Fil conducteur : Accueil » Actualités International… » Pas de feuille d’érable…

Pas de feuille d’érable sur le Rafale

Écrit le 08/11/18, dans Actualités Internationales

Dassault ne se lance pas dans la compétition canadienne

En début de semaine, notre constructeur national annonçait qu’il ne se lançait pas dans la compétition pour fournir le successeur des CF-18 Hornet de la force aérienne canadienne.

Plus que 4 prétendants pour succéder au Hornet canadien (ici un avion du 410 Sqn)

Dassault était-il échaudé par l’issue de l’histoire belge (où le Rafale a joué les lièvres et fait baisser le prix de vente des F-35), ou bien désireux de ne pas dévoiler trop de secrets techniques en documentant son éventuelle offre canadienne… ou encore instruit par l’Histoire sur l’issue de ce nouveau ‘concours’ proposé par un pays de l’OTAN ?

Sur ce dernier point, il est intéressant de rappeler les invariants de la politique d’acquisition du Canada … sur fond de voisinage avec un voisin très puissant et indispensable.

Depuis le début des années 50 jusqu’à la fin des années 80, la Royal Canadian Air Force joua en gros avec un duo d’avions de chasse… c’était avant l’ère du F-18.

Evocation des Canadair Sabre: ici un ex-RCAF devenu cible pour l’US Army

Ce fut tout d’abord le duo F-86 Sabre (construit et adapté localement sous le nom de Canadair CL-13) – Avro CF-100.

CF-100 du 423e Squadron d’interception tout-temps de Grostenquin

Ce dernier, le Canuck, intercepteur tous-temps,  fut une conception nationale canadienne produite en grand nombre, déployée en France (base canadienne de Grostenquin) et même exportée en Belgique (Wing de Beauvechain). Il servit du milieu des années 50 jusqu’en 1981 (dans un rôle d’entraînement à la guerre électronique).

Le Canuck (ici du 414 Sqn), premier avion d’armes 100% canadien … et qui le restera !

Puis survint un véritable cataclysme: la tragique histoire du CF-105 Arrow, également de chez Avro Canada. Avion bi-réacteur bi-sonique, ce chasseur multirôle avait commencé à être produit en série … quand sa construction fut brutalement arrêtée (février 1959), les outillages et les plans détruits, les avions existants ferraillés. Massacre à la tronçonneuse.

L’abandon en rase campagne du CF-105 fut un traumatisme pour l’industrie aéronautique canadienne

Une catastrophe industrielle qui trouva une explication lorsque le Canada acheta des missiles sol-air nucléaires Bomarc, et des intercepteurs F-101 Voodoo. Le tout made in USA, of course.

CF101B_wiki

Un CF-101B Voodoo vu au début des années 60

Il faut dire qu’entre temps le Canada et les Etats-Unis avaient signé les accords NORAD (août 1957) qui intègrent totalement les systèmes de défense aérienne des deux pays.

Un CF-101 Voodoo canadien, du 416 Sqn, vu en 1974 … en bonne compagnie

Dans la foulée, la RCAF fut dotée de CF-104 Starfighter (produit sous licence par Canadair), au nombre de 200 (+ 38 biplaces), avion légendaire au destin bien connu de chasseur OTAN standard dans les années 60 et 70.

F104 1979 CAF859

Un CF-104 du 439 Sqn au Tiger Meet de Cambrai en 1979

Celui-ci prit la place des Sabre et CF-100 dans les cieux européens, et le 1er Groupe Aérien Canadien fut basé en Allemagne après avoir quitté ses bases de l’Est de la France.

F104 1981 CAF713

Starfighter, 1981: on a le droit d’être standard tout en étant de conception US, oui ou non ?

A la fin des années 60, la RCAF fit une entorse à sa politique du duo de chasseurs… mais ce fut pour acheter le Northrop F-5, construit sous licence bien sûr. A cette époque, c’en été bien fini de l’ambition canadienne de concevoir et produire des avions à réaction avancés (*).

Autre production sous licence, le CF-116, ici une version reco du 434 Sqn

C’est ainsi que le Canada se trouva à la fin des années 70 avec trois types de chasseurs … qu’il remplaça par un unique avion, le McDonnell-Douglas (C)F-18 Hornet. Notons que Dassault proposa un temps le Mirage 2000 lors de la compétition qui aboutit au choix du Hornet.

F18_1986_CAF729

Biréacteur, le Hornet eut les faveurs du Canada, au détriment du F-16

Le Hornet, CF-188 (?) pour les puristes, fut commandé à 138 exemplaires, et sert donc encore de nos jours dans 5 escadrons de la RCAF. C’est son remplacement qui est dans les tuyaux …

Moyen-Orient, 2015: le CF-188 participe à l’Operation Inherent Resolve. (U.S. Air Force / SSgt. Perry Aston)

Avec un début d’imbroglio autour du… F-35, choisi, puis délaissé (décision du gouvernement Trudeau), avant d’être à nouveau proposé, mais cette fois dans une compétition. Honnête et transparente, cela va de soi.

Reculer pour mieux sauter, c’est la politique actuelle du Canada, puisque pour tempérer un tantinet les ardeurs encombrantes de son voisin méridional, le pays de l’érable a choisi d’acheter une vingtaine de F-18 australiens de seconde main … histoire de donner du temps au temps.

Comme en Belgique, l’Eurofighter a au départ toutes ses chances

Au terme d’une compétition passionnante, on verra donc le Canada choisir un chasseur qui l’emmènera jusqu’aux années 2050. Sur la ligne de départ, comme aux jeux olympiques, tout le monde a ses chances …

CF-35 canadien … en maquette !

Pour Dassault, l’heure était venue de décider de se lancer dans la compétition ou pas. Mais, comme aux jeux olympiques, l’important c’est de participer … en ayant des chances de gagner !

Alexandre et escadrilles.org

(*) De Havilland Canada conçoit et produit de son côté une très belle lignée d’avions de transport légers et moyens.