Fil conducteur : Accueil » Histoire et histoires » Mirage F-1C de l’Armée…

Mirage F-1C de l’Armée de l’Air

Les F-1C et B sous la cocarde

Nous parcourons les unités de F-1C et B dans l’ordre chronologique de leur transformation sur l’avion.

F1 330-AP 1991

F-1C du CEAM en 1991

C’est naturellement le CEAM (Centre d’Expérimentations Aériennes Militaires) qui vole en premier sur le F-1C, nouvel intercepteur de l’Armée de l’Air. Le deuxième avion de série lui fut affecté le 25 mai 1973, suivi par les n°3 et 4 le 16 et 30 juillet suivants. Les prototypes 02 et 04 avaient auparavant été évalués en 1970 et 1972. C’est d’abord l’escadron 24/118 qui vola sur ces avions, puis l’ECE 5/330 Côte d’Argent qui prit la suite en 1987 : le CEAM compta jusqu’à cinq F-1C.
Le premier F-1B de l’Armée de l’Air vola à Mont-de-Marsan à partir du 28 octobre 1980. Les Mirage F-1C et F-1B quittèrent le CEAM à une date que je ne connais pas.

F1 30-MQ

F-1 du 2/30  avec la cible TAC 100, au large de Zara

Lorsque les F-1C se posèrent à Reims le 20 décembre 1973, ils venaient remplacer des Vautour IIN d’un autre temps, au sein du 2/30 Normandie-Niémen. Opérationnel dès le début 1974, le Neu-Neu devint le fer de lance de la DA tricolore. Après son ré-équipement en F-1C.200, le 2/30 devint apte aux détachements hors d’Europe. Sa première opex se déroula au Tchad en 1983, il participa à la guerre du Golfe en étant déployé en Arabie Séoudite.

F-1 30-MN 1978

Vu en septembre 1978 lors de la visite des MiG

Le 1er juillet 1993, le Neu-Neu abandonna pour un temps sa désignation de 2/30. Délaissant ses intercepteurs, il volera durant plusieurs années sous l’appellation de 1/13 depuis la base de Colmar Meyenheim, avec des F-1CT.

F1 30-FG 1989

F-1C.200  du 3/30 vu en 1989 au-dessus de la mer

Le 3/30 Lorraine se transforma de février à mai 1974 au sein du 2/30, avant de devenir opérationnel en juillet de la même année. Le « Lorraine » assura la mission de défense aérienne jusqu’en août 1988, date à laquelle il devint Escadron de Chasse et de Transformation opérationnelle en récupérant les F-1B du 3/5 Comtat-Venaissin.

F-1 30-FR 1982 JY

La déco initiale du « Lorraine », ici en 1982

Le « Lorraine » se transforma en 3/33 le 1er juin 1994. Il assura cette mission jusquà la fin des F-1C dans l’Armée de l’Air, en juin 2003. Le 3/33 fut ensuite brièvement équipé de Mirage F-1CT.

F1 5-NL 1988

F-1C.200 du 1/5 au dessus du Tchad en 1988

L’escadron de chasse 1/5 Vendée fut le troisième à toucher les F-1C, en remplacement des Mirage IIIC, à partir de juillet 1974, se transformant à Mont-de-Marsan avant de rejoindre Orange le 21 mars 1975. C’est au « Vendée » de recevoir le nouveau standard F-1C.200, et d’inaugurer l’ère du ravitaillement en vol au sein de la DA.

F-1C 1978 5-NI

F-1C du « Vendée » vu à Salon en 1978

Les F-1 du 1/5, comme ceux du 2/5, seront donc en première ligne lors des opex. L’ère du F-1C au sein du « Vendée » s’acheva fin-1987, avec un début de transformation sur 2000C-RDI dès janvier 1988.

F1 5-OE 1987

F-1C.200 du 2/5 au dessus de la mer en 1987

Le 2/5 Ile-de-France suivit de peu son confrère, puisqu’il débuta sa transformation dès le 3 juillet 1975, avant d’être déclaré opérationnel le 30 décembre. Dès 1976, l’escadron s’octroya la coupe Comète, prouvant sa maîtrise du nouvel intercepteur.

