Fil conducteur : Accueil » Reportages » Après le Tucano

Après le Tucano

Tucano 2009 JU-UF

Patrouille de Tucano en 2009

15 ans de Tucano à Salon, et après …

Le 10 juin 2009 avait lieu sur la BA 701 de Salon de Provence un événement assez rare pour être évoqué ici: le retrait du service des 34 Tucano qui assuraient la pré-spécialisation chasse des pilotes de l’Armée de l’Air et de l’Aéronavale. L’événement ne serait pas exceptionnel s’il ne s’agissait d’un retrait après seulement 15 années de service, alors que les avions avaient seulement entamé le second tiers de leur potentiel.

Tucano 2009 JU

Un des Tucano à avoir conservé la décoration initiale

Alors que le mythique Fouga Magister était arrivé à Salon en 1956 et n’avait quitté la base provençale qu’en mars 1996, soit 40 ans après, le turboprop de chez Embraer sera tombé prématurément, victime d’une réforme du cursus de formation, intervenue progressivement à partir de 2006.

Tucano 2009 UH

Tucano et Ecole de l’Air, un couple qui a duré 15 ans

Les deux avions de présérie de type Embraer 312F étaient arrivés à Salon en juillet 1994. Malgré un a priori négatif, dû à sa motorisation à hélice, le Tucano s’avéra rapidement un excellent avion de formation, grâce, à ses qualités de pilotage, son confort et ses performances. Ses caractéristiques lui permettent de faire acquérir aux élèves pilotes de combat un niveau de pilotage en voltige, en vol en formation, et en navigation, tout à fait en rapport avec les qualités requises avant la spécialisation chasse qui se déroule à Tours. Dans un premier temps, les Tucano assurèrent aussi la formation « tronc commun » des élèves pilotes de Salon.

Tucano 2009 10juin

Le 10 juin 2009, la patrouille de Tucano

Par rapport au Fouga, le gain le plus appréciable était certainement les sièges éjectables (l’abandon en sécurité d’un CM-170 en vol était une performance en soi), et bien sûr l’avionique adaptée au pilotage aux instruments. Mais côté économie d’emploi, le gain était également très fort, puisque la consommation horaire était en gros divisée par quatre, entre le Fouga et le Tucano.

Tucano 2009 Salon

Scène de taxi-way à Salon en janvier 2009

Le domaine de vol du Tucano ne s’étendait pas à la haute altitude, mais le rapport entre sa masse (2700 kg) et sa puissance (750 ch) en faisait un avion source de sensations de 0 à 6000m et jusqu’à 250 noeuds. Un parfait intermédiaire entre les avions de formation initiale (Jodel D-140, ou CAP 10) et le premier « réacteur ».

Tucano 2008 312-UK-UH

Tucano, avion adapté à la pré-spé « chasse »

Le cursus de formation n’avait d’ailleurs pas été bouleversé pour les élèves pilotes de l’Ecole de l’Air et de l’Ecole Militaire de l’Air, lors de l’entrée en fonction des Tucano en lieu et place des Fouga: les aiglons effectuaient leur formation de base et leur pré-spécialisation chasse ou transport en deux phases, mais sur le même avion.

Tucano 2008 312-UF

Avion du « Côte Bleue », dernier à passer en VP

On observait depuis longtemps une dichotomie de type d’avions dans la formation élémentaire en vol des deux filières principales de l’Armée de l’Air, car les Elèves Officiers du Personnel Navigant, effectuaient depuis belle lurette leur cursus de base et de pré-spécialisation sur Epsilon, à Cognac, après une sélection initiale en vol. L’introduction à Cognac du Grob 120 s’est réalisée dans le cadre d’une réforme de la formation en vol élémentaire des EOPN.

Grob et Epsilon

Grob 120 et Epsilon: la filière Charentaise

Cependant, les dernières réformes du cursus de l’Ecole de l’Air ont motivé un changement en profondeur à Salon, qui s’est progressivement mise en place à partir de 2008: un allongement de près d’un an de la durée de scolarité est réalisé, en lien avec le diplôme d’Ingénieur de l’Air. Egalement partie prenante de cette réforme, l’obtention d’un brevet de pilote d’avion léger PPL au standard européen en troisième année de l’EA, (brevet PPL également pour les élèves de l’EMA).

Tucano 2009

Tucano décoré spécialement, le 10 juin 2009

Pour cette partie de l’apprentissage du vol, les TB-10 de la DGAC (Service de Formation Aéronautique) offrent des capacités tout à fait convenables, et les Tucano étaient certes « sur-dimensionnés », puisque le Brevet SEP (Single Engine Propeller) Terrestre est applicable aux avions de moins de 350 chevaux.

TB10 2009 GGNB

Le TB-10, avion école élémentaireà Salon

Après de la disparition des Tucano, la pré-spécialisation chasse ne se fait plus à Salon, mais à Cognac, pour l’ensemble des élèves-pilotes sélectionnés: c’est un progrès de la standardisation des cursus. Par contre, les élèves pilotes obtiennent en début de quatrième année de l’EA leur certificat ATPL théorique (Air Transport Pilot Licence). Ils sont rejoints pour cette phase à Salon par les EOPN qui obtiennent à Salon l’ATPL avant de partir à Cognac: c’est un autre point de la standardisation des cursus. La formation ATPL ne comprend pas de cursus en vol.

Tucano 2009 JV

Tucano en finale, tout sorti

Le départ des Tucano matérialise donc bien le changement de philosophie de la formation à Salon, avec un cursus plus musclé sur le plan académique, et plus léger au niveau pilotage (pour ceux qui font la spé « chasse »), les brevets de pilotes obtenus étant par ailleurs en adéquation avec les brevets civils. Le temps où 50 Fouga ou 35 Tucano s’alignaient sur la parking de la division des vols est bel et bien terminé. Cette réforme accompagne d’ailleurs également le changement de format de l’Armée de l’Air, aboutissement de 20 ans de réajustements depuis la chute du mur de Berlin.

Diamond_2009_US

Diamond que le parking du CFAMI en 2006

Les deux escadrons d’instruction en vol qui utilisaient la flotte de Tucano, le 2°EIV « Montmirail » et le 3° EIV « Côte Bleue » se partagent maintenant la quinzaine de TB-10 de Salon. Le Centre de Formation Aéronautique Militaire Initial assure lui l’instruction en vol élémentaire, avec une flotte de planeurs, et de motoplaneurs. Les élèves pilotes ne volent pas sur les D-140 à ce stade, par contre les Mousquetaire sont utilisés plus tard dans le cursus, avec l’Ecole de Formation des Navigateurs de Combat également localisée à Salon.

D140 2009 XM

Le D-140 Mousquetaire forme les navigateurs

A l’issue de leur formation en vol initiale (phase 1), les aiglons s’envolent vers Cognac où a lieu la phase 2 du tronc commun de la formation de pilote, sur Grob 120, qui s’achève par une orientation. Ce tronc commun phase 2 est  suivi par une pré-spécialisation en transport sur Grob ou chasse sur Epsilon (ou encore une spé- drone). Notons aussi que les élèves-pilotes orientés vers la filière « hélicoptère » sont dirigés dès la fin de la phase 1 de Salon vers l’école des voilures tournantes de Dax.

Tucano 2008 312-UB+TB10

Pendant 3 ans, Tucano et TB10 se sont partagés la base de Salon

Remerciements au Bureau des Relations Publiques de la BA 701 pour la permission d’assister à la cérémonie du 10 juin 2009.

Copyright: Alexandre et escadrilles.org