Escadrilles.org
Accueil » Actualités Internationales » MCO Aéronautique

MCO Aéronautique

Écrit le 11/12/20, dans Actualités Internationales

Disponibilité : il ne suffit pas de dire ‘Je veux’

La disponibilité opérationnelle des aéronefs militaires ne se décrète pas, elle se construit … un récent et volumineux rapport de la ‘cour des comptes’ a été réalisé à la demande des parlementaires. Non seulement la majorité des aéronefs ont été examinés sur le plan de leur disponibilité, mais l’examen de la ‘performance’ du MCO a été réalisé sur les neuf dernières années. La moitié des aéronefs passés à la loupe n’ont jamais atteint l’objectif  de 80% de disponibilité opérationnelle en moyenne annuelle (capacité de chaque aéronef à remplir au moins une de ses missions).

KC-135R 62-3525
Un KC-135R (aux couleurs françaises) au roulage

Par exemple, le Boeing Stratotanker n’a satisfait à l’objectif de disponibilité opérationnelle que pendant trois années sur les neuf examinées, et ce pour des frais de maintenance de 4,6 millions par an et par avion. De manière surprenante, le C-130J, avion très récent connait des problèmes équivalents, n’atteignant à aucun moment l’objectif de disponibilité opérationnelle de 80% et ce pour 3,26 millions annuel de frais de maintenance par appareil.

Un MC-130J du 67th SOS de l’USAF

Pour en venir aux avions de combat, la situation n’est pas meilleure tant pour les aéronefs récents que pour les vétérans. Ainsi, dans l’US Air Force (ah oui, j’oubliais, les documents que j’évoque sont disponibles aux Etats-Unis), le F-35A n’a atteint l’objectif de 80% que 2 années sur 8, pour des frais de maintenance de 3,45 millions USD annuel par avion ; le F-16 n’a jamais atteint l’objectif annuel, mais avec des coûts de maintenance plus faibles, de 1,32 M.USD par avion ; même insuffisance de disponibilité en ce qui concerne le F-22, pour un coût annuel unitaire de 8,75 M.USD. Idem pour le B-1B, qui, selon le rapport, subit la conséquence de son usage intensif au Moyen-Orient (9651 heures de vol par avion, en moyenne).

Le tableau du rapport qui résume tous les challenges de la MCO

Ce constat de grande difficulté pour générer de la ‘dispo’ aux USA s’applique évidemment à des forces aériennes plus réduites, comme celle de la France, qui subit à son échelle les effets des sur-engagements des aéronefs (liés à leur faible nombre) et des réductions de format des moyens étatiques affectés à la maintenance. Le rapport du Government Accountability Office (228 pages pour sa version publique), ne se contente pas de présenter les statistiques pour 46 aéronefs, il identifie aussi les freins à une amélioration de la situation pour chaque type d’appareil.

Ce rapport du GAO, très instructif, met cartes sur table, c’est une belle illustration de la force du système états-unien … on ne cache pas la poussière sous le tapis ; c’est aussi à cela que l’on mesure la vitalité d’une grande démocratie !

Alexandre et escadrilles.org

Source : US Government Accountability Office, rapport GAO-21-101SP.