Fil conducteur : Accueil » Actualités Internationales » Chammal a 4 ans

Chammal a 4 ans

Écrit le 24/09/18, dans Actualités Internationales

Quatre années d’opérations de guerre au Levant

Septembre 2014 : l’Etat irakien en pleine débandade, le régime syrien déchiré, des dizaines de milliers de terroristes islamistes en pleine razzia. La France se joint à une coalition internationale en lançant l’opération Chammal.

Cet avion du Normandie-Niémen emporte des AASM et … une décoration spéciale

Quatre années et 8500 sorties aériennes françaises plus tard, le tableau a bien changé en Irak et en Syrie. Chammal est une opération unique par la quantité d’armements de précision délivrée (près de 1500 munitions de différents types).

Les ATL2 font du rens’, et aussi du ciblage, voire parfois … d’autres missions

La France effectue environ 10% de l’effort aérien de combat, comme la Grande-Bretagne, les USA prenant le plus gros morceau, différents pays de l’OTAN (plus l’Australie) se chargeant d’environ 10% des frappes.

La statistique des sorties depuis le début de Chammal, on note les missions Arromanches

L’Aéronavale a pris sa part à Chammal, avec trois missions Arromanches, et le déploiement de 4 avions fin-2017. A l’heure actuelle, sa participation consiste en un plot ATL2.

Les sorties CAS se font depuis H5, logiquement (du moins d’après la doc publique)

Chronologiquement, la première année fut marquée par une moyenne de 36 sorties aériennes hebdomadaires, la seconde, 53, la troisième 46 sorties en moyenne, et enfin dans sa quatrième année, Chammal ‘sort’ en moyenne 26 fois par semaine.

Des sorties ‘reco’ régulières, jour et nuit, souvent depuis la BA 104, semble-t-il …

L’Etat irakien ayant recouvré 99% de son territoire, peu de sorties se traduisent actuellement par des tirs (moins d’une frappe par semaine, sur les derniers mois), mais les missions reco/rens sont encore nombreuses.

Les ravitos sont anglais, australiens, français, et souvent américains.

Les plots ‘CAS’ nécessitent des missions de 5 à 6 heures, une durée compatible avec le ‘confort’ (!) offert par le Rafale, et 2 ou 3 ravitaillements en vol font le quotidien des pilotes aux commandes du chasseur-bombardier, voire plus.

Même le ‘102’ y met du sien, emportant avec lui les couleurs de l’EC 1/30 Côte d’Argent

Dans une période où la déconfliction est très ardue, l’Armée de l’Air apprécie au plus haut point les qualités du biréacteur: situation tactique à jour à la minute près, et la sécurité de deux MICA IR et d’un MICA EM pour chaque élément de la patrouille …

Les pétafs habillent les corps de bombe avec les kits de guidage

… Plus une charge offensive de quatre engins en général: pour les ‘pétafs’, peu importe que les munitions soient tirées ou non, car après un certain nombre de vols, elles doivent être reconditionnées, sécurité oblige.

Rafale en configuration reco, sur la BA 104, semble-t-il

Même si le rythme des sorties a décru, une bonne vingtaine par semaine en ce moment, le dispositif mis en place (grâce à la BAP) est prêt à remonter en puissance en l’espace de quelques jours.

Avion du 1/4 avec la SPA 79, vu au printemps de cette année

La situation actuelle en Syrie est si volatile, et dangereuse, que l’on ne saurait décrire à l’avance la cinquième année de Chammal.

Bravo et merci à tous les aviateurs !

Alexandre et escadrilles.org

Vers le 5ème anniversaire … Ici une patrouille de retour, avec une config mixte

Remerciements: toutes les photos sont extraites de  la page ‘Opérations’ de l’Etat-Major des Armées