Fil conducteur : Accueil » Actualités France » COTAM 2019-2025, une phase délicate

COTAM 2019-2025, une phase délicate

Écrit le 13/11/18, dans Actualités France

Le post-Transall, vu au travers d’un rapport parlementaire

Le rapport parlementaire du 12 octobre 2018 écrit par Monsieur Jean-Jacques Ferrara s’intéresse à la situation et à l’avenir de l’Aviation de Transport Militaire, particulièrement sa composante tactique.

Le Transall, tatoué de partout, va être difficile à remplacer

Abordant de nombreux sujets, il met en évidence la phase actuelle qui voit la déflation du parc de Transall et les défis qui se présentent pour le ‘COTAM’. La flotte de C-160 va en effet décroître de 14 avions fin-2018 à 12 avions fin-2019, puis 9 avions en 2020, puis 6 avions en 2021-22, et enfin ‘0’ à la fin de 2023.

Activité intra-théâtre en BSS: le Transall tient encore le haut du pavé

En effet, pas d’activité opérationnelle sans aviation de transport. Une insuffisance de moyens peut contribuer au désastre, tel qu’il fut vécu par nos aïeux à Dien-Bien-Phu. La BSS n’est pas le Vietnam, mais l’efficacité sur ce théâtre dépend crucialement des avions de transport tactique (immensité, soudaineté des attaques terroristes, faiblesse numérique des moyens terrestres mobilisables).

Le CASA, avion de transport tactique trop léger … et sur-utilisé par ailleurs

Le rapport de M Ferrara pose les bonnes questions sur la correspondance entre le chiffre cible de 53 ATT (hors CN-235) retenu par la Défense dans ses documents officiels, et les commandes prévues. L’Armée de l’Air dispose de 45 avions actuellement et les commandes prévues couvrent 10 A-400M.

Evolution du parc d’ATT jusqu’à 2035

Le lecteur peut constater que la prévision du ministère indique une cible de 35 Atlas (et non 50, ce qui était la cible officielle), et qu’au delà de la remise à niveau des 14 C-130H, un successeur du Hercules H est prévu pour la prochaine LPM (*). Ce successeur pourrait naturellement être le C-130J, puisque 4 avions sont d’ores et déjà acquis. A moins bien sûr que la cible de 53 ATT ne soit plus d’actualité, en réalité.

Le C-130J, s’il démontre ses capacités de disponibilité, pourrait être le gagnant de la prochaine LPM

Au delà d’un nombre d’avions en parc, la disponibilité des flottes EST le problème numéro 1 du transport tactique en France: les chiffres de début 2018 viennent à peine démentir ceux de 2017: entre 24 et 40% selon le type d’appareil. Il faudrait d’ailleurs être d’une naïveté confondante pour croire dans les prédictions 2019 affichées par le ministère (tableau ci-dessous), car la réorganisation systémique de la maintenance (avec privatisation partielle) ne suffira pas à atteindre ces chiffres sans une grosse injection de moyens financiers.

La dispo, toujours la dispo …

La dispo est donc la contrainte numéro 1 qui pèse sur l’efficacité prochaine de la Brigade Aérienne d’Appui et de Projection, au moment du retrait du service des C-160 … Dispo des C-130H, dispo des A400 …

L’Atlas, avion tactique qui devra tenir ses promesses, y compris en matière de disponibilité

Pour ce dernier, l’acquisition des capacités tactiques prévues devrait être complète, à peu de choses près, d’ici la fin de l’année 2019, enlevant du même coup une hypothèque sur les commandes futures de l’avion européen.

La lecture du rapport de Monsieur Jean-Jacques Ferrara est conseillée à toutes les personnes s’intéressant à l’aviation militaire de notre pays. Certains passages sont éclairants sur les difficultés matérielles rencontrées ces derniers temps par l’Armée de l’Air.

Le rapport est ICI

Alexandre et escadrilles.org

(*) Quant au futur (?) escadron franco-allemand, aspect politique mis à part, quelle est son utilité au vu des doctrines radicalement différentes des deux pays en matière d’interventions extérieures ?

Source: Rapport pour Avis n°1306 (tome VI) à la Commission de la Défense Nationale, de Monsieur Jean-Jacques Ferrara (Député).