Fil conducteur : Accueil » Histoire et histoires » 7 janvier 1987, le 3/3…

7 janvier 1987, le 3/3 en action

.

.

Trente ans après Ouadi Doum, les ‘Cochons’ se souviennent

Mercredi 1er mars, le 3/3 Ardennes et la base de Ochey ont commémoré la mission qui permit de faire taire les radars libyens de la base de Ouadi Doum. Cette base libyenne en zone occupée du Tchad abritait en effet des troupes et des avions libyens, qui avaient juste auparavant attaqué des positions françaises au sud de la ‘ligne rouge’ de démarcation (le 16e parallèle).

Jaguar 1986 11 EC

En 1986-87, la plupart des Jaguar stationnés à Bangui et à Libreville sont des ‘vanille-chocolat’ de la 11

Malgré le raid contre la piste de l’aérodrome, le 11 février 1986, l’aviation libyenne était de plus en plus menaçante, et la base de Ouadi Doum était très bien protégée. Plusieurs batteries de SA-6, et un radar de veille, ainsi qu’une nombreuse artillerie sol-air garantissaient les Libyens contre une nouvelle attaque française. Du moins le croyaient-ils …

Jaguar 1979 3-XN

Jaguar du 3/3 Ardennes  à Ochey en juin 1979 … avec son Martel !

C’est à moment que l’escadron de chasse 3/3 intervient. En effet, la base aérienne 133 était à cette époque spécialisée dans l’attaque des radars adverses, avec le missile Martel. A Nancy-Ochey, les escadrons 1/3 Navarre et 2/3 Champagne étaient alors équipés de Mirage IIIE, non ravitaillables, non déployables. Le 3/3 Ardennes volait lui sur le fameux Jaguar, dépourvu de radar, mais sur lequel on avait réussi à adapter le missile anti-radar.

Avion du 4/11 au Tchad en octobre 1987 montrant le cockpit bien protégé du Jag

Avions du 4/11 et du 1/11 au Tchad en octobre 1987

6 janvier avant l’aube: quatre Jaguar ‘Martel’ mettent en route sur l’aérodrome de Bangui (trois décolleront). Mais la mission ne fonctionne pas: les radars de Ouadi Doum se tiennent coi. Alors, après un intense brain storming, c’est un raid massif et très complexe qui se prépare pour le lendemain: deux F-1CR, huit F-1C, quatre C-135F, un Atlantic et … les quatre Jaguar ‘Martel’ aux mains du 3/3.

F1CR 1988 33-NR-CA

Deux F-1CR vu au Tchad en 1988 (avions du 1/33 et 2/33)

Les F-1CR sont des leurres, chargés d’inquiéter les défenses de Ouadi Doum et de faire allumer le radar Flat Face de la base. Trois des Jaguar qui décollent de N’Djamena ont leur Martel réglé pour s’accrocher sur les radars Straight Flush des batteries de SA-6, ils sont encore en livrée Centre-Europe. Le dernier Jag’, en livrée désertique, est le A100 ’11-MP’, doté d’un Martel réglé pour accrocher le radar Flat Face.

Deux Jaguar en PS en BA près du pic Saint-Loup en novembre 1988

Deux Jaguar du 3/11 en BA près du pic Saint-Loup en novembre 1988

Les quatre Boeing sont nécessaires pour abreuver tout le monde, y compris les huit F-1C du 3/12 Cornouaille qui assurent la couverture du dispositif. Le Breguet des Marins assure les écoutes et abrite le PC aérien du raid. Le décollage des chasseurs a lieu après 11 heures et le raid commence comme prévu, les F-1CR et Jaguar volant en très basse altitude sur des routes espacées de 100 nautiques.

Atlantic(que) et Afrique ont une longue histoire commune (ici Djibouti en 1984)

L’indispensable Atlantic vu ici Djibouti en 1984

A 12h51, les F-1CR virent vers Ouadi Doum en montant à 6000 pieds, ils provoquent l’allumage du radar de Faya Largeau, puis celui du radar de Ouadi Doum. Un des Jaguar, le A100, accroche ce dernier et tire son Martel à 13h00; altitude 300 pieds. Les autres Jaguar n’accrochent pas et doivent virer avant d’être à la portée des batteries de SA-6. Qu’importe, le seul Martel tiré fait mouche … mission réussie !

Un 2000D 'vanille-chocolat', il fallait bien cela ... merci l'ESTA !

Un 2000D ‘vanille-chocolat’, il fallait bien cela … merci l’ESTA !

C’est donc cette mission mémorable et pas comme les autres qui était fêtée ce mercredi à Ochey. Vive le 3/3 Ardennes, qui avoue être un escadron de chasse pas comme les autres, selon les mots de son commandant, le lieutenant-colonel Martel

Le spécial Ouadi Boum, en compagnie d'oiseaux aux couleurs du Champagne

Le spécial Ouadi Doum, en compagnie d’oiseaux aux couleurs du Champagne

Cerise sur le gâteau, on apprend par la même occasion que l’EC 3/3 prépare la saison des meetings avec une patrouille qui prendra la place laissée vacante par les Ramex Delta … les Couteau Delta !

Alexandre et escadrilles.org

Sacrés cochons !!

Sacrés cochons !!

Source: les détails sur cette mission sont issus de l’excellent livre d’Alain Vezin: Jaguar, le félin en action (ETAI 2008, 264 pages).