Fil conducteur : Accueil » Reportages » Formation des pilotes:…

Formation des pilotes: phases 1 et 2

Nouveaux venus pour la formation des navigants

La période intérimaire pendant laquelle la formation initiale des navigants de l’Armée de l’Air s’effectuait sur les TB-10 est maintenant achevée: avec la mise en service de 20 Cirrus SR-20 et SR-22, le CFAMI de Salon-de-Provence entame une phase appelée à durer longtemps. Pour ce qui est des « directs », à savoir les élèves-officiers ayant réussi le concours de l’Ecole de l’Air, la formation à Salon dure quatre années.

Cirrus SR-20

Le Cirrus SR-20, version la moins puissante du quadriplace du CFAMI

Au cours de ces quatre années la formation aéronautique spécifique des navigants comporte une phase d’apprentissage du vol-à-voile, avec les planeurs Marianne et Pégase du CFAMI. Ensuite, la phase 1 comporte la formation au pilotage élémentaire, sur SR-20. Les deux EIV (Escadron d’Instruction en Vol) de Salon sont en charge de cette formation au pilotage. La phase 1 se prolonge sur les trois années de l’Ecole de l’Air (aboutissant par ailleurs à l’obtention du titre d’Ingénieur de l’Air): les aiglons volent environ 6 à 80 heures durant cet apprentissage initial.

Cirrus SR-22 2012 HKCF

Les Cirrus SR-22, plus rapides, affectés à l’EFNC de Salon

A l’issue de ces trois ans, certains élèves-pilotes sont sélectionnés pour la filière hélicoptères, et vont poursuivre leur formation à Hélidax. La plupart demeurent à Salon pour suivre les cours ATPL (Air Transport Pilote Licence), un pré-requis pour poursuivre leur cursus de pilote professionnel d’avion militaire, à l’identique des pilotes civils. La formation ATPL est purement théorique et s’étale sur plus de 6 mois; cette licence est délivrée par la DGAC. Les EOPN (Elève-Officier du Personnel Navigant) rejoignent également Salon pour cette formation ATPL.

Grob 120A-F F-GUKJ

Le Grob 120A, avion rapide et bien adapté à la voltige

A l’issue de ce cursus, l’ensemble des élèves-pilotes quittent Salon pour la base aérienne 709 de Cognac: c’est la phase 2 de la formation. Celle-ci se déroule au sein d’un des deux EIV de l’Ecole de Pilotage de l’Armée de l’Air (EPAA 315), soit le 1/13 Artois, soit le 2/12 Picardie (les nouvelles traditions ne sont pas encore complètement officielles). La phase 2 débute par le tronc commun (phase 2a), qui est concentré sur à peu près six mois et comporte plus de 60 missions, y compris en simulateur de vol.

Grob 120A-F de l'EPAA

Les Grob 120A-F ont fait leurs preuves à Cognac depuis 5 ans

Ces missions sont réparties en 6 unités de valeur: general handling, navigation, basic aerobatics, basic instruments flying, night flying, basic formation flying. C’est le domaine du Grob 120, avion capable de presque toutes les figures classiques de voltige. La progression est rapide et, bien sûr, chaque mission (vol et simu) est notée. A l’issue de cette phase de tronc commun, les élèves-pilotes sont orientés selon leurs aptitudes (moyenne générale obtenue, note moyenne dans chaque UV) vers une pré-spécialisation chasse ou transport. Certains élèves s’orientent vers la spécialité « navigateur-officier-système d’armes ».

Grob Epsilon 2012

Grob et Epsilon: les montures pour les pilotes en phase pré-spécialisation

Les pré-spécialisations des pilotes constituent les phases 2b et se déroulent toujours à Cognac, sur une durée de 4 mois environ. Les élèves-pilotes sélectionnés pour la « pré-spé chasse » auront l’avantage de voler sur TB-30 Epsilon, les « spé-transport » continuent leur formation sur Grob.

Epsilon 2012 315-ZA

Les Epsilon, biplaces en tandem adaptés à la « pré-spé » chasse de Cognac

Au terme d’une phase charentaise d’environ une année, les pilotes des deux spécialités vont rejoindre les écoles de pilote de chasse et de transport, respectivement situées sur les bases de Tours et d’Avord, comme chacun sait. Il y ont rendez-vous avec la phase 3 de leur formation, dite de spécialisation. Pour ceux qui sont issus de l’Ecole de l’Air, presque 5 années de formation se seront écoulées.

Copyright: Alexandre et escadrilles.org, avec Jean-Pierre Martin Rosset pour les photos, tous droits réservés.