Fil conducteur : Accueil » Reportages » La PatMar à Lann-Bihoué

La PatMar à Lann-Bihoué

Atlantique

Deux flottilles d’Atlantique à Lann-Bihoué

Les Atlantique de Lann-Bihoué

Depuis l’arrivée de la 21F à Lann-Bihoué le 7 juin dernier, les deux flottilles de lutte anti-sous-marine sont basées sur la façade Atlantique. Avec la présence à Brest de la FOST, elles sont fortement impliquées dans la protection de l’activité des SNLE, menant des missions de lutte anti-sous-marine au large de la Bretagne.

Atlantique nuit

Missions H24 pour la PatMar

En effet, pour que la dissuasion française soit 100% crédible, il est d’une importance primordiale que la sortie des sous-marins stratégiques se fasse en dehors de la présence d’aéronefs ou autres navires curieux aussi bien en surface que sous la surface. Par ailleurs, les patrouilleurs Breguet ont de tout temps été des atouts irremplaçables pour les missions de surveillance et de PC aérien lors des opérations en Afrique.

Atlantique 21F

La gazelle de la 21F

La 21F a été constituée en juillet 1953 à sur la BAN de Lartigue (Oran), à partir des escadrilles 2B et 3F, volant sur Lancaster. En novembre 1963, elle a quitté l’Algérie avec ses P-2V6 pour s’installer sur la base aéronavale de Nîmes-Garons. Depuis 1965 elle vole sur les patrouilleurs Breguet, d’abord avec le Br-1150 Atlantic, puis à partir de 1994 avec l’Atlantique ou Atl2. La flottille a rejoint Lann-Bihoué en juin 2011.

Atlantique 23F

La mouette de la 23F

La 23F a pris son identité en juin 1953, sur la base de Port-Lyautey (Maroc), équipée d’Avro Lancaster reprenant les traditions de l’escadrille 2F (ex-2FB). Elle a rejoint Lann-Bihoué en janvier 1961, avec ses P-2V7 Neptune, et a volé sur Atlantic de 1972 à 1991. Depuis février 1991, la flottille vole sur Atlantique.

Atlantique de la 23F

Atlantique de la 23F en finale

Les missions de l’ATL2

Avion de 46 tonnes de masse maximale au décollage, l’Atlantique est en fait une « frégate aérienne multi-missions » au service de la Marine, et plus généralement du pays. Il peut assurer indifféremment la mission de lutte ASM, pour laquelle il a été spécifiquement conçu comme son grand frère, l’Atlantic, celle de lutte anti-surface, de surveillance maritime, de PC volant lors d’opérations terrestres combinées (Côtes d’Ivoire, Tchad), de surveillance électronique.

Le vaste cockpit de l'Atlantique

Le vaste cockpit de l’Atlantique

L’Atlantique est aussi adapté à la mission de recherche et secours en mer (SAR: crash de Sharm el Cheik, AF 447), pour laquelle les Falcon 50 de la 24F et les Gardian de la 25F sont cependant spécialisés.

Atlantique : fuselage

Le fuselage bilobé, caractéristique du Breguet

L’Atlantique a même acquis récemment une capacité de bombardier, avec la capacité d’emport de bombes guidées laser GBU-12. Il y a actuellement 18 Atlantique en service dans les flottilles, les autres avions de la commande initiale étant soit en entretien à Cuers, soit en réserve ; un avion a été détruit lors d’un accident (aucune victime n’a été déplorée). Au moins deux avions sont prépositionnés en permanence en Afrique, l’un à Dakar, l’autre à Djibouti.

Atlantique de la 21F

Atlantique de la 21F

L’Atlantique se déplace en croisière à  270 noeuds, il lui faut ainsi deux heures pour passer à la verticale de Montpellier en décollant de Lorient. En patrouille basse ou moyenne altitude, le meilleur compromis entre autonomie et mission est trouvé pour une vitesse de 180 noeuds environ.

Atlantique 14

Essais de radar pour l’Atlantique n°14

Les moyens de recherche anti-surface ou anti-sous-marine incluent le radar Iguane rétractable, la caméra infra-rouge (FLIR), les bouées acoustiques passives (Jezebel) et actives (DICAS), les moyens d’écoute radio-électriques, et le détecteur d’anomalies magnétiques (dans la queue). La vue qu’offre les larges postes d’observation est un capteur à ne pas négliger.

