Fil conducteur : Accueil » La vie du Site » Centenaire de la SPA 94

Centenaire de la SPA 94

Écrit le 22/01/18, dans La vie du Site

La mort qui fauche, escadrille glorieuse au destin contrarié …

Née le 1er juin 1917 sur le terrain de la Melette (51) en tant que N 94, l’escadrille orna tout d’abord ses Nieuport 17 d’un insigne en ‘Crabe’. La ‘Mort qui Fauche’ fut adoptée en avril 1918, pour évoquer le destin tragique de nombre d’aviateurs militaires.

Auparavant, l’escadrille reçut des SPAD VII et XIII entre le 19 février et le 3 mars 1918. Elle fit partie de l’Escadre de combat n°1 à partir du 31 janvier.

Un grand as de la SPA 94, Pierre Marinovitch, devant son SPAD XIII en 1918

Au prix de 5 pilotes tués au combat, l’escadrille 94 termina la Grande Guerre avec 45 victoires homologuées à son actif (et 14 non homologuées). Après le conflit, elle s’installa sur le terrain de Thionville-Basse-Yutz.

Au Bourget en 1933, la SPA 94 et ses Nieuport Delage 62 (photo plein format visible sur le site traditions-air)

Durant l’entre-deux-guerres, la ‘Mort qui Fauche’ changea de numéro et d’affectation au gré des réformes, nombreuses, qui caractérisent cette époque. A compter du 1er juillet 1932 jusqu’au 1er décembre 1942, date de la dissolution du groupe de chasse II/1, on la trouva aux côtés de la SPA 62, la SPA 94 étant la première escadrille de ce GC, c’est-à-dire la 3ème escadrille de l’escadre …

Le 1er avril 1952, après un faux vrai départ en tant que 2ème escadrille de l’EC 3/2 Côte d’Or (aux côtés de la SPA 31, sur Vampire FB5 du 1er octobre 1949 au 30 octobre 1950), la SPA 94 retrouva la 1ère Escadre de Chasse. Elle fut alors mariée à la SPA 62 au sein de l’escadron 2/1 Morvan.

F84F_1-EI_29064_fb

Un F-84F du 2/1 Morvan, côté SPA 94, en finale à Frescaty en 1962

Mariage somme toute heureux, puisqu’il tiendra jusqu’au 28 février 1966, date de la dissolution de la 1ère Escadre sur la base aérienne 113. Au cours de ces 14 années, le Morvan fut équipé successivement des deux types majeurs de F-84, le Thunderjet et le Thunderstreak.

Ce ‘Streak’ aux couleurs du 2/1 Morvan soutient encore bravement les assauts du temps qui passe à St-Dizier, 12 ans après la dissolution de la Une

Il faut mentionner qu’avec les F-84F, les escadrons de la Une prirent une part importante à la campagne aérienne du conflit de 1956 dit ‘affaire de Suez’, attaquant des terrains égyptiens depuis Chypre et Israel.

L’académie du Mirage, alias 2/2 Côte d’Or, ici un IIIBE côté SPA 94

Après sa mise en sommeil de 1966, la SPA 94 rejoignit l’escadron de chasse et de transformation 2/2 Côte d’Or le 6 octobre 1972 … pour de bon cette fois. Ce ménage à trois, avec les SPA 57 et SPA 65, au sein du 2/2 se prolongea sans interruption jusqu’au 7 septembre 2007, date d’arrêt de l’EC 2/2.

Mirage IIIB à la ‘Mort qui Fauche’ vu en 1980, à Longvic

Durant la grande période de l’académie du Mirage, SPA 94 et 2/2 connurent deux monoplaces, le Mirage IIIC bien sûr, jusqu’à fin octobre 1975 … et le Mirage IIIR.

Vu depuis le regretté spot de l’écluse, à Longvic, un des IIIC du Côte d’Or au roulage

A la fin du IIIR à la 33, le Côte d’Or reçut en effet des monoplaces pour les lâchers des élèves et l’entretien des moniteurs: ces avions portèrent les marques des trois escadrilles.

Le 314 fut le premier IIIR livré au 2/2, dès mai 1983 (ici en 1984)

Arrivés à partir du 5 mai 1983 (pour le 314), ces Mirage IIIR restèrent en dotation jusqu’au 27 juin 1986 (dernier vol vers Châteaudun). L’ECT 2/2 en compta jusqu’à 6 dans ses rangs, en 1985.

Mirage IIIBE couleur SPA 94, vu en 1980 sur la BA 102

Pendant sa longue période Mirage III, la SPA 94 connut les deux types de biplace, le IIIB et le IIIBE, ce dernier, conforme au IIIE au niveau réacteur et instruments (mais dépourvu de radars) étant livré au 2/2 à partir du 14 avril 1971.

Le camouflage lui allait bien, un IIIB du 2/2 en juin 1984

A l’issue de la période Mirage III, le 20 juin 1986, la SPA 94 se vit dotée de Mirage 2000 au sein du Côte d’Or, cet escadron étant dans un premier temps escadron de transformation 2000, avec d’abord des biplaces, suivis plus tard de monoplaces RDM.

2000B du 2/2, portant la SPA 94 des deux côtés: c’est le présentateur alpha vu à Bordeaux en juin 1994

A compter du 19 juin 1998, le 2/2 et ses trois escadrilles perdirent leur mission transfo (au profit du 2/5) pour bientôt entamer une carrière pure DA, volant d’abord sur 2000-RDI, puis sur 2000-5F à compter du 1er semestre 2000.

Un 2000C RDM du 2/2, vu en 1996

A cette période, les plans de diminution de format de l’aviation de chasse se succédaient et les 2000 bleus furent en première ligne sur le front des dissolutions: après la disparition du 1/5 Vendée, ce fut le tour du 2/2 Côte d’Or et surtout de la SPA 94, le 7 septembre 2007.

En 2000, l’EC 2/2 Côte d’Or célébrait son cinquantenaire …

Ce jour-là en effet, la SPA 94 connut le destin fréquent des troisièmes escadrilles: ses deux consoeurs continuèrent à voler au sein du Côte d’Or formule Alphajet (EE 5/2 puis 2/2), tandis que la ‘Mort qui Fauche’ retrouva d’autres escadrilles dans le purgatoire, au sein de l’escadron fantôme 1/1 Restructurations.

2000-5F de la SPA 94 vu en 2004, en pleine forme … mais il n’y avait pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne !

Correction, c’est au sein de l’EF 2/1 Sommeil que l’on trouve actuellement la glorieuse SPA 94, car ‘La Mort qui Fauche’ est promise à une renaissance

Ce n’est qu’un au revoir … mais qui se prolonge un peu trop (7 septembre 2007)

… lorsque l’Armée de l’Air aura assez d’avions pour redonner des ailes au groupe FAFL Alsace.

Alexandre et escadrilles.org

Sites de référence:
www.albindenis.free.fr pour l’histoire des escadrilles
www.traditions-air pour la chronologie des formations