

Copyright: Philippe Colin et escadrilles.org, tous droits réservés.

Remerciements: un grand merci à Claude et Francis Mallet (chef d’escale à Narita) pour leur amitié et disponibilité …