Escadrilles.org
Accueil » Histoire et histoires » 26 août 1980 : nos derniers Voodoo

26 août 1980 : nos derniers Voodoo

Les F-101 du 123rd Fighter Interceptor Squadron de l’Oregon ANG

Août-septembre 1980 : notre second tour aéronautique des USA se fait cette fois dans les grandes largeurs, et ménage une belle part aux grands paysages de l’Ouest américain. Au lieu d’un Greyhound Pass, l’instrument du périple est cette fois une Ford Fairmont break, louée à bon prix grâce à l’entremise de l’ami Don Spering.

F105B_1980_ Nj5779_2
Une étape dans le New Jersey permettant de rendre visite à Don Spering et au 108e TFG de MacGuire AFB

Les vedettes de la partie aviation ne seront plus les F-100, mais les quatre chasseurs Centuries Series restants : le F-101B Voodoo, le F-104G Starfighter, le F-105 Thunderchief et, bien sûr, le F-106 Delta Dart. Autre nouveauté, grâce à la réussite de notre tour de 1978, avec l’article Raid chez les Yankees, et à une lettre d’accréditation de Airfan, nous avons obtenu des entrées sur deux bases stratégiques de l’USAF : celle de K.I Sawyer (Michigan) et celle de Minot (Dakota du nord).

Août 1980 : sur la base stratégique de K.I. Sawyer, deux F-106A du 87e FIS

C’est donc avec quelques milliers de miles au compteur que nous faisons notre entrée sur la base Air National Guard située sur l’aéroport de Portland, Oregon. Au menu, bien sûr, l’unité d’intercepteurs du 123e FIS, 142e Fighter Interceptor Group de la Garde Nationale Aérienne de l’état d’Oregon, volant sur le magique McDonnell F-101B Voodoo.

Inséparable compagnon des escadrons de chasse de l’ANG à cette époque, un Convair C-131 du 142e FIG

Né pendant la décennie dorée de l’aviation américaine, les années 50, comme les autres Century Fighters, le McDonnell F-101 Voodoo est presque la plus grande réussite du bureau d’études de la firme de Saint-Louis. Presque, car il fut trop vite détrôné dans l’Air Force par un autre surdoué de la famille, le McDonnell F-110 … autrement dit, le F-4 Phantom II !

Le F-101A Voodoo : le résultat du fabuleux coup de crayon de l’ingénieur-projet de chez McDonnell (ici un avion du 81e TFW)

Un bon avion de chasse c’est aussi un bon réacteur, et le Voodoo F-101B hérita d’une des dernières versions du Pratt & Whitney J-57, le P-55 de 7 700 kg de poussée avec post-combustion (5 460 kg à sec). Deux moteurs de ce type permettent de propulser le F-101 à presque Mach 2, un F-101A de série s’adjugeant même le record absolu de vitesse en circuit fermé : 1943 km/h (12 décembre 1957, Major Drew).

RF-101C 1978 Mississipi 56166
Surnommé ‘Long Bird’, le RF-101C pratiquait la reconnaissance à grande vitesse au-dessus du nord-Vietnam (ici c’est dans le Mississipi)

Les qualités du Voodoo étaient telles, qu’il put s’adapter aux différentes missions que lui attribua l’USAF, au gré des changements de vision stratégique : chasseur d’escorte pour le SAC, striker nucléaire, avion de reconnaissance, et bien sûr, intercepteur pour l’Aerospace Defense Command. Ce dernier, biplace, fut utilisé en nombre dans les unités régulières, ainsi que plus tard dans les escadrons de l’ANG : sept unités au total, presque toutes situées dans les états de la ceinture nord des USA.

Un F-101B se prépare pour une mission ; noter l’empreinte des missiles Falcon sur la trappe de la soute

Parmi les particularités qui contribuèrent à l’excellence du F-101B, relevons l’emport de missiles en soute (deux paires de Hughes AIM-4 Falcon A –radar- et B –IR- puis C) et aussi l’ajout d’un capteur et désignateur infra-rouge (IRST) en 1963-66. C’est le carénage visible au-dessus du nez et qui remplace la perche de ravitaillement en vol. Les missiles Falcon étaient tirés de préférence en paire, un radar et un IR. Comme d’autres intercepteurs US de l’époque, le Voodoo avait la capacité d’emport de la roquette atomique AIR-2 Genie …

Un pilote et un WSO, formule adoptée pour le premier intercepteur vraiment supersonique de l’USAF

A la différence du F-102A qui l’a précédé, et bien sûr du F-106A qu’il a côtoyé, le F-101B était une formule biplace, avec un Weapon System Officer à l’arrière. Ce dernier avait la maîtrise du système de tir semi-automatique Hugues MG-13. Deux prédécesseurs directs du Voodoo dans la mission d’interception tous-temps, le Lockheed F-94C Starfire et le Northrop F-89D Scorpion, étaient également des biplaces.

