Escadrilles.org
Accueil » Actualités France » ‘Dites 33’ : jamais 2 sans 3

‘Dites 33’ : jamais 2 sans 3

Écrit le 06/09/19, dans Actualités France

Renaissance de la 33ème Escadre sur la base de Cognac

Rien ne se perd, rien ne se crée … tout se transforme‘ … Antoine-Laurent de Lavoisier aurait-il pu présider aux destinées des unités de l’Armée de l’Air ? La troisième naissance de la 33ème Escadre est en tout cas une illustration de son grand principe.

Grande époque de la 33 : insigne de l’Escadre sur un RT-33A

Née 33ème Escadre d’Observation sur la base de Nancy, avec les GR I/33 et II/33 équipés de Breguet 19A2, la première ’33’ n’eut pas le temps de connaître le conflit mondial, puisqu’elle fut dissoute juste avant les hostilités.

Un Thunderjet de l’ER 3/33 (photo Dedieu // www.frenchwings.net)

La seconde ’33’, Escadre de Reconnaissance ce coup-ci, participera cependant aux batailles de la Libération, puisqu’elle vit le jour le 1er janvier 1945, avec bien sûr les deux groupes I/33 Belfort (‘La Hache’) et II/33 Savoie (‘La Mouette’), respectivement sur Lightning F-5 et Mustang F-6. Cela se passait à Fribourg, en Allemagne.

Sur la BA 124, le IIIR n°314 du Belfort bientôt prêt au roulage

La 33ème Escadre de Reconnaissance fut basée pendant sept ans sur la base de Cognac (eh oui !) avant de passer l’essentiel de sa vie sur la BA 124 de Strasbourg-Entzheim, où elle fut dissoute le 31 juillet 1993.

De nuit, de jour, 7/24/365, un des Reaper de l’ED 1/33 Belfort

Pour sa troisième naissance, ce 5 septembre, la ’33’ est une Escadre de Surveillance de Reconnaissance et d’Attaque : 33e ESRA, donc. Et c’est bien avec l’ED 1/33 Belfort et l’ETOD (Escadron de Transformation Opérationnelle Drone) 3/33 Moselle qu’elle revoit le jour … à Cognac … en attendant bien sûr le troisième larron de l’équipe, le 2/33 Savoie , qui se repose encore un peu de son épopée Mirage F-1 !

Qui a dit : ‘Les traditions ont la vie dure‘ ?

Nous reviendrons cet hiver sur l’Histoire de la 33 …

Alexandre et escadrilles.org