Fil conducteur : Accueil » Reportages » Frisian Flag 2014

Frisian Flag 2014

Exercice à Leeuwarden

L’exercice Frisian Flag s’est déroulé du 31 mars au 11 avril dernier, à partir de Leeuwarden, au nord des Pays-Bas.

F16 Frisian_fb

Leeuwarden, home des 322è et 323è squadrons

Il est organisé annuellement (sauf annulations liées à la situation internationale … ou à l’éruption d’un volcan finlandais …) par le 323 TACTESS (Tactical Training Evaluation and Standardisation Squadron), un des deux escadrons résidents, particulièrement chargé de la mise à jour des tactiques, des procédures et de la formation des moniteurs F-16 de la Koninklijke Luchmatcht (KLu).

F16 2014_J-063_fb

F-16, 35 ans d’âge, bonne cuvée

Rappelons qu’après avoir été un très gros utilisateur de F-16 (jusque 213 machines dans les années 80), les Pays-Bas n’alignent plus aujourd’hui que 4 escadrons: 312è et 313è à Volkel, 322è et 323è à Leeuwarden, outre une unité de formation, composée de quelques avions en détachement permanent aux Etats-Unis, au sein de la Garde Nationale d’Arizona, à Tucson.

F16 2014_E-597_fb

Les Danois et leurs F-16 de Skrydstrup

L’objet de l’exercice, dont la dimension s’est développée tout au long des années 90, est d’entraîner les participants à des opérations de COMAO complexes et variées, dans un contexte international. En fonction des demandes des pilotes participants, les missions peuvent être focalisées tant sur les aspects offensifs que défensifs, en insistant particulièrement sur la prise de décision en fonction des moyens disponibles.

Typhoon_2014_11-10_fb

Il y avait 4 Tifones de l’Ala 11 de Moron

Dans ce cadre, les espaces aériens néeerlandais, allemands et danois sont en général utilisés. Même si l’exercice ne comporte pas de vols de nuit ni de tirs réels, il est alors assez proche des finalités des Red Flag, ou encore des TLP avec toutefois des coûts induits inférieurs.

F16 Portugal_fb

Le Portugal, venu tardivement au Fighting Falcon

En effet, le TLP, dont l’objet est de former les leaders des COMAO, est porté par une structure créée par des accords internationaux, dont il revient aux signataires de supporter les coûts fixes.

F16 2014_Norway_fb

Quatrième client du marché du siècle, la Norvège

A l’inverse, l’organisation de Frisian Flag est beaucoup plus souple : les participants ne paient que les coûts induits par leur séjour (carburant notamment), et l’objet de l’exercice est d’entraîner les pilotes aux missions COMAO, sans objectif spécifique sur la formation des « mission commanders ».

F16 Norway_fb

Les F-16 norvégiens sont parmi les mieux entretenus

Frisian Flag est donc devenu une étape habituelle pour un noyau dur de pays participants (Pays-Bas, Belgique, Allemagne notamment), auxquels se joignent au gré des éditions des unités plus occasionnelles, issues ou non de l’OTAN. Pour cette cuvée 2014, on observait donc côté F-16 une quinzaine de hollandais, 5 belges, 5 norvégiens, trois danois et quatre portugais.

Typhoon 2014_30+89_fb

Cet Eurofighter du TLG-74 s’apprête à sortir son AF

En rôle uniquement air–air, on trouvait en outre cinq F-18C finlandais, quatre Tifon Espagnols de l’ALA 11 de Moron, et 8 Eurofighters allemands, frappés des insignes des Tacktisches Luftwaffen Geschwader 31 (Nörvenich) et 74 (Neuburg).

F18 2014_454_fb

Les F-18 finlandais, remarquables par leur sobriété, de décoration

Afin de diversifier les scénarios, il convenait également de noter l’appui des Hercules du Squadron 336, outre celui des désormais incontournables Falcon jammers (cette fois de chez Cobham) et l’intervention d’un certain nombre de tankers, opérant d’Eindhoven.

C130 2014 G781_fb

Le C-130 du Sqdn 336, partie prenante du COMAO

Au gré des mouvements, se présentent également de temps en temps des oiseaux rares (à défaut d’être toujours esthétiques), tels un Pilatus PC-12 finlandais … Toutes diverses qu’elles soient, les missions commencent invariablement par deux vagues journalières, consistant en des décollages massifs d’une quarantaine d’avions à chaque fois.

PC12 2014_PI-04_fb

PC-12 finlandais, transportant rechanges et personnel

Le spectacle est donc permanent pendant près de deux heures ininterrompues, le principal ennemi pour le photographe étant constitué du halo de chaleur qui finit par entourer tous les avions au départ. Ce dernier a à peine le temps de se dissiper qu’il convient déjà de photographier les premiers retours.

F16 KLu

F-16 du 322è squadron, s’alignant pour le décollage

Les temps morts ne sont donc pas légion à Frisian Flag, faisant de cet exercice, peu fréquenté par les spotters francophones, une idée de sortie à conseiller.

Copyright : Frank BOUCOT et escadrilles.org, tous droits réservés.