Fil conducteur : Accueil » Reportages » JGSDF … l’ALAT japonaise

JGSDF … l’ALAT japonaise

OH-6 UH-1

Visites à trois bases de la Japanese Ground Self Defense Force

La Japanese Ground Self Defense Force est officiellement créée le 1er juillet 1954 avec pour buts, d’une part, d’assurer la sécurité intérieure du Japon et, d’autre part, de contrer une éventuelle invasion soviétique de l’île d’Hokkaido.

AH-64

L’Apache nippon est un oiseau rare

A cette même date sont aussi créées les composantes Air et Mer des nouvelles forces d’auto-défense japonaises: la JASDF et la JMSDF.

CH-47

Le Chinnok, bête de somme de l’ALAT japonaise

Le contexte géopolitique de l’époque (guerre de Corée) oblige les Américains à redéployer une partie de leurs effectifs sur le continent et, de fait, à restituer au Japon une partie de ses fonctions régaliennes…

UH-1

Duo UH1J/UH60 au dessus du parking de Kasumigaura

2014 est donc l’année du 70ème anniversaire des forces d’auto-défense nippones…et le contexte géopolitique vient rappeler l’importance vitale de celles-ci avec les tensions très vives que connaît le Japon avec le nouveau maître de l’extrême orient qu’est la Chine.

AH-1

Le Cobra reste un argument valable en Asie

La JGSDF actuelle, pour sa composante aérienne, est divisée en 5 armées réparties sur l’ensemble du territoire de l’archipel avec plus de 20 escadrons, une brigade d’hélicoptères – la 1st Helicopter Brigade de Kisarazu dans la baie de Tokyo qui regroupe en son sein l’essentiel des hélicoptères lourds ainsi que les voilures fixes VIP – et 3 écoles à vocations différentes basées à Akeno, Kasumigaura et Utsunomiya.

CH-47

Un grand nombre d’hélicos lours stationnent dans la baie de Tokyo

Visite à Kasumigaura

Situé dans la préfecture d’Ibaraki à une heure de train au NNE de Tokyo, le camp Kasumigaura a une très longue histoire aéronautique.

CH-47

Un des Chinook de Kasumigaura

En fait, Kasumigaura est le nom du grand lac adjacent (qui est le 2ème en superficie du Japon) et celui-ci abritait au début du siècle dernier une base navale dont l’attribut majeur était un hangar à dirigeables (disparu depuis) acquis auprès des allemands dans les années 1920: le Graff Zeppelin y fit d’ailleurs une escale lors de son premier tour du monde avant de ralier …  San Francisco (et sa jolie maison bleue).

Ninja

Le Ninja: Pilotage en gants blancs svp !

Kasumigaura abrite le Koku Gakko -l’école d’aviation- et possède une petite piste en herbe orientée 06/24 ainsi que six vastes hangars et ce en pleine agglomération.

Ninja

Un « petit » Tigre japonais pour s’imposer aux dragons

La base assure la formation de pilotes opérationnels de la JGSDF et à ce titre, elle est la seule à regrouper en un site la quasi totalité des hélicoptères en service (à l’exception des hélicoptères d’école ab-initio et VIP).

AH-64

Opérations d’avitaillement sur l’AH-64DPJ

On y retrouve 7 types différents : UH-1J, AH-1S, AH-64DJP, CH-47J/JA,OH-6D, UH-60JA et le 1er hélicoptère autochtone l’OH-1 Ninja entièrement développé au Japon.

CH-47

Rotations baptême de l’air pour ce CH47: le loadmaster veille

Les autres ont été pour la plupart construits sous licence, après les livraisons initiales, par les firmes japonaises Fuji, Kawasaki ou Mitsubishi. Ils sont regroupés au sein du Kasumigaura Kou et portent tous le code SK.

Ninja

Jeunes ou vieux, les aéronefs japonais sont toujours dans un état impeccable

… à suivre …

Remerciements: un grand merci à Claude et Francis Mallet (chef d’escale Air France à Tokyo) pour leur gentillesse,amitié et … collaboration photographique, sans oublier OB !

Copyright: Philippe Colin et escadrilles.org, tous droits réservés.