Fil conducteur : Accueil » Reportages » L’escadron de chasse…

L’escadron de chasse 2/5 à Solenzara

2000 2012 115YS-YO

Grande campagne de tir pour le 2/5 Ile-de-France

Pendant deux semaines, l’escadron de chasse 2/5 Ile-de-France, conduit par le Lieutenant Colonel Brunetta, a déployé 19 avions, 35 pilotes et plus de 100 mécaniciens sur la base aérienne 126 « Capitaine Preziosi » de Solenzara en Corse.

2000 2012 115LD Cdt

Aux commandes d’un 2000, … et du 2/5 Ile-de-France

La campagne de tir air-air et air-sol s’est parfaitement déroulée avec une moyenne de 50 mouvements par jour.

2000 2012 Line

8h00: le tarmac de la base aérienne 126 déjà animé par le 2/5 Ile-de-France

Le 2/5 avait délocalisé la majeure partie de son activité à Solenzara puisqu’avaient lieu aussi bien les sorties de tir que les sorties d’entraînement dévolues à la formation des jeunes pilotes. Trois Mirage 2000B étaient disponibles sur place.

Pilotes 2012

Quatre pilotes en route pour le débriefing

Seuls restaient à Orange les pilotes en instruction initiale, plusieurs instructeurs, et une demi-douzaine d’avions. Les deux types de missions figuraient au tableau d’ordre et elles étaient assurées grâce à l’organisation de deux « pistes » différentes, avec des bureaux de piste et des emplacements de parking distincts.

Mecas 2012

La remise en oeuvre se fait à un rythme extrêmement élevé (ici la « piste tirs »)

D’ailleurs, les 2000B n’étaient pas employés que pour la transformation, ils assuraient aussi des missions de tirs air-sol, avec les bombes à guidage laser d’entraînement (LGTR).

LGTR 115KS 2012

Une bombe d’exercice LGTR sous un 2000B

Cinq 2000c, munis d’un réservoir ventral, et des instructeurs assuraient les missions de transformation, au profit des pilotes en instruction (affectés au 2/5) et des pilotes stagiaires (en transformation au 2/5 mais affectés à un autre escadron de 2000) qui étaient présents à Zara.

2000 2012 115YL

Un des 2000 du 2/5 utilisés pour la transformation

Ces derniers étaient tous déjà lâchés, avec au minimum une expérience de 50 heures de vol (et autant de séances de simulateur). Rappelons que les « PIM » suivent une formation qui dure environ 18 mois depuis le lâcher sur 2000 jusqu’à l’obtention du statut de pilote opérationnel. Au cours de cette période, ils accumuleront une expérience grâce à une soixantaine de séances de simulateur et 150 à 200 heures de vol.

2000 2012 115YD+2

Une vue de la « piste normale » avec le décollage d’une mission de transformation

L’entraînement au combat aérien demeure la base de la formation du pilote opérationnel de défense aérienne. Rappelons que les 2000 RDI d’Orange ne sont pas convertis pour tirer des missiles Fox 3, comme le MICA EM, et que leur armement air/air se compose de leurs canons de bord et de missiles Magic 2 (IR).

Prevol 2012

Le pilote accompagné du patron d’appareil, pour la prévol

Un entraînement intensif au combat aérien permet au jeune pilote de mieux maîtriser son avion en évolutions serrées: il faut savoir que les manoeuvres en combat se font avec plus ou moins de souplesse et qu’un pilote peu expérimenté offrira plus de « solutions de tir » à l’opposant en braquant plus fréquemment et plus violemment ses éléments mobiles.

2000 Break 2012

Le braquage des éléments mobiles accroît les chances d’accrochage d’un missile IR

Les missiles IR modernes sont dotés de systèmes de reconnaissance (bande 3 type Mica IR, IRST, Aim9X) qui identifient facilement la forme des avions, sans parler évidemment de la conduite moteur afin de réduire la signature IR.

2000 2012 115LD

Le 2000-RDI est en 2012 un chasseur de défense aérienne très performant

Les sorties de tir étaient organisées par bloc de deux heures, au cours desquels quatre patrouilles de deux M2000 étaient programmées. Il y a eu fort peu de missions annulées: elles se sont déroulées au rythme d’une patrouille de deux Mirage tous les quarts d’heure, les missions durant généralement moins de 50 minutes.

Petafs 2012

Le rythme élevé des missions s’impose bien sûr aux armuriers

Pour alimenter cette noria, la remise en oeuvre des avions se devait d’être extrêmement efficace, le ballet réglé des mécaniciens et des armuriers ou « pétafs » veillait au réapprovisionnement des canons et des lance-bombes, et aux opérations de maintenance en piste.

Petafs obus 2012

Pétafs en action: opération sur les obus et les magasins du DEFA 554

Pour les sorties de tir air-air, les Mirage 2000 RDI étaient quasiment en configuration lisse, emportant seulement une maquette de Magic 2 munie de son autodirecteur: des missions courtes avec un avion puissant. Durant cette campagne air-air, les pilotes ont seulement tiré avec leurs deux canons.

