Fil conducteur : Accueil » Actualités France » Dispo : Zorro est arrivé…

Dispo : Zorro est arrivé !

Écrit le 19/12/17, dans Actualités France

… Car ce n’est pas le Père Noël

La dispo des aéronefs de la Défense est un sujet qu’Escadrilles aime bien traiter. La semaine dernière on a été bien servi en annonces, avec le discours de la ministre des Armées prononcé sur la BA 105 d’Evreux, le 11 décembre.

Bien sûr, l’essentiel de la presse s’est rué sur quelques chiffres calamiteux, le rapport parlementaire 273 rédigé par François Cornut-Gentille n’en manque pas. En premier lieu, l’hélicoptère Cougar de l’ALAT, avec une disponibilité technique moyenne de 10% en 2016 – faut-il prendre ce chiffre en exemple, vu que cet hélico est en plein milieu d’un programme de rénovation qui immobilise les machines ?

Ou bien encore, les 18% de dispo de l’A400M, ‘belle’ performance pour sa première prise en compte dans le palmarès, sachant que 2016 a été l’année calamiteuse de l’Atlas avec les défauts apparus sur les boîtes de réduction des moteurs.
Ou encore les 22% du C-130H, qui persévère dans sa descente en raison, paraît-il, d’un contrat de maintenance passé avec l’OGMA portuguaise … qui se passe mal.

Tigre : la confrontation au théâtre sahélo-saharien est sans pitié

Mais un ensemble de courbes valant mieux que quelques exemples, prenons cette fois le cas des hélicoptères (nous avons déjà traité le cas des transports et des chasseurs cette année).

Disponibilité technique des hélicoptères depuis 2010 (synthèse de données publiées)

Pour l’ensemble des hélicoptères des trois armes l’allure du faisceau de courbes est descendante depuis 2010, avec trois types qui ont navigué ou naviguent à des disponibilités techniques inférieures à 20% (Lynx, Cougar, Tigre). Mais aussi, trois hélicos neufs qui voient leur dispo remonter depuis 2015: les Caïman NFH et TTH et le même Tigre.

Caïman NFH : sur une frégate, seules les machines très fiables volent longtemps

L’augmentation des budgets de maintenance (ou crédits de paiements) qui s’est produite depuis 2014 a donc bien eu des effets. La ministre semble prétendre le contraire dans son discours d’Evreux. Au travers de cas pour lesquels les données sont disponibles, on montre bien que plus on consacre de crédits à l’entretien programmé, plus la dispo augmente: dans l’exemple du Rafale Marine, la corrélation est évidente, même si les points de données sont peu nombreux.

« L’augmentation des budgets n’entraîne pas d’amélioration de la dispo » … FAUX ! (ici une corrélation entre crédits alloués l’année (n-1) et dispo de l’année n : exemple du Rafale Marine)

Lorsque le CEMAA est auditionné par la commission de la défense nationale le 18 octobre dernier, il fait part de sept convictions sur le MCO aéronautique:

– ne pas éloigner le pilotage du MCO de la finalité opérationnelle des aéronefs,
– élaborer des programmations de mise en service des matériels neufs pour éviter la maintenance d’aéronefs hors d’âge (exemple du C-135),
– prendre en compte la réalité des coûts d’entretien des équipements récents, qui sont souvent plus élevés que ceux des matériels de la génération précédente,
– ne pas ignorer que