Fil conducteur : Accueil » Actualités International… » Ohio Stingers : veni,…

Ohio Stingers : veni, vidi …

Écrit le 25/03/18, dans Actualités Internationales

… les F-16 du 180th FW sont repartis

Les 12 F-16C du 112e Fighter Squadron de Toledo (Ohio ANG) se sont envolés de Spangdahlem le 19 mars, pour les USA.

Un des 12 Stingers, ici en finale à Spang

Après avoir effectué un exercice conjoint, ils ont laissé sur la base allemande de l’USAFE les F-16 des Warhawks du 480e FS.

Décollage d’un F-16 du 480e FS, chargé comme une mule

Lors de cet exercice, des éléments du 112è FS ont effectué de nombreuses missions depuis la base d’Amari en Estonie.

Jolie vue d’un F-16C de l’Ohio, avec trois bidons de pétrole

Les F-16 de l’Ohio ANG ont apparemment volé également dans le nord de l’Europe (Suède, Finlande) avant de rejoindre l’Estonie puis l’Allemagne.

Les Warhawks du 480e FS sont la seule unité de combat stationnée à Spang, depuis la désactivation du 81e FS en 2013

Cet exercice montre à quel point des unités US dites de seconde ligne, sont en fait capables de s’aligner très vite sur un théâtre extérieur.

Encore un F-16C du 52e Fighter Wing, en config d’attaque

L’exercice met à l’épreuve toute la chaîne logistique. Ainsi, un total de 250 aviateurs ont fait le voyage depuis Toledo (Ohio).

Retour d’une sortie de profil supériorité aérienne, si l’on en juge les emports …

Le support apporté par le transport aérien et le ravitaillement en vol est évidemment de première importance pour que ce type de déploiement soit réussi.

Sans la proverbiale logistique américaine, ça ne volerait pas !

Est-il utile de préciser que l’USAF est la seule force aérienne au monde à pouvoir exécuter cette manoeuvre, simultanément en plusieurs points du globe s’il le faut ?

Sur cette photo, on reconnait deux F-16 du 112e FS et deux du 480e FS

La performance tient à la qualité irréprochable de tous les maillons, matériels et humains, de la chaîne. Une ambition stratégique … et le budget qui va avec !

Copyright: escadrilles.org, photos d’Anthony Dufour et texte d’Alexandre