Canon DEFA 554

Le DEFA 554, lointain descendant du Mauser MG-213

La première patrouille à s’envoler (aux heures rondes) suivait de peu l’Alphajet remorqueur de cible du 2/2 Côte d’Or. Direction la zone D-67 toute proche, au dessus de la mer Tyrrhénienne, où l’espace appartient aux chasseurs du niveau de la mer à la stratosphère.

2000 2012 103LL-YD

La noria des sorties de tir était organisée autour d’une mission tous les 15 min

Pour les tirs air-air, le remorquage de cible ou « biroutage » était en effet assuré par un détachement conséquent de l’escadron d’entraînement 2/2 Côte d’Or comprenant trois Alphajet, six pilotes et environ 15 mécaniciens.

Alphajet 102FG + 2000

Le pilote, le patron et un des Alphajet du 2/2 se préparent à assurer la mission

La présence d’autant d’avions tireurs imposait également aux « biroutiers » un rythme élevé: pour chaque tour de quatre patrouilles, deux sorties du 2/2 étaient nécessaires, car avec sa cible TAC 100 l’Alphajet ne peut emporter que son plein interne (1900 litres) avec par conséquent une autonomie limitée.

TAC100 2012

Vérification avant mise en place de la TAC 100 dans le conteneur

D’autre part, une fois déroulée, la cible engendre une trainée très élevée, d’où une consommation importante.

Alphajet 2012 102FG

Alphajet 102-FM au décollage avec son conteneur de cible TAC 100

Une fois positionné en zone D-67 an niveau 130-150, le biroutier déroule sa cible au bout d’un câble textile de 500m, la première patrouille de 2000, présente à ses côtés, vérifie que l’opération se passe sans incident.

2000 2012 115LD 103YD

Une patrouille de 2000 décolle à la suite de l’Alphajet « biroutier »

La cible est composée d’un panneau de treillis textile de 4 x 2 m, accroché à l’arrière de la TAC 100, un corps profilé contenant des capteurs acoustiques, laquelle est reliée à l’avion par le câble.

Cible 2012

L’ensemble cible, largué par le pilote du 2/2,  rejoint le plancher des vaches

Ensuite, le pilote du gadjet se met en virage vers la droite, à 250 – 300 kts, et effectue des orbites: les Mirage se positionnent à l’intérieur de ce cercle et effectuent leurs passes de tir, un par un. Les pilotes du 2/5 ont le choix entre deux cadences de tir pour leur DEFA de 30 mm: 1200 ou 1800 coups/minute. Ils sélectionnent une salve de 0,5 ou 1 seconde.

2000 2012 115-YS

Retour de mission de tir air-air, un C-160 d’Orléans apportant un moteur de rechange

Lorsque l’Alphajet du 2/2 revient au terrain, le pilote largue le câble et l’ensemble cible sur une aire spécifique, puis revient pour son break et son atterrissage.

Alphajet 2012 102-FG

Alphajet procédant au largage de cible, après sa mission

L’ensemble de la cible est récupéré, examiné, puis reconditionné pour un vol suivant. Les résultats des tirs étant enregistrés par acoustique, l’exploitation des données se fait sur un ordinateur à la ciblerie. Les armuriers examinent aussi le panneau cible et décident s’il est réutilisable; parfois il est très abîmé.

Alphajet 2012 102FM

Un avion du 2/2 Côte d’Or au roulage, de retour de mission

De même la TAC 100 elle-même est examinée et testée, sauf quand elle a été détruite en vol par des tirs trop précis. Une campagne de tir comme celle du 2/5 nécessite 50 à 60 panneaux cibles.

Pilote d'Alphajet en cours de check-list

Pilote d’Alphajet en cours de check-list

De l’avis de la ciblerie, les pilotes du 2/5 ont été particulièrement précis lors de cette campagne, un bon nombre de panneaux et même quelques corps de TAC 100 étant rayés des registres.

2000 Break 1280

Break d’une patrouille à l’issue d’une sortie de tirs air/air

Cependant, les Alphajet biroutiers manquent un peu de souffle et n’offrent pas les configurations de tir les plus difficiles; lorsque c’est un Mirage qui officie, le pilote fait tout son possible pour « défendre sa biroute », le nombre de coups au but est alors souvent inférieur. Néanmoins cet entraînement demeure hautement réaliste car il permet de qualifier les pilotes aux missions de police du ciel.

2000 2012 115YO

Retour au parking: le pilote aura bientôt la confirmation de la valeur de son tir

Après chaque mission, le résultat des passes de tir est restitué en salle d’opérations: en face du nom de chaque pilote, on voit s’accumuler les ronds bleus (tir réussi, plus de 2 obus au but), rouges (cas contraire), ou jaune (impossibilité de tir).

2000 2012 115-LD

Une fois sa mission terminée, le pilote prendra connaissance de son score

Un score moyen d’environ 20% d’obus écoutés dans la plus petite sphère  a été enregistré, soit plus de cinquante pour cent des passes réussies, passes de tir des PIM comprises. L’Ile-de-France de 2012 est un digne héritier des gun-fighters du Sqn 340.