S’élançant sur la piste de Portland, le 70292 est un F-101F dédié à la formation

L’excellence des performances du Voodoo explique le surnom qu’on attribua bientôt au One-O-One : One-O-Wonder, avion magique … référence aussi au nom de baptême donné au chasseur par la maison McDonnell. Le F-101B d’interception connut une grande longévité aux USA: de 1959 à 1981, avec un retrait des unités régulières de l’ADC, en 1971. Au moment où nous visitons le 123e Fighter Interceptor Squadron de Portland, deux autres ANG volent encore sur Voodoo : le 136e FIS (New York ANG) et le 111e FIS (Texas ANG).

F-101B 1978 New-York 90412
Un F-101B du 136e FIS de la New York ANG, vu en 1978

Le 123rd FIS est de longue date une unité d’intercepteur intégrée à l’ADC : il a successivement utilisé tous les chasseurs affectés à cette mission cruciale au temps de la Guerre Froide. Ainsi, l’unité du 142nd FIG connut le F-86A (1951-1955), le F-94B (1955-1957), le F-89D et ses évolutions (1957-1965), le F-102 (janvier 66 à 1971), et enfin le F-101B Voodoo et sa version instruction, le F-101F (de mars 1971 à 1981).

Les lignes parfaites du Voodoo sont mises en évidence sur cette vue 3/4 avant

C’est donc un an avant le retrait des Voodoo – ils seront remplacés par des F-4C – que nous visitons l’unité de l’Oregon ANG à Portland. L’accueil sur la base est comme presque toujours (le Texas fera exception trois semaines plus tard) à la fois chaleureux et professionnel : un court briefing est suivi par une séance photo sur le parking ensoleillé du Group. Les F-101 sont dans un état resplendissant, brillants comme des sous neufs, l’insigne de l’aigle portant un missile bien en place des deux côtés de la dérive.

Le ‘Redhawk’ du 123e FIS, toujours en place de nos jours sur les F-15C de l’Oregon ANG

Il faut rappeler que le Voodoo est, pour l’époque, un chasseur lourd : 12,9 tonnes à vide et 20,7 tonnes en charge (23,7 tonnes de masse max). Les dimensions imposantes de l’intercepteur lui permettent à la fois d’emporter ses missiles et d’avoir suffisamment de carburant pour disposer d’une autonomie à la mesure du continent américain (2450 km). D’ailleurs, les F-101B volent souvent en lisse, alors qu’ils peuvent emporter deux bidons de 1700 litres.

Départ en mission d’une patrouille de Voodoo du 123e FIS, le 26 août 1980 …

La puissance des deux J-57 confèrent au Voodoo une vitesse ascensionnelle d’intercepteur (185 m/s au départ) en plus de sa grande vitesse. Par contre, les ailes sont petites : la charge alaire élevée (610 kg/m2) implique que la manoeuvrabilité en haute altitude est limitée … mais quand même meilleure que celle du Starfighter !

… et nous sommes n°3 à bord du pick-up Dodge de l’équipe de piste !

Notre visite se poursuit par une excursion sur le taxiway en compagnie d’une patrouille de Voodoo qui part pour une mission d’entraînement. En suivant les F-101, nous sommes aux anges dans le pick-up Dodge, hésitant entre profiter du spectacle grisant et faire des photos.

Deux F-101B sont alignés sur la piste, au point fixe, pour un décollage avec espacement

Un troisième avion décolle à la suite : l’attente du décollage au point de manoeuvre nous procure encore un grand bonheur, c’est un moment Wonder-ful ! Nous avons le loisir d’étudier les différents angles de vues de ce ’04’, tandis que le bruit très proche de ses deux réacteurs nous sature les oreilles (sans doute avions-nous un casque).

Deux pilotes à bord d’un F-101F au point de manoeuvre

Après l’envol de ce dernier F-101, nous rejoignons le parking et les locaux du 123rd FIS pour une petite discussion et l’achat des patchs souvenirs. La visite mémorable de l’Oregon ANG s’achève; elle suit un autre rendez-vous exceptionnel, quelques jours plus tôt , avec le 186th FIS de l’Air Guard du Montana. Merveilleuse Amérique …

T33 1980 Or-35943
Compagnon de tout escadron d’intercepteur dans les années 70-85 : le T-33

En quittant Portland vers l’ouest, nous ne nous éloignons pas totalement de l’ambiance Voodoo, puisque nous rejoignons la merveilleuse côte de l’océan Pacifique pour rouler vers le sud sur la mythique … Highway 101 !

Egalement magiques, l’océan Pacifique et la côte de l’Oregon

Copyright : Alexandre et escadrilles.org

Pour les spotters : liste des F-101B/F vus le 26 août 1980

  • (F) 70 292 – 04
  • 70 412 – 20
  • 70 417 – 24
  • 80 270 – 03
  • 80 313 – 10
  • 80 325 – 13
  • 80 330 – 15
  • (F) 80 338 – 17
  • 80 342 – 19