Fil conducteur : Accueil » Reportages » Kisarazu et Tachikawa

Kisarazu et Tachikawa

 Japan Ground Self Defense Force

AH1_Kisarazu327_cf

AH-1S déco spé manga du 4 Taisensha Herikoputatai

Kisarazu

Véritable centre névralgique de la JGSDF, Kisarazu est sans conteste la plus importante base de l’ALAT nippone, sa situation stratégique dans la baie de Tokyo y étant probablement pour quelque chose …

LR1_Kisarazu059_cf

Un des derniers LR-1 du Renraku Teisatsu Hikotai de Kisarazu

Pas moins de 10 escadrons s’y partagent les installations avec une répartition et une organisation toute japonaise, c’est-à-dire optimisant au plus juste l’espace vital qui est crucial sur l’ensemble de l’archipel.

AH1_Kisarazu283_cf

AH-1 vu sur la grande base de Kisarazu

Pratiquement tous les types d’aéronefs en service y sont présents, aux exceptions notables de l’UH-1J Iroquois et l’AH-64J Apache.

UH1_Tachikawa057_cf

UH-1J, vu à Tachikawa avec une déco spé 40 ans

Kisarazu abrite le 4 Taisensha Herikoputatai (code IVATH) équipé d’OH-1 au sein du Honbuzukitai et d’AH-1S au sein des 1 et 2 Hikotai.

AH1_Tachikawa210_cf

Près de 90 AH-1S sont le fer de lance de la JGSDF

Epine dorsale de la base, le 1 Yuso Herikoputagun regroupe 4 Hikotai lourds équipés de CH-47J/JA (103,104,105 et 106 Hikotai aux codes respectifs HGPIII, IV,V et VI), le 102 Hikotai hybride (OH-6D, UH-60JA codés IHB).

CH47_Kisarazu096_cf

Un total de 54 CH-47 donne une grosse capacité d’hélitransport

Le Tokubetsu Yuso Herikoputatai et ses EC-225LP (code STH) est affecté au transport VIP et enfin le Renraku Teisatsu Hikotai et ses voilures fixes LR1 -en phase de remplacement- et LR2 (code … LR ça ne s’invente pas).

EC225_Tachikawa_cf

Un des EC-225 de Kisarazu, VIP transport vu à Tachikawa

En bref Kisarazu constitue l’ossature de la JGSDF et accueille tous les ans les Tokyoites pour une JPO qui vaut le déplacement

CH47_Tachikawa249_cf

CH-47 vu à Tachikawa

Visite à Tachikawa

Situé dans la grande banlieue de Tokyo (40 km à l’ouest exactement) Tachikawa est le reflet des petites bases (appelées camps) de la JGSDF disséminées sur l’archipel nippon, à taille humaine et toujours immergées pour la plupart en pleine agglomération.

CH47_Tachikawa239_cf

Quelques CH-47 de diverses provenances étaient là pour les démos

Tachikawa abrite le Tobu Homen Herikoputatai, qui comprend le Honbuzukitai et ses tous nouveaux OH1 Ninja ainsi que les 1 et 2 Hikotai tous deux équipés de UH-1H/J (tous codés EH), et également le Tobu Homentai/1 Shidan dont le 1 Hikotai utilise une flotte hybride d’UH1J et OH6D (codés I).

OH6_Tachikawa010_cf

Déco spé pour cet OH-6 en l’honneur des 40 ans de Tachikawa

En résumé c’est une vingtaine de bases qui sont réparties sur le territoire japonais.

Ninja_Tachikawa226_cf

Le Ninja, avec une commande cible de 150 exemplaires

Le gros des troupes est constitué par le couple UH-1H/J et OH-6D qui représentent plus de la moitié du parc aérien de la JGSDF avec plus de 200 appareils.

UH60_Tachikawa162_cf

UH-60 venu en invité pour la jpo de Tachikawa

Les 54 CH-47J et 34 UH-60JA assurent la capacité cargo moyen et lourd.

AH64_Tachikawa195_cf

Un AH-64 Apache venant de Kasumigaura

L’attaque anti-char relève du duo AH-1S (90 appareils) et AH-64DJP, commandés à 55 exemplaires, et dont une petite dizaine seulement est en service … difficultés économiques obligent.

Ninja_Tachikawa198_cf

Ce Ninja OH-1 est équipé de réservoirs externes et de bidon-valises

Mention spéciale pour le premier hélicoptère nippon, l’OH-1 Ninja, dont l’étude initiale remonte à la fin des années 80. Les prévisions visait le remplacement d’une grande partie des OH-6 avec des projets d’acquisition de 150 à 200 unités.

Ninja_Tachikawa181_cf

OH-1 appartenant au Honbuzukitai de Tachikawa (code EH)

Malgré un réel aboutissement technologique poussé par une fierté toute japonaise, le Ninja a lui aussi subi de plein fouet les difficultés économiques et les réductions drastiques qui en ont découlé: une petite quarantaine d’OH-1 seulement fait partie de l’inventaire de la JGSDF en 2014.

drapeau-de-la-JGSDF

Copyright: Philippe Colin et escadrilles.org, tous droits réservés.

Remerciements: un grand merci à Claude et Francis Mallet (chef d’escale Air France à Tokyo) pour leur gentillesse, amitié et … collaboration photographique, sans oublier OB !