Le 2/5, digne héritier des gun-fighters du Sqn 340

Le 2/5, digne héritier des gun-fighters du Sqn 340

Pour les tirs air-sol, les Mirage étaient équipés du lance-bombes d’exercice LBF-2 avec quatre bombes lisses de 4 kg, simulant la trajectoire d’une Mk82 de 250kg.

Petafs bombes 2012

Les pétafs procèdent au changement des bombes d’exercice

Les pilotes allaient tirer sur le champ de tir de Diane, quelques dizaines de km au nord du terrain. L’EC 2/5 est, après la dissolution du 1/12 le 30 mars, l’unique unité volant sur 2000 RDI, un modèle multirôle disposant d’un radar optimisé pour l’air/air mais présentant d’excellentes dispositions en mode air/sol, comme par exemple une bonne capacité de télémétrie, avec un grand champ.

2000 2012 115YS lbf2

Roulage pour Diane avec un LBF-2 bien garni

La désignation visuelle de l’objectif dans la tête haute permet un tir « facile » grâce au calculateur, et les pilotes ont réalisé couramment des tirs à moins de 50 m de la cible, considéré comme coup au but pour une bombe de 250 kg, celle qui est simulée par le projectile d’exercice.

2000 2012 115KL

De retour au parking après ses tirs air-sol

Pas mal pour des « chasseurs bleus »; mais il est vrai que l’escadron a intégré plusieurs pilotes bien entraînés au bombardement ces derniers temps, ce qui permet un transfert d’expérience.

Petafs_LGTR_2012

Vérification de la fixation de la LGTR par les pétafs de l’ESTA 2E005

Deux 2000B ont aussi été équipés de bombes guidées laser d’entraînement (LGTR), afin que le 2/5 complète son profil d’escadron multi-rôle.

2000B 2012 115AM lgtr

Un des 2000B du 2/5 équipés pour le tir des LGTR

La désignation des objectifs a été réalisée soit par des JTAC postés au sol, soit par des 2000D venus spécialement de Nancy pour l’occasion.

2000D 2012 133IS

Un des deux 2000D de Nancy venus pour illuminer les cibles au sol

L’attaque simulée était alors réalisée par une patrouille mixte 2000B-2000D, comme c’est encore le cas pour le plus récent chasseur de chez Dassault. Là aussi, les tirs d’entraînement ont été couronnés de succès.

Petaf soir 2012

Début de soirée: la maintenance toujours active pour préparer les avions

Bien peu de Mirage ont séjourné au hangar durant cette campagne de deux semaines à Solenzara: une fois l’avion de retour au parking, un court entretien entre le pilote et les mécaniciens permettait généralement à ces derniers de préparer l’avion pour le tour suivant.

Meca hydrau 2012

Intervention des mécaniciens sur une panne d’hydraulique

On a bien déploré quelques aléas de réacteur, de radar, ou d’hydraulique, mais le détachement de l’ESTA 2E005 s’est fait fort de régler ces problèmes de routine, si bien que chaque matin le tarmac de la base aérienne 126 offrait le beau spectacle de presque 20 Mirage à la dérive ornée de l’insigne de « l’Ile-de-France » … ou des escadrilles du « Cambrésis », puisque cinq 2000 portaient toujours les marques du 1/12.

2000 2012 103LJ

2000 aux couleurs de feu le 1/12, démarrant sous l’oeil du patron d’appareil

La préparation des avions en amont de la campagne de tir et le détachement d’une équipe bien dimensionnée ont permis à l’ESTA d’offrir au 2/5 une disponibilité proche de 100%.

2000 2012 103LL

De ce fait, la plupart des missions prévues ont été effectuées et tous les pilotes ont vu leur expertise augmenter.

Pilotes vers avions 2012

Dispo maxi: nombre record de missions effectuées

Pour l’ensemble du personnel présent, cette campagne de tir 2012 restera dans les annales, avec un nombre record d’avions, de pilotes et de sorties, et une disponibilité quasi-inégalable.

2000 2012 115LD--

Ces campagnes de tir annuelles sont toujours l’occasion de voir tourner les unités à plus de 100% de leur capacité, et le 2/5 Ile-de-France fut particulièrement impressionnant.

2000 2012 115YA-

Ce fut aussi un grand privilège d’assister à ce ballet l’espace de deux journées.

2000 2012 115KB

Remerciements: Au CL Bometon, commandant la base aérienne 126 « Capitaine Preziosi » de Solenzara et au LCL Brunetta, commandant du 2/5 Ile-de-France. Merci au SIRPA-Air et au Bureau des Relations Publiques de la BA 126. Un merci particulier à « Duf » et à « Tino », ainsi qu’à tout le 2/5 Ile-de-France et à l’ESTA 2E005 pour leur accueil bienveillant.

Copyright: Alexandre et escadrilles.org