Fil conducteur : Accueil » Reportages » Rafale dans l’Armée de…

Rafale dans l’Armée de l’Air

Rafale 118 2012 113-IW

Un point sur les Rafale dans l’Armée de l’Air

La flotte de Rafale de l’Armée de l’Air est à l’heure actuelle composée presque à parité de biplaces et de monoplaces. Dans l’avenir le ratio devrait évoluer en faveur des Rafale C, mais toujours avec une bonne proportion (30-40% ?) de Rafale B. Les Rafale de l’Armée de l’Air sont pour l’instant au standard F3, avec radar à balayage électronique passif. Les biplaces ont les mêmes capacités opérationnelles que les monoplaces, ils emportent un peu moins de carburant interne.

Rafale B du 1/7 "Provence" en 2008

Rafale B du 1/7 Provence en 2008

La cible d’acquisition est de 228 avions pour l’Armée de l’Air (et 58 pour la Marine). Début 2012, 66 avions ont été livrés (B et C) et équipent au total 6 escadrons, dont 4 sont opérationnels, un en cours d’instruction, et le dernier est un escadron d’expérimentation opérationnelle. Mais sur les 4 escadrons opérationnels, 2 seulement sont au format « normal », à 20 avions, le Provence et le Gascogne, les deux autres, le Lorraine et l’Aquitaine, ayant un format très réduit, à environ 6 avions chacun.

Rafale 133 2012 118-GL

Rafale 133 118-GL: le 33ème monoplace en service opérationnel

L’escadron de chasse et d’expérimentation 5/330 Côte d’Argent fut le premier à recevoir le Rafale (initialement un B, dès 2001, puis le premier C le 3 juin 2005). Il vole actuellement sur 5 avions, biplaces et monoplaces. Sa principale mission est le développement des tactiques d’emploi du système Rafale, et la validation des nouveaux armements. Les insignes d’escadrille (Tigre pailleux, tigre de Sibérie, tigre du Bengale) sont portées par les avions.

Rafale 102 2012 118-EF

Rafale 102 118-EF, second de série avec le Tigre pailleux

L’escadron de chasse 1/7 Provence fut le premier à être officiellement opérationnel pour les missions de air-air et tactique, le 26 juin 2006, mais avec une dotation initialement réduite à une poignée de biplaces. Il est actuellement doté d’une vingtaine d’appareils, biplaces et monoplaces. Les trois escadrilles SPA 15, SPA 77 et SPA 91 ont leurs insignes portées sur les dérives (côté gauche). L’EC 1/7 n’a pas quitté la BA 113, qu’il occupait déjà quand il volait sur Jaguar.

Rafale 123 2012 118-GB

Rafale 123 avec la SPA 77 du 1/7

L’escadron de transformation Rafale 2/92 Aquitaine vole sur des biplaces (3) et des monoplaces. Il a été formé le 6 octobre 2010, en tant qu’unité de transformation opérationnelle et accueille les équipages de l’Armée de l’Air et de la Marine (un Rafale M lui est affecté). Il est composé de deux escadrilles, la 4B3 et la 2.GB 1/25, dont les insignes sont portées sur les avions (dérive gauche). Il est actuellement doté de 6 avions et basé sur le BA 113 de St-Dizier.

Rafale 2011 113-GI 2-92 Aquitaine

Rafale du 2/92 Aquitaine vu en 2011 à St-Dizier

L’escadron de bombardement 1/91 Gascogne est formé officiellement le 31 mars 2009 et devient opérationnel (avec le missile ASMP-A) le 1er juillet 2010. Il est actuellement doté d’une vingtaine de Rafale B et dépend du COFAS, même si les équipages ont pour mission secondaire la frappe avec des armements « classiques ». L’EB 1/91 comprend 4 escadrilles: les SPA 79 et 37 (issue du 1/4), la SAL 28 et la BR 66, car le personnel navigant est particulièrement nombreux (autant de NOSA que de pilotes). Les insignes d’escadrilles sont portées par les avions, le 1/91 est basé sur la BA 113 de St-Dizier.