Hublots d'Atlantique

Les hublots de l’Atlantique donnent une vue à 360°

Quelle que soit leur mission, en cas de survol maritime, les Atlantique emportent toujours au moins une chaîne SAR dans leur soute en cas d’appel de détresse. Pour les missions de reconnaissance, l’avion est équipé d’appareils photos argentiques et numériques de grande précision. Un ensemble d’équipements « Comint » peut aussi être monté en option pour les missions de recueil d’informations sur les transmissions, avec cette fois des équipiers spécialisés.

Vue partielle de la tranche tactique de l'Atlantique

Vue partielle de la tranche tactique de l’Atlantique

Une fois que l’objectif est détecté et localisé, la vaste soute de l’avion recèle trois types d’arme: le missile anti-navire AM-39 « Exocet » (jusqu’à deux), la torpille MU-90 (jusqu’à six) ou les bombes guidées laser GBU 12. En configuration « multi-lutte » , l’Atlantique emporte un AM39 et deux MU90.

Chargement des bouées acoustique de l'Atlantique

Mise en place des bouées acoustiques de l’Atlantique

Enfin, pour compléter le tout, l’Atlantique permet aussi le largage de commandos par un toboggan en soute arrière, un médecin peut aussi sauter en tandem, par exemple lorsqu’il faut porter secours à l’équipier d’un sous-marin qui croise à très longue distance de la France. Cette capacité a pu être utilisée dernièrement en Lybie.

Avitaillement de l'Atlantique

Avitaillement pour une mission d’une dizaine d’heures

Actuellement, les cellules d’Atlantique ont entre 4500 et 7000 heures de vol, on considère qu’elles sont à mi-vie, ce qui justifie la modernisation importante qui a débuté. L’entretien de l’avion se fait au rythme des petites visites V1 qui durent 8 jours, des visites V2 faites en flottille et qui durent 55 jours, et des grandes visites V3 pour lesquelles chaque avion passe à Cuers durant un an et demi.

Petite visite de l'Atlantique n°19

Petite visite de l’Atlantique n°19

Lutte anti-sous-marine

Il est difficile de décrire les tactiques de lutte anti-sous-marine, car ce domaine fait partie des secrets les mieux gardés de la défense nationale. Rappelons que pendant les deux guerres mondiales, les sous-marins ont été responsables de la majorité du tonnage envoyé par le fond. Aussi, les moyens de les débusquer et de les neutraliser sont constamment mis à jour au fur et à mesure des progrès technologiques de part et d’autre.

Atlantique : avant

Atlantique : boule optronique et hublot avant

Dans la panoplie de systèmes mis en oeuvre par un équipage d’Atlantique, le radar Iguane est efficace jusqu’à une certaine distance pour détecter le périscope, le schnorchel, ou le sillage des sous-marins en immersion périscopique, à condition que la mer soit dans un état raisonnable (moins de force 5). On imagine bien que cette distance pourrait être de l’ordre de la quinzaine de nautiques. Le FLIR fonctionne très bien en air relativement sec et hors-nuages, il permet de détecter les sous-marins diesélectriques lorsqu’ils rechargent leurs batteries, au schnorchel, grâce à la chaleur des gaz dans le sillage.

Le MAD, utile mais à faible optée

Le MAD, utile mais à faible optée

Le MAD a une faible portée, il ne détecte les sous-marins que s’ils ne sont pas immergés trop profondément, et les petits bâtiments peuvent éventuellement lui échapper. De plus, les coques sont munies de démagnétiseurs qui diminuent fortement les anomalies magnétiques provoquées par les fortes masses métalliques des sous-marins.

Atlantique : les plumes

Atlantique : ses grandes plumes lui donnent une manoeuvrabilité surprenante

Les balises acoustiques peuvent être larguées en très grand nombre (plusieurs dizaines) pour localiser un sous-marin ou bien pour dresser une barrière infranchissable entre sa position soupçonnée et des navires de grande valeur. Les balises passives Jezebel sont discrètes (le sous-marin ne les détecte pas), mais elles ne peuvent pas donner de localisation précise. Les balises DICAS, actives en différentes bandes de fréquence, donnent la possibilité à l’équipage de l’Atlantique de localiser le sous-marin, cependant celui-ci sait aussitôt qu’il est traqué, et peut donc entreprendre des tentatives d’évasion.

