Fil conducteur : Accueil » Billets et analyses » Réduction de format ou…

Réduction de format ou de capacité ?

Armée de l’Air 1984-2012: réduction de format ou de capacité?

Le format de l’Armée de l’Air en terme de nombre d’escadrons est une bonne manière d’évaluer la capacité de la force aérienne à répondre aux menaces, car l’escadron est l’unité organique élémentaire. Pour ce qui est de l’aviation de combat, on sait que la dotation des escadrons est passée de 15 avions au début des années 80 à 20 avions de nos jours, l’Armée de l’Air s’étant orientée vers un concept de grosse unité.

Mirage IIIC 10-RN jy

Premier d’une très longue série: le 2/10 Seine et ses Mirage IIIC, dissous le 1er juin 1985

L’aviation stratégique constitue en France une composante à part: elle a subi ses évolutions propres en fonction de l’évolution de la flotte de SNLE (années 70), avec le retrait des Mirage IVA, puis celui des Mirage IVP dans les années 90. Le passage de trois escadrons de 2000N à la fin des années 90 à deux escadrons (un de 2000N et un de Rafale) en 2010 constitue cependant une réduction d’un tiers de la composante.

Mirage IVP AL

Les Mirage IVA puis IVP ont eu leur destin propre, lié à celui des autres composantes de la dissuasion nationale

L’aviation de transport n’a subi que peu de variation de format, mesurée en terme de nombre d’escadrons, dans la période 1984-2012. Par contre, il y a une diminution capacitaire en relation avec l’attrition de la flotte de Transall, peu compensée par l’arrivée de nouveaux matériels. La mise en service de huit CN-235 permet de s’adapter aux besoins de logistique pour ce qui est des petites capacités et des courts rayons d’action. Si les retards de livraison d’A400 ne sont pas imputables à la partie française, ils induisent une forte tension sur la Force Aérienne de Projection.

C-160 2009 61MC

En 2009, un C-160R de l’ET 1/61 Touraine, aujourd’hui en sommeil

La capacité en hélicoptères a diminué en relation avec l’ensemble de la réduction du format de l’Armée de l’Air, et de son implantation géographique. En 2012, on compte 4 escadrons d’hélicoptères en métropole (à Villacoublay, Orange, Cazaux et Solenzara), avec une partie du parc « hélicoptère » attribuée aux deux escadrons de transport mixte 1/40 Moselle (Dijon) et 2/40 Médoc (Bordeaux).

Alphajet 2009 GE 314

Alphajet 2009 GE 314

Dans la période 1984-2012, l’organigramme et les effectifs des unités d’entraînement ont considérablement évolué: on peut voir cela comme la conséquence de la diminution des flux de jeunes navigants, elle-même évidemment liée à la baisse du format de l’aviation militaire française. Mais le nombre de bases écoles n’a pas baissé en proportion de la baisse du nombre d’unités d’entraînement.

F-1CT 13SE

La valse des escadrons de F-1CT (ici l’Alsace) illustre les tourments des restructurations

Il est clair que la plus grosse diminution de format a eu lieu dans la composante tactique de l’aviation de combat: escadrons de défense aérienne, de chasse tactique et de reconnaissance. De 1984 à 2012, l’Armée de l’Air est ainsi passée de 32 à 11 escadrons.

Evolutions EC 1984-2012

Evolutions EC 1984-2012: (1) chute du Mur, (2) guerre du Golfe, (3) fin de l’ère Mitterrand, (4) conflit en Bosnie, (5) conflit au Kosovo, (6) attentats du 11 septembre, (7) fin de l’ère Chirac, (8) opération Harmattan

Si on met cette évolution en regard des différents événements nationaux (élections présidentielles), internationaux (grandes opérations coalisées) ou géostratégiques (chute du mur, …), on s’aperçoit qu’il y a deux phases dans la diminution de format de l’aviation. D’abord, de 1990 (31 escadrons) à 1997 (16), on a en gros une division par deux du format, que l’on peut évidemment relier à la chute du mur de Berlin et à la reconfiguration géostratégique de l’Europe de l’Est.

