Escadrilles.org
Accueil » Actualités France » Rafale 358, 20 mars 2019

Rafale 358, 20 mars 2019

Écrit le 13/04/20, dans Actualités France

Le second passager était une passagère …

L’accident du Rafale 358 survenu le 20 mars 2019 au décollage de la base de St-Dizier suscite divers commentaires que l’on peut lire ici et là, y compris sur des forums étrangers. Le fait principal est que cet accident ne se solde par aucune perte humaine, et que l’avion a pu être ramené à la base par son pilote.

Le Rafale B, avion éprouvé utilisé indifféremment en missions opérationnelles ou en formation, à St-Dizier

Rappelons que ce jour, un vol d’entraînement voyait un Rafale décoller aux mains d’un pilote expérimenté, avec à son bord un passager civil qui s’était vu offrir, par ses collègues de travail, un vol ‘surprise’ en Rafale. A l’issue d’une courte séquence relatée en détail dans le rapport A-2019-03-I du BEA-E, le passager s’était éjecté, et le pilote avait pu atterrir sans issue fatale au terme d’un vol très écourté. Au moins quatre remarques peuvent être formulées suite à cet accident qui ne se termine pas mal :

  • Il existe en France un organisme appelé ‘Bureau enquêtes accidents pour la sécurité de l’aéronautique d’État‘ qui analyse les accidents de manière impartiale ET livre ses principales conclusions au public. Il faut s’en féliciter et souhaiter que cela dure,
  • Il est (était) possible pour un civil de voler sur un avion de combat sans avoir assimilé auparavant une séquence complète d’apprentissage des éléments critiques de la sécurité en vol, et sans avoir passé avec succès les tests médicaux complets qui s’imposent à la plupart,
  • Il peut exister dans un avion de combat opérationnel éprouvé des défauts techniques dans des éléments intéressant la sécurité des équipages,
  • Les qualités du pilote ont permis de ramener à bon port l’appareil, bien que le déroulement de l’accident ait été imprévisible … les actions salvatrices ne faisaient pas partie de la séquence des ‘what if‘ propre à chaque briefing.
Des pilotes formés au plus haut standard, heureusement

Il est évident que la conjugaison rare de plusieurs facteurs a permis à ce vol de se terminer de manière non tragique. Malgré la frayeur et les conséquences physiques, sans grande gravité, de l’accident sur le passager, ce dernier ne conserve sans doute de ce vol qu’un ‘drôle de souvenir’.

Le Rafale 358, immédiatement après l’accident

Car fort heureusement, ce 20 mars 2019, une troisième personne était présente à bord et le rapport du BEA-Air -intrinsèquement objectif- n’y fait pas mention: ce passager était … une passagère et s’appelait … ‘La Chance’.

Alexandre et escadrilles.org