Atlantique de la 21F à Nîmes

Atlantique de la 21F à Nîmes

La détection, l’identification et la neutralisation d’un sous-marin sont donc les étapes principales d’une partie extrêmement délicate. Dans la compétition perpétuelle entre les chasseurs et les sous-marins, l’Atlantique demeure un atout irremplaçable.

Deux Atlantique à Nîmes

Deux Atlantique à Nîmes-Garons

La mise en œuvre

Chacune des deux flottilles compte approximativement 300 personnes de tous profils : les unités de patrouille maritime sont très grosses en raison du travail en équipage constitué et de la logistique importante nécessaire à la mise en œuvre des avions et de leurs systèmes très complexes.

Atlantique équipage

Equipage à l’issue d’une mission consacrée à l’instruction

Les équipages comptent au minimum 13 personnes , mais en principe plutôt 14 personnes ou plus: un pilote, un chef de bord (assis en place droite, il supervise la situation tactique et la trajectoire de l’avion), un pilote en place gauche, un mécanicien de bord (le mecbo participe à la conduite de l’aéronef en basse altitude), un coordinateur tactique (le tacco), trois opérateurs acousticiens, trois radaristes navigateurs (les denaes), trois opérateurs de guerre électronique et de transmission (les gedbos), un deuxième mecbo arme un poste de veille, il est chargé du largage d’artifices depuis l’arrière de l’avion. En permanence, trois postes de veille sont armés: les deux sabords et le nez vitré, par des membres de l’équipage.

Ballonets électroniques de l'Atlantique

Ballonets électroniques de l’Atlantique

Un équipage est constitué pour une durée d’au moins trois ans : la première année se passe en formation autour d’un nucleus de 4-5 équipiers opérationnels, elle est sanctionnée par un examen qui permet pour le passage de l’équipage au statut opérationnel. Après deux ans de vie active en tant qu’équipage opérationnel, l’équipage est « dissous » et on recrée un nouvel équipage qui démarre pour un nouveau cycle. Il faut savoir que chaque flottille compte 7 à 8 équipages opérationnels et 3 équipages en formation.

Atlantique à Lann-Bihoué

Atlantique à Lann-Bihoué: départ en mission ASM

Un membre d’équipage d’Atlantique vole beaucoup (350 heures par an), en sachant qu’un vol peut atteindre une durée de 9 à 10 heures. La technique est au chevet de l’avion au moins 2 heures avant le vol, pour la préparation de l’avion en fonction de la mission prévue (avitaillement, chargement des armes et bouées acoustiques).

Atlantique à Garons

Atlantique à Garons: une image qui appartient au passé …

Le passé récent a vu le rapatriement de la flottille 21F de Nîmes-Garons à Lann Bihoué, avec son lot de conséquences logistiques sur la base bretonne. La présence sur la plate-forme de l’ensemble de la PatMar métropolitaine amènera peut-être chacune des deux flottilles à avoir une activité opérationnelle répartie sur l’ensemble des théâtres: Atlantique, Méditerranée, Outremer et Afrique. A moins que l’une d’entre elles ne soit plus spécialisée dans l’ASM pur, l’autre se réservant plus particulièrement les missions « opex ».

Atlantique à Lann-Bihoué

Retour de mission d’un Atlantique à Lann-Bihoué

Les modernisations en cours sur l’Atlantique portent actuellement sur l’avionique, la remise à niveau du système acoustique étant déjà planifiée, et le reste du système devant suivre. L’affaire de la prise d’otages au Niger a mis en évidence l’urgence d’une modernisation de l’optronique. Vers 2015, c’est en fait un Atlantique « standard 2 » qui équipera la 21F et la 23F, et ce qui donnera aux flottilles les atouts maîtres pour poursuivre avec le même succès ses missions primaires de chasse au sous-marin et de surveillance.

La mise à la retraite anticipée des Nimrod de la RAF a surpris tout le monde: il n’est pas du tout dans l’intention de la Marine de suivre cet exemple, ni de confier la patrouille maritime à des drones. Le CEMM a même déclaré récemment qu’il ferait tout son possible pour conserver les deux flottilles, même si la mutualisation de la maintenance est certaine.

Atlantique

Encore une longue vie pour les Atlantique

Remerciements: à Véronique Zopfmann (Service Communication de la BAN de Lann Bihoué), à la Flottille 23F.

Copyright: Alexandre et escadrilles.org