Mirage IIIE 4-BH

Les Mirage IIIE disparaissent après la chute du mur, à la Quatre les 2000N prennent leur place

Ces « dividendes de la paix » sont synchrones avec la disparition de la flotte de Mirage III et V. En 1990-91, quand la France prend une forte part à la première Guerre du Golfe, elle possède encore une aviation de combat « grand format ».

2000 5-AL et VC-10

La Guerre du Golfe voit l’engagement des 2000 et des Jaguar

La seconde phase de la diminution de format (de 16 à 11 escadrons) se produit entre 2000 et 2007, en gros elle correspond à la disparition de la flotte Jaguar, pour l’essentiel non remplacée. Cette érosion ne reflète pas une évolution vers une situation mondiale pacifiée, bien au contraire (suites des attentats de 2001).

Jaguar 7-HF

Le Jaguar est un programme répondant avant tout aux besoins de la guerre froide

Parmi les unités de Jaguar, on comptait des escadrons spécialisés dans des missions de haute technicité, issus des 7ème et 11ème Escadre, et qui sont intensivement employés dans les opérations internationales: l’avion était ravitaillable en vol, au contraire des Mirage de première génération. Les équipages de Jaguar fournissent une proportion importante des forces dans les opérations sur l’Ex-Yougoslavie (1995 et 1999).

Jaguar 11-MF

Le Jaguar symbolise aussi les « opex » de la France pendant plus de deux décennies

Depuis 2007 on observe une stabilisation du nombre d’unités, les dissolutions étant compensées par des réveils, même si certains escadrons n’ont pas la dotation « standard » de 20 avions. Les formations FAFL nouvellement équipées de Rafale suivent naturellement le rythme des livraisons d’avions à l’AA (moins de 10 par an).

2000 2-FP

Les Mirage 2000 du 2/2 disparaissent du ciel en septembre 2007

Par conséquent le maintien d’un volume de 11 escadrons pour la force aérienne de combat est une opération sous contrainte, avec comme autre paramètre l’érosion du potentiel de la flotte de Mirage 2000 (B, C, D et -5F).

F-1CR 112-NQ

Les F-1CR du 2/33 Savoie matérialisent un savoir faire unique en Europe

Au-delà de 2012, le format de l’aviation de combat de l’Armée de l’Air restera-t-il à ce plancher historique? Les événements récents (Harmattan) montrent que le déploiement à l’étranger d’un volume de deux à trois escadrons reste un cas de figure courant pour l’aviation française. La montée en puissance de la Chine se traduira probablement par des phases conflictuelles dans le monde, en lien avec des tensions économiques accrues.

F-1C_12KQ

L’Afrique et ses grands espaces, terrain de convoitises … (2/12 Picardie dissous en 2010)

La France pourra-t-elle garder son rang en participant à des opérations internationales significatives (type Bosnie, Kosovo) tout en gardant une posture de défense souveraine suffisante ?

2000 1993 5-NP

Capacité de la France à tenir son rang dans les grandes opérations internationales (1/5 Vendée dissous en 2007) …

Le volume de l’aviation de combat reste un paramètre sous pression. Il ne semble pas possible de réduire encore le nombre d’escadrons en gardant les mêmes capacités d’action, même si de nombreux aviateurs affirment qu’avec « un Rafale ont fait le travail de 3 ou 4 Jaguar ». Quand deux Jaguar sur quatre sont en panne, il en reste deux … alors que quand un Rafale est « cassé » il n’y a plus personne en l’air. De la réduction de format à la baisse de capacité, il n’y a donc qu’un petit pas.

F-1CT 13SE 1994

La maîtrise du ravitaillement en vol (F-1CT en 1994), autre élément clef …

PS – cette courte réflexion ne mentionne pas l’OTAN: toute action de cette alliance est subordonnée aux conditions américaines, elle ne peut donc se substituer à un instrument d’action aérienne national et indépendant (donc dimensionné en fonction de nos besoins propres)… Quant à l’Europe, la maxime à retenir pourrait être « Aide-toi et l’Europe t’aidera ».

Copyright: Alexandre et escadrilles.org, tous droits réservés.