Rafale 113IE

Rafale B du "Gascogne" armé en BGL et Damoclès (Solenzara, mai 2011)

L’escadron de chasse 3/30 Lorraine a lui été formé sur la base aérienne 104 d’Al Dhafra, aux Emirats Arabes Unis, le 4 novembre 2010. Initialement doté de 3 Rafale et de trois 2000-5F, il vole actuellement avec (en principe) 6 Rafale, biplaces (2) et monoplaces. Il est appelé à grossir en volume, à terme, et en fonction des événements. Il est composé des deux escadrilles SPA 38 et SAL 56, qui ont remplacé depuis la réforme de 2011 les traditionnelles escadrilles Metz et Nançy de cet escadron FAFL.

Rafale 2012 104-HG

Rafale du Lorraine le 22 février 2012

L’escadron de chasse 2/30 Normandie-Niemen est le « petit dernier » sur Rafale, sorti de son sommeil en septembre 2011, il devrait être opérationnel à l’occasion du 70ème anniversaire de la création du GC 3 Normandie, en septembre 2012, sur la BA 118 de Mont-de-Marsan. Les escadrilles constitutives du 2/30 sont maintenant les SPA 91, SPA 93 et SPA 97, prenant la place des traditionnelles escadrilles Rouen, Le Havre, Cherbourg et Caen du Régiment de Chasse. A l’heure actuelle, les dérives des Rafale du Neu-Neu ne portent pas les insignes d’escadrilles. A la fin février 2012, l’EC 2/30 disposerait d’environ 8 avions, uniquement des monoplaces.

Le Rafale 129 du 2/30

Le Rafale 129 du 2/30, vu au 70ème anniversaire du 2/5 (insigne en couleur !!)

Ainsi en ce premier trimestre 2012, l’Armée de l’Air parvient à faire voler 6 unités avec les 36 Rafale B et 33 Rafale C dont elle dispose (un avion de chaque type est affecté au CEV). La montée en puissance du biréacteur est régulière et lente, le seuil de production de 11 avions par an (un par mois ouvrable) étant déterminé comme industriellement viable par le constructeur, et la France passe donc commande de cette quantité d’avions chaque année. Les exportations qui s’annoncent viendront changer la donne, avec vraisemblablement une montée en cadence chez l’industriel, et une légère diminution des commandes nationales (les marins devraient toucher des standard F1 modernisés au standard F3 à partir de cette fin d’année).

Rafale 132 2012 118-GK

C'est le Neu-Neu qui touche les Rafale C tout neufs, cette année

Comme le budget de la Défense ne permet apparemment pas d’acquisition à un plus grand rythme, la croissance du « parc » Rafale continuera à être lente, permettant au plus d’équiper un escadron « plein » tous les deux ans (ou alors il faudrait revenir à des dotations à 15 avions, comme avant la réforme de 1993). Avec une dotation presque complète du 2/30 à compter de fin-2012, l’Armée de l’Air doit déjà songer au prochain escadron Rafale, en gardant à l’esprit que les unités FAFL étaient destinées à se perpétuer avec le nouveau biréacteur. Il reste à rééquiper l’Alsace (mis en sommeil le 27 juin 2008), le 2/4 La Fayette (sur 2000N-K3  juin depuis 2011), le 2/5 Ile de France (sur 2000C), le 1/2 Cigognes étant aussi du lot en raison de sa valeur symbolique liée à la grande guerre.

Rafale_2010_113-IX

Rafale du "Provence" en 2010 à Hyères

Avec une honnête boule de cristal, on peut miser sur la réactivation prochaine du 3/2 (?) Alsace, puisque il y a encore pas mal de potentiel 2000C pour le 2/5, que les 2000N-K3 du 2/4 sont nombreux et modernisés, avec une visibilité jusqu’à la fin de la décennie, et que les -5F sont modernes et bien adaptés à leur mission principale de défense aérienne. Maintenant, si on prend les mêmes données initiales, qu’on ajoute une vente de 2000 de seconde main à un pays ami, la récupération de 2000-9 d’un autre pays ami, et aussi un zeste d’inventivité à l’EMAA (qui n’en manque pas), on peut obtenir un tout autre résultat.

F-1B with Alsace special markings

L' Alsace bientôt réveillé par le bruit des Rafale ?