Escadrilles.org
Accueil » Actualités France » Rafale : F3 , F4 … et plus si affinités

Rafale : F3 , F4 … et plus si affinités

Écrit le 18/01/19, dans Actualités France

L’Etat et le team Rafale passent la vitesse supérieure

Il aurait pu s’appeler F3-S et F-3T … mais les prochaines versions du Rafale auront pour suffixes F4.1 et F.4.2. L’Etat vient d’engager en effet 1,9 milliards d’euros dans le développement du futur standard Rafale. Le montant de l’investissement justifie sans doute le passage au chiffre supérieur, à moins que ce ne soit la nécessité de marquer les esprits à l’exportation face à une concurrence russe et américaine féroce, ou à une concurrence européenne plus affutée (Gripen E, Typhoon Meteor+AESA).

La Marine, première utilisatrice du F3R avec la flottille 11F

Le standard F3R, en cours de livraison, permettait la prise en compte de nouveaux emports (en particulier le missile air-air à très longue portée Meteor et la nacelle de désignation TALIOS), et des évolutions du SPECTRA (système de protection et d’évitement des conduites de tir). Ce standard est celui qui sort des chaînes de Mérignac pour l’export (le standard indien étant particulier), et est livré en rétrofit pour les avions français (un premier Rafale M a été pris en compte par la flottile 11F en décembre).

Armée de l’Air et Rafale, un gros regret : il n’y en a pas assez !

Le standard F4 verra une nouvelle l’amélioration du SPECTRA, de l’optronique secteur frontal (OSF), de la nacelle de désignation TALIOS et du radar à balayage électronique RBE2 (modules en arsénure de galium ?). Ce standard prévoit également la prise en compte des futures évolutions des missiles ASMP-A, SCALP et de l’AASM 1000 kg.

Avec le F4, remplacement du Damoclès par le Talios (ouf)

Le Rafale F4 sera plus performant dans ses modes de communication en réseau, la connectivité, cet aspect étant de nos jours important sur des champs de bataille très dynamiques et très emmêlés  où la position des amis et des ennemis change de minute en minute. Des équipements radios numériques à grande agilité feront partie de la panoplie du F4. Last but not least, le F4 intègrera la capacité ‘viseur de casque’, une option développée pour les Indiens, et très demandée à l’exportation.

A l’heure actuelle, le potentiel d’un escadron complet est utilisé pour la formation de stagiaires étrangers

Des développements faciliteront la préparation opérationnelle et le soutien en service avec l’introduction de fonctions d’aide au diagnostic de pannes, de maintenance préventive et la modernisation du calculateur du moteur M88. Vers une ‘logistique basée sur la performance’ version française ?

Le Rafale, seul avion omni-role sur la marché: ici un avion aux couleurs du Gascogne avec trois bidons supersoniques

Le standard F4 se décline en deux premières phases: un F4.1 qui prendra la place des F3-R sur la chaîne pour les 28 avions restants à livrer à partir de 2023. Un F4.2 qui sera livré avec une nouvelle commande de 30 avions pour les forces aériennes françaises, laquelle interviendrait en 2023 pour livraison en 2027-2030.

Le Rafale, un avion très fin: super croisière (c’est-à-dire sans PC) même avec deux MICA et un ou deux bidons de 1250 l

Pour les clients potentiels, le développement du niveau standard indique sans ambiguïté la confiance de la France dans un appareil déjà éprouvé au combat; il garantit également que le soutien aux Rafale sera effectif jusqu’au delà de 2050.

Le standard F3R a été validé par le CEAM de Mont-de-Marsan avant de ‘rentrer dans les forces’

Alors que la main mise US sur l’OTAN interdit de facto l’exportation du Rafale à des pays de l’alliance, à l’exception d’un allié de longue date peut-être, des prospects importants existent déjà en Inde, peut-être ailleurs en Asie, et pour l’Europe, en Finlande et en Suisse … deux pays neutres pas obligés de suivre le diktat du grand protecteur américain. Il y a donc de très très grandes chances que le F4 trouvera des débouchés hors de l’hexagone.

Parmi les derniers livrés, le C148 vole aujourd’hui depuis la BA 118 … et en opex

Le standard F5 ? La cellule et la motorisation du F4 n’ayant pas évolué depuis le F1, il se pourrait que le standard suivant soit un Rafale plus ‘costaud’, avec également une possibilité d’emport de carburant par des réservoirs conformes, plus respectueux de la discrétion radar lors d’un raid. Mais les développements futurs de l’avion sont intimement liés à la rapidité ou à la lenteur des progrès sur un autre dossier, le SCAF, qui fera couler beaucoup d’encre.

Avion du Lorraine : peu sensibles à la magie Rafale quand il s’agit de passer commande, nos alliés de l’OTAN sont par contre très friands de Rafale lors des exercices conjoints, tels que le Tiger Meet. L’éternel attrait du French Touch, sans doute !

En tout cas, un record sera battu par le biréacteur de combat ‘made in France’ : il est d’ores et déjà certain qu’il supplantera en longévité, sur les chaînes d’assemblage de Mérignac, son ancêtre le Mirage III … qui pourtant se vendit comme des petits pains dans les années 60 et 70 !

Le lobby militaro-industriel US avait dit: ‘Le Rafale sera le dernier avion de combat made in France’. Pas sûr … en tout cas il est encore là longtemps pour vous … hmm … tracasser ! 🙂

Alexandre et escadrilles.org