Fil conducteur : Accueil » Les Aéronefs » Gros plan » Les D140R de l’Armée de…

Les D140R de l’Armée de l’Air

Abeille: 50 ans de service

Déco flamboyante et stylée pour l'Abeille des 50 ans

Déco flamboyante et stylée pour l’Abeille des 50 ans

Origine: le Jodel D140 Mousquetaire

Conçu par Jean Délemontez et fabriqué par la SAN (Société Aéronautique Normande) de Lucien Quérey le prototype du Mousquetaire (F-BIZE) effectue son premier vol à Bernay le 4 juillet 1958.

Il s’agit d’un monomoteur de 4/5 places à train classique, de construction bois et toile, motorisé par un Lycoming O-360A de 180 CV. Il est équipé d’une grande soute à bagages et est parfaitement adapté au voyage et à l’utilisation sur terrains de montagne.

Il sera décliné en plusieurs versions: D140A (Mousquetaire I), B (Mousquetaire II), C (Mousquetaire III) et E (Mouquetaire IV) qui se différencient essentiellement par la forme de la dérive.

D140 Mousquetaire XZ

D140E Mousquetaire XZ vu à Salon en 2007

Au total le « gros Jodel » sera produit à 215 exemplaires entre 1958 et 1970 plus un nombre conséquent d’exemplaires de construction amateur.

L’armée de l’air prendra livraison de 18 D140E de fin de série (cn 195 à 212) entre 1969 et 1970, initialement pour utilisation par l’Ecole de l’Air, 7 sont encore utilisés de nos jours pour le remorquage des planeurs après adjonction d’un rétroviseur (D140ER).

Du Mousquetaire à l’Abeille

La puissance du Mousquetaire permettait d’envisager son utilisation en tant que remorqueur. Les premiers essais furent réalisés avec des D140C. Et en juin 1965 un nouvel appareil mieux adapté à cette fonction (cn 501/F-WLKK) désigné D140R (pour remorqueur) prend son envol. Surnommé Abeille il se différencie de son prédécesseur par une verrière panoramique et une partie arrière du fuselage affinée ce qui entraîne la quasi disparition de la soute à bagages.

D140R n°507, le premier de la série Armée de l'Air (vu en 2016)

D140R n°507, le premier de la série Armée de l’Air (vu en 2016)

Entre 1965 et 1970, il sera produit à 28 exemplaires. L’armée de l’air en a acquis 12 (507 à 518) pour remplacer ses vénérables MS500 Criquet en service jusqu’au milieu des années soixante à la section vol à voile de l’Ecole de l’Air. Le CEV en a aussi utilisé 2 (519 et 520).

Utilisation dans l’Armée de l’Air

Le 507 est pris en compte le 12 décembre 1966 et est immédiatement affecté à Salon avec le code YW (F-SDYW) puis XW (F-SDXW), il sera suivi des 508, 511 et 517. Les autres seront affectés initialement aux sections de Metz (512 et 516) et de Saintes (513 et 515).

Le 511, livré à Salon en 1967, vu ici sur l'aérodrome d'Eyguières en 2016

Le 511, livré à Salon en 1967, vu ici sur l’aérodrome d’Eyguières en 2016

Dans les premiers temps on verra aussi des Abeille sur les bases d’Evreux (510/F-UMEA, 518/F-UMEB) et d’Auxerre (514/F-RHAC). Puis ensuite dans de nouvelles sections vol à voile: Rochefort, Romorantin, Solenzara, Ambérieu, Grenoble et Apt.

De nos jours

Après avoir compté jusqu’à 8 sections actives simultanément dans les meilleures années, et après les dissolutions successives, il ne reste plus aujourd’hui que 3 sites où l’on peut voir des Abeille. A la date du 14 janvier 2016 les unités ont été redésignées EIVV (Escadron d’Instruction au Vol à Voile):

– EIVV 21.535 Chambord à Romorantin-Pruniers.

– EIVV 25.535 Cordouan à Saintes-Thénac.

– EIVV 05.312J Sainte-Victoire à Salon-de-Provence.

1966-2016: cela fera un demi-siècle à la fin de l’année que le premier appareil a été réceptionné. Au printemps dernier la décision a été prise d’appliquer une décoration anniversaire à un avion. La flotte étant désormais gérée par la société Cassidian c’est dans l’atelier peinture de celle-ci à Angoulême que la décoration a été appliquée.

Allure de jeune premier après quand même 49 ans de service

Une allure de jeune premier après quand même 48 ans de service

L’appareil choisi est le 516/XA. Il a d’abord volé à Saintes, puis après un petit détour par Romorantin (on a pu le voir au Meeting de l’Air d’Avord) il se trouve actuellement à Salon depuis la fin du mois de juillet.

En effet les avions ne sont pas affectés à un escadron particulier mais ils « tournent » au gré des disponibilités et révisions successives.

Conclusion

L’Abeille est en 2016, après le Boeing C-135, le deuxième appareil le plus ancien en service dans l’armée de l’air et fait notable aucun n’a été détruit par accident. Il n’a pas de remplaçant pour l’instant et donne toujours entière satisfaction à ses pilotes et mécaniciens.

Vu au dessus du terrain de Saintes, l'Abeille du demi-siècle

Vu au dessus du terrain de Saintes, l’Abeille du demi-siècle

Sur les 12 exemplaires reçus 10 sont encore en service (2 ont été vendus).

Tableau récapitulatif

c/n   Mis en service le:   Indicatif en 2009 Remarque:

507     21/12/1966            F-TFUA
508     26/01/1967            F-TFUB
509     26/01/1967            F-SDXX            Vendu en 2009 (F-GYPC)
510     15/02/1967            F-SDXD            Vendu en 2010 (F-HCBC)
511     29/03/1967            F-SDXO
512     03/04/1967            F-TFUO
513     27/07/1967            F-SDXT
514     27/09/1967            F-UMDO
515     27/09 1967            F-UGBG
516     08/03/1968            F-SDXA            Déco spé 50 ans
517     08/03/1968            F-UGBA
518     02/08/1968            F-UMDA

Documents consultés:
Les avions Jodel (Xavier Massé) chez Nouvelles Editions Latines (1996).
Jodel D140 production list (dave.wise.binternet.co.uk/DWJ140.htm).
Fiches de suivi des Abeille de l’armée de l’air (merci à CP).

Remerciements:  aux personnels de l’EIVV Sainte-Victoire rencontrés sur le terrain de Salon-Eyguières.

Copyright: Jean-Pierre Martin-Rosset et escadrilles.org, tous droits réservés.