Fil conducteur : Accueil » Reportages » Musée de l’Air chinois

Musée de l’Air chinois

La cocarde chinoise

Le Musée de l’Aviation à Pékin

Beriev Be-12

Beriev Be-12 dans un effort particulier de mise en scène

Ouvert au public le 11 novembre 1989 pour le 40ème anniversaire de la PLAAF (People’s Liberation Army Air Force), le musée de l’Aviation de Pékin est sans nul doute un must des musées aéronautiques mondiaux.

Version photo d'un F-6 (MiG-19 sous licence)

Version photo d'un Shenyang J-6 (MiG 19 sous licence), F-6 pour l'export

Situé à une quarantaine de kilomètres au nord de la capitale chinoise, le musée de Datangshan, qui vient de faire l’objet d’une rénovation nécessaire pour le 70ème anniversaire de la PLAAF, aligne plus de 300 aéronefs de toute sorte.

F7 2011 Shenyang 12381

Chengdu J-7 (MiG 21F sous licence), F-7 AIrguard pour l'export

Ceux-ci sont exposés majoritairement en extérieur dans le cadre d’une ancienne base aérienne, plus particulièrement le long d’un long taxiway menant à une imposante colline qui abrite un immense hangar creusé à même cette dernière.

F8 2011 30657

Le Shenyang J-8I, première réalisation vraiment chinoise

Nul doute que ce hangar devait abriter un bon nombre d’avions opérationnels dédiés à la défense aérienne de la capitale chinoise: aujourd’hui, les pièces les plus anciennes, les plus importantes ainsi que les aéronefs étrangers (objets d’échanges dans les années 90) y bénéficient d’une protection particulière.

A5_Nanchang

Le Nanchang Q-5, chasseur-bombardier issu du MiG 19, A-5 pour l'export

Néanmoins l’intérêt majeur réside à l’extérieur avec des alignements impressionnants d’aéronefs de production locale.

MiG 15 2011 colourful

Un des nombreux MiG-15 présentés au musée

Petit retour en arrière: après la Révolution de 1949, l’Armée de l’Air chinoise reçut essentiellement des avions d’origine soviétique tels que MiG-15, MiG-17 ou Tu-4 (une copie du B-29 construite en URSS) … Rapidement la Chine s’oriente vers une fabrication sous licence de ces derniers.

le Tu-4 précurseur surprenant de l'AWACS

Clou du spectacle: le Tu-4 précurseur surprenant de l'AWACS

Puis dans les années 80, elle parvient à développer ses propres aéronefs (sous la culture du secret de l’époque), en s’inspirant de designs soviétiques: ainsi l’apparition du Nanchang Q-5 ‘Fantan’ et du Shenyang J-8 étonne l’Occident.

Un A-5C Fantan

Un A-5 Fantan, type toujours en service en Chine

A ce titre, la production chinoise utilise une nomenclature propre pour l’export: A pour avion d’attaque , B pour bombardier , F pour chasseur , Y pour le transport, Z pour les hélicoptères … D’autres lettres peuvent être rajoutées comme T pour une spécificité d’entraînement ou R pour reconnaissance.

Curtiss C-46 Commando

Curtiss C-46 Commando, issu de la période pré-communiste

Ainsi les MiG-15, MiG-17 , MiG-19 , MiG-21 deviennent F-2, F-5, F-6 et F-7 pour l’export. Les hélicoptères Mi-4 , Mi-8, Aérospatiale Super Frelon et Dauphin deviennent Z-5 , Z-6 , Z-8 et Z-9.

FT2 Shenyang 42741

Le FT-2 de Shenyang, une copie du MiG-15 UTI

Les principales usines (en l’occurrence les sites de production) donnent l’appellation de chaque aéronef: Shenyang, Nanchang, Chengdu, Xian, etc..

F7M_2011_12284

Le J-7I, les versions les plus modernes restent en service

En résumé, un bien beau musée surprenant et très intéressant pour n’importe quel fana d’où qu’il vienne.

Un Antonov 26 modifié

Un Antonov 26 modifié pour l'entraînement des bombardiers

Copyright: Philippe Colin et escadrilles.org, tous droits réservés.

Toutes les photos …