Fil conducteur : Accueil » Histoire et histoires » Les « Trapanelles » de…

Les « Trapanelles » de l’EL 41

Escadron de Liaison « Verdun », années 70

Dans les années 1974-1979 lorsque je l’ai connu, l’escadron de liaison « Verdun » ou plus simplement l’EL 41 stationné sur la base de Metz (BA128) était équipé de cinq types d’avions: le Nord 262D, le Morane Saulnier MS-760 Paris, le Max Holste MH-1521 Broussard et moins connus le CM-170 dit « Fouga » et  un Rallye solitaire qui fut prêté quelques temps à l’EL par son constructeur.

Les Fouga servaient à l’entraînement de certains pilotes de l’Etat Major de la FATAC et aux liaisons; l’EL les utilisaient pour la liaison, l’entraînement et assurait les vols de convoyage (notamment vers l’AIA de Clermont) et d’essais (après visites ou réparations). Certains « transporteurs » de l’EL appréciaient particulièrement ses remarquables capacités en voltige (c’était tout de même plus facile qu’avec le « Brou »).
Avant de passer sous le code « 128- » de la Base aérienne ces appareils furent codés en « 41-« .

Fouga 1977 41-AU

Fouga N°5 41-AU en vol pour Clermont et une révision générale. La déco sauvage (1066) à l’avant de l'empennage est l’œuvre d’aviateurs britanniques lors de l’escale d’un HP Hasting de la RAF (…nous avons confisqué le pochoir)

Les MH1521 Broussard en plus des liaisons en régime VFR (conditions météorologiques de vol à vue) assuraient les largages de paras notamment au profit des SAPS (Sections Autonomes de Parachutisme Sportif).

Les nombreuses surprises qu’il réservait aux non initiés, à l’atterrissage, lors des vols en montagne et en largage para lui ont donné une mauvaise réputation c’est pourquoi à l’EL les amateurs de « Brou » se comptaient sur les doigts de la main. Pourtant il pouvait être passionnant quand on le connaissait bien et comme on ne se battait pas pour faire du « Brou » il y en avait toujours un de dispo sur le parking.

Broussard 1977 41-AK

MH1521 N°39 41-AK (28 janvier 1977)

Le « Paris » était très utilisé pour les liaisons VIP. Tout en ayant plus d’autonomie que son cousin le « Fouga » il nous réservait parfois des arrivées acrobatiques sur certains aéroports internationaux mais en navigation basse altitude il était parfait. Pour les amateurs de sensations fortes je conseille un vol de nuit en « Paris » au milieu des cumulonimbus: la verrière panoramique permet d’admirer les éclairs « comme si on y était ».
Le home cinéma existait bien avant d’être mis en vente dans les grandes surfaces.

MS760 1978 41AO

MS760 N°76 41-AO (20 juillet 1978)

Le Nord 262, de son petit nom « deux-six-deux », était la vedette officielle de la « boutique » qui mettait en œuvre la version « D » (hélice quadripale).
C’était la monture préférée du Cdt d’escadron, du chef des ops, du leader pilote et des super VIP qui adoraient jouer avec son pilote automatique perfectionné (pour l’époque).

N262 1978 76

N262 N°76 (juillet 1978)

Pendant quelques semaines le constructeur du Rallye ne trouvant pas de clients, avait eu la bonne idée de dispatcher ses appareils en surnombre dans les différents EL (41, 43, 44) à raison d’un exemplaire par escadron. Mon plus grand regret le concernant est de n’avoir pu le photographier avec l’insigne de l’EL41 qu’il n’a porté que quelques jours.

Il n’a pas vraiment emballé les pilotes pourtant il se posait tout seul il volait tout seul et il refusait obstinément de décrocher (sauf quand on le brutalisait vraiment) on n’avait même pas la possibilité de se poser sur le ventre car le train était fixe. Bref il était sans histoire.

MS893 1975 41AZ

MS893 41-AZ sur le parking de l’EL41 (09 juin 1975)

L’EL 41 « Verdun » est devenu en 1983 l’ETE 41 « Verdun », puis en 2004 il a été fusionné avec l’EH 2/67 « Valmy » pour devenir l’ETM 1/40 « Moselle », toujours sur la Base Aérienne 128 de Metz-Frescaty.

Copyright: Alain Gréa et escadrilles.org , tous droits réservés.