Fil conducteur : Accueil » Reportages » Le CAEA

Le CAEA

Le Conservatoire de l’Air et de l’Espace d’Aquitaine

Sis à Bordeaux-Mérignac, et plus exactement sur la base aérienne 106, le Conservatoire de l’Air et de l’Espace d’Aquitaine a pour vocation la restauration et la présentation au sol d’aéronefs et engins volants variés.

Cette vue donne une idée de la future vedette de 2017, un vétéran de la BA 106

Cette vue donne une idée de la future vedette de 2017, un vétéran de la BA 106

L’association, qui compte 250 membres actifs, est présidée par Jérôme Huret. Elle a été créée en 1985 par Monsieur René Lemaire et possède actuellement une collection de 55 avions et hélicoptères, certains, tels le Noratlas n°188 ou le Dassault 312, déjà restaurés, d’autres en chantier, d’autres enfin en attente de restauration.

Une vue partielle de la collection dans le grand hangar HM2

Une vue partielle de la collection dans le grand hangar HM2

Le carburant du CAEA est le travail bénévole: les chantiers sont actifs trois matinées par semaine. Les membres du CAEA sont alors admis sur la base et rejoignent un atelier dédié pour y travailler. L’énorme chance du Conservatoire est en effet de bénéficier d’un des anciens et vastes hangars de la base aérienne, le HM2, où les avions sont bien à l’abri.

Le magnifique 'Siebel' alias NC.702

Le magnifique ‘Siebel’ alias NC.702 Martinet (propriété du MAE)

Cerise sur le gâteau, le tarmac devant le hangar s’orne maintenant de trois jolies astro-arches mis à disposition par l’Armée de l’Air et où séjournent actuellement un T-33, un Etendard IVM et un Super-Mystère B2. Dans un monde où tous les collectionneurs sont à l’affut des instruments, pneus, moteurs, … ,  d’aéronefs anciens, le nerf de la guerre (la monnaie sonnante et trébuchante) manque parfois pour acquérir la pièce rare qui complètera un avion.

Specimen unique, le premier prototype de Mystère 20

Specimen unique, le premier prototype de Mystère 20

Mais l’enthousiasme bénévole est là pour travailler et c’est le principal. Plusieurs avions sont actuellement en phase active de restauration, le CAEA les ayant récupérés dans des états forts variables, certains presque neufs comme le Mirage 5F n°29, d’autres beaucoup moins, comme le Mystère IIC n°104 (Propriété du MAE).

Parmi les très belles restaurations, celle du Nord 2501 n°188 ...

Parmi les très belles restaurations, celle du Nord 2501 n°188 …

Une des spécificités du CAEA est de restaurer les aéronefs dans une apparence la plus proche possible d’une configuration opérationnelle documentée et ce n’est pas forcément une tâche facile. Une équipe de trois documentalistes s’occupe de collecter et organiser la documentation relative aux aéronefs du Conservatoire.

Très bien préservé, le Dassault 312, avec insigne de l'EL 43 Médoc

Très bien préservé, le Dassault 312, avec insigne de l’EL 43 Médoc

En 2017, la base aérienne 106 célébrera son centenaire et l’objectif du Conservatoire est de présenter deux ‘pièces’ nouvelles: le B-26C n°44-35859 et le Vautour IIB n°636. Tous deux sont évidemment des ‘anciens’ de la BA 106.

Autour d'Yvon, l'équipe en charge de la restauration du B-26C

Autour d’Yvon, l’équipe en charge de la restauration du B-26C

Yvon Dumoulin est le chef du chantier ‘B-26’, Yvon est un ancien des B-26 en Indochine et en Algérie et a déjà consacré 15 années de sa vie à la restauration de l’Invader. Animant une petite équipe dévouée, Yvon explique que son ‘bébé’ a dû être déshabillé entièrement tant la corrosion avait dégradé la structure. Un travail minutieux est en cours sur le poste de pilotage.

Le Vautour IIB 636, en cours de restauration

Le Vautour IIB 636, en cours de restauration

Jacques Chateau est lui en charge de la restauration du Vautour, autre bombardier mythique. L’avion était dans un état moins dégradé que le B-26. Il portera la décoration ’92è Escadre’ avec laquelle il a volé toute sa vie, et son immatriculation en 92-AW. Achever la restauration du Vautour pour 2017 est néanmoins un défi difficile qui a été relevé par Jacques et son groupe.

Le chef de hangar devant un SMB2 parqué dans une des astro-arches

Michel, le chef de hangar devant un SMB2 parqué dans une des astro-arches

Le CAEA expose en extérieur ses aéronefs restaurés au moment des ‘Journées Nationales du Patrimoine’, sur le tarmac de la base aérienne 106. En raison de sa localisation dans l’enceinte de la base aérienne, le CAEA n’est pas ouvert au public. Les passionnés peuvent néanmoins bénéficier d’un accès à la collection (sans pouvoir participer aux activités) en adhérant en tant que membre de soutien à l’association.

Copyright: Alexandre et escadrilles.org, tous droits réservés.

Remerciements: à Michel Couet, chef de hangar au Conservatoire, pour avoir accompagné ma visite.