F-1 5-OA 1978

Sur la BA 115 en 1978 …

Comme pour le « Vendée », c’est le Tchad qui constitua le gros du menu des opérations extérieures du 2/5. L’EC « Ile-de-France » y mena de nombreuses missions, avant de débuter sa transformation sur le dernier des Mirage, à partir d’avril 1989.

F1 12-ZI 1988

F-1C-200 du 2/12 Cornouaille au Tchad en 1988

Le 2/12 Cornouaille est le premier des escadrons de Cambrai à voler sur Mirage F-1C, à partir de mars 1976. Le F-1 remplaça ici l’antique Super-Mystère B2, avion séduisant mais complètement dépassé dans sa mission de défense aérienne. L’EC 2/12 est déclaré opérationnel  en janvier 1977.

F1C 1979 12-ZE

F-1C du 3/12 vu en 1979 à Chateaudun

Il redevint l’escadron de chasse 3/12 le 1er juin 1980, peu de temps avant la recréation du 2/12 Picardie. En plus d’être « abonné » au plot de N’Djamena, il participa à la première guerre du Golfe en se positionnant à Doha (Qatar)  du 30 décembre 1990 au 16 mars, 1991. A partir de 1989, le 3/12 fut doté d’un Mirage F-1B. Le « Cornouaille » fut dissous le 31 juillet 1995.

F1 12-YI 1987

F-1C.200 du 1/12 au dessus de la mer en 1987

Le 1/12 Cambrésis débuta sa transfo au 2/12 en mai 1977, avec un premier avion à ses couleurs le 24 mai. Les ultimes SMB2 français volèrent en son sein jusqu’au 12 novembre 1977. Déclaré opérationnel le 1er mars 1978, le « Cambrésis » vola d’abord sur des F-1C non ravitaillables.

F-1 12-YI 1982

Un C.200 avec le beau tigre « DA des années 70 »

Comme les autres escadrons sur C.200, il fournit des détachements au Tchad, dès avril 1984. Participant au détachement F-1 de Doha en 1990-91, le 1/12 acheva sa période F-1 dès mars 1991. Malgré l’arrivée des 2000, un F-1 « tigré » fut tout de même présenté au Tiger Meet de 1994 ! Comme le « Cornouaille », le 1/12 fut équipé de F-1B, à la fin.

F1 12-KR 1988

F-1C du 2/12 Picardie fin-1988

Troisième escadron de la Douze à voler sur F-1, le 2/12 Picardie reçut ses premiers avions à la fin du premier trimestre 1980 pour être déclaré opérationnel le 1er octobre 1980. Le « Picardie » fut détaché au Tchad plusieurs fois, et un de ses avions fut même touché sérieusement le 25 janvier 1984.

F-1 12-KP 1982

Avion du « Picardie » en 1982

Le 2/12 se distingua le 4 juillet 1989 en interceptant un drone avant l’heure, en l’occurrence le MiG-23 polonais qui avait poursuivi son vol après l’éjection de son pilote !

F1B 12-YR 1991 JFL

Biplace du 1/12 vu en 1991

Comme les deux autres escadrons de Cambrai, le 2/12 bénéficia d’un F-1B à partir de 1989. Il vola sur F-1 jusqu’en novembre 1992, date à laquelle il débuta sa transformation sur 2000-RDI.

F1B 5-AF 1984

F-1B du 3/5 en 1984, lors d’un entraînement au bombardement

L’escadron de chasse et de transformation 3/5 Comtat-Venaissin voit le jour avec ses F-1B à compter du 12 juin 1981. Dans un premier temps, le 3/5 fut équipé de F-1B, avant de toucher quelques F-1C à partir de février 1982. Mais il demeura un escadron à forte dominante « formation » jusqu’au 1er août 1988: des pilotes du Comtat-Venaissin furent détachés en opex, mais les avions du 3/5 ne quittèrent pas la métropole.

F-1C 1989 5AC

Mirage F-1C du 3/5 vu en 1989

A partir de septembre 1988, le 3/5 devint un escadron opérationnel de DA. Il fut le dernier escadron d’ Orange à voler sur F-1, jusqu’au 25 juillet 1990, avant de débuter sa transfo sur Mirage 2000.

F1 10-SN 1984

F-1C du 1/10 en janvier 1984, avant le tir du R530

La 10ème escadre de Creil fut la dernière à recevoir le Mirage F-1C, avec le 1/10 Valois à compter du 27 mai 1981. Dans un premier temps, le 1/10 reçut les F-1 au premier standard, ne volant sur F-1C.200 qu’à partir de 1984.

