Fil conducteur : Accueil » Actualités France » MCO Armée de l’Air

MCO Armée de l’Air

Écrit le 18/08/18, dans Actualités France

Avions dispos … mais pas trop

C’est à nouveau grâce à M. le député François Cornut-Gentille, que nous parvenons à connaître le pouls de la disponibilité technique des aéronefs des armées, et récemment de l’Armée de l’Air.

TBM : une flotte très utilisée, qui coûte peu à l’entretien

Commençons par les avions blancs (transport de personnalités, évasan, transport stratégique de personnels et fret militaires). Dans le bas du tableau, on trouve les Falcon 900 (2 appareils, 50 % de dispo en 2017) et TBM 700 (15 avions, 62 % de DT en 2017).

A340 2013 F-RAJA 3/60 Estérel

Le 340 : 97 % de dispo pour une flotte de seulement deux avions

Pour les autres appareils (A310-330-340, Falcon 7X et 2000), la disponibilité technique est excellente (79 à 97 %), pour des avions qui sont, il est vrai, à des standards presque commerciaux.

Le MCO des C-130H en 2016-2017: ‘peu coûteux’ (3 M. euros/avion) mais pas efficace

Le tableau est nettement plus sombre pour les avions de transport gris, on en a l’habitude : toujours au sous-sol avec 20% de DT en 2017, la flotte de 14 Hercules (H) a de la peine à générer 3 avions en vol en moyenne. Les ‘Transaux’ font bien mieux, la flotte de 19 avions permet de mettre presque 8 avions en l’air chaque jour, en moyenne (DT de 40% en 2017).

C-160 vu récemment près d’un terrain de l’ouest

Pour son entrée au palmarès, l’A400M a une belle marge de progrès : la dispo, catastrophique en 2016, affiche un taux médiocre de 25 % en 2017. Si l’on extrapole la progression, l’Atlas pourrait afficher un modeste 37 % en 2018 … pas de quoi encore concurrencer le petit CN235 (50% de DT en 2016 et 2017), qui vole en permanence sous toutes les longitudes.

. Une paire d’Atlas en attente d’une mission en 2018, sur la BA 123

Passons aux chasseurs maintenant : le fer de lance de l’Armée de l’Air coûte cher à l’entretien (quasiment 5M. euros par avion et par an), mais la disponibilité technique du Rafale est remontée de 49 % en 2016 à 55 % en 2017.

Le 105, un ‘vieux’ Rafale, ici aux couleurs du Lorraine

La situation est grise pour les muds colorés de Nancy-Ochey : avec 35 – 36 % en 2016-2017, la dispo de la flotte de 2000D ne remonte toujours pas à son niveau d’avant Harmattan … Pourquoi ?

Le 613 de retour à son alvéole, sur la BA 133

Pour les 2000 bleus, la flotte de 2000C ‘vintage’ (15 avions) a vu une belle remontée de sa DT en 2016-2017 (de 41 à 51 %) tandis que les -5F voyaient la leur stagner à 43 – 44 %. Il est vrai que les 28 2000-5F ne sont utilisés que par un escadron en métropole et un (petit) escadron à Djibouti: pas mal d’avions sont donc stockés en réserve.

Le 2000-5F n°58 aux couleurs du centenaire de la SPA 69 du Corse, en 2017

Terminons sur une note à l’honneur des avions construits dans les années 70 : nos bons vieux Alphajet affichent 40 % de dispo environ, mais pour un coût annuel inférieur à 1 M. euros par appareil (on peut déjà être assuré que son successeur à Cazaux coûtera beaucoup plus cher) …

Alphajet de l’EAC de Tours : un peu vieux certes, mais peu coûteux à l’entretien

… Sans oublier une interrogation sur le coût MCO des drones, plus de 6 M. euros par machine en 2016-2017 pour générer 60-70% de dispo … Mais énormément de missions au dessus de la BSS, c’est vrai, donc un coût qui doit être regardé à l’aune des heures de vol.

Et les hélicoptères ?

Alexandre et escadrilles.org

Pour un topo sur l’évolution de la dispo à moyen terme, voir ici …