F1 10-SE 1984

Vu au printemps 1984, à Creil

Si le 2/10 Seine finit sa vie opérationnelle sur Mirage IIIC, le « Valois » eut la chance de survivre à la dissolution de la Dix, puisque le 1er avril 1985 il quitta la BA 110 pour rejoindre la BA 112 voisine, devenant du même coup le 1/30 … la Trente n’ayant pas de premier escadron ! Le 1/30 se distingua en octobre 1992 par un détachement en Guyane, sa dissolution intervenant le 27 juin 1994.

F1 30-SQ JFL

F-1C du 1/30-SQ en novembre 1993 (camouflage Djiboutien)

Dixième et dernier escadron à voler sur F-1C, le 4/30 Vexin toucha ses premiers avions à Djibouti le 1er juillet 1988, ces avions venant relever les IIIC du 3/10 à bout de souffle. La plupart des F-1C.200 furent revêtus d’un camouflage vanille-café très seyant, donnant une autre jeunesse à ces chasseurs, qui vont devenir polyvalents dans les cieux de la Corne. La dotation du 4/30 fut de 10 avions. Du 29 mai au 6 juillet 1989, six Mirage assurèrent un détachement à La Réunion.

F1 1992 33-LC

F-1C du « Vexin » en 1992

A la dissolution de la Trente, le 1er juin 1994, le « Vexin » devint 4/33, tout en ne faisant jamais partie de la « 33 » qui avait cessé d’exister un an auparavant.

F1 33-FR 2001

Avion du 3/33 « Lorraine », pas « Moselle »!

Tout au long de leur présence à Djibouti, les F-1C auront fort à faire pour affirmer la souveraineté aérienne du petit Etat dans une région en perpétuelle effervescence. A partir du 15 juillet 2001, les F-1C cédèrent peu à peu la place à leur petit frère delta, le 2000C, puis 2000D en juin 2002.

F1B soleil

F-1B en décembre 1986

La vingtaine de biplaces (ou plutôt les avions restants) achetée par la France connut une existence mouvementée à compter de la mise en sommeil du « Lorraine », en août 2005.

F1B 30-FP 1989

F-1B du 3/30 en 1989

En effet, les F-1B rejoignirent l’EC 1/30 Alsace sur la base aérienne 132, conférant à cet escadron la mission de transformation opérationnelle. Puis, à partir du 27 juin 2008, l’ Alsace est mis en sommeil à son tour, aussi les biplaces passèrent-ils à l’escadron voisin, le RC 2/30 Normandie-Niémen.

F1B 30-SR 2006

F-1B du 1/30 Alsace à Colmar en 2006

Mais, restructuration aidant, le 2/30 est à son tour frappé de léthargie, le 3 juillet 2009, en même temps que la base alsacienne va fermer ses portes.

F1B 30-SI 2008

F-1B du Neu-Neu à Salon en 2008

Alors, la petite flotte de F-1B revint à Reims, pour voler au sein des deux escadrons de reconnaissance 1/33 Belfort et 2/33 Savoie. Las, la Force Aérienne de Combat se rétrécissant comme peau de chagrin, le « Belfort » abandonna ses F-1CR, laissant au « Savoie » l’exclusivité des derniers F-1 bleus français.

F1B 112-SC 2010

F-1B du « Savoie » en 2010

La faux budgétaire continuant son oeuvre et la base de Reims fermant à son tour ses portes, c’est à Mont-de-Marsan que nous retrouvons actuellement les trois derniers F-1B en activité au sein de l’Armée de l’Air.

F1B 118-SL 2013

F-1B du 2/33 à Zara début 2013

Avec une poignée d’irréductibles F-1CR du 2/33, ils résistent encore et toujours à l’implacable mouvement de La Roue …

F1B 518 2008

Le F-1B 518 vu en 2008, toujours avec sa décoration spéciale « Alsace »

Copyright : Alexandre et escadrilles.org

Remerciements: Je remercie chaleureusement Jean-François Lipka pour la mise à disposition de tous ces clichés air-air. Jeff, pilote et photographe exceptionnels, connait bien le F-1.

Référence : Le Mirage F-1C et B dans l’Armée de l’Air. Association Delta-Reflex, 2003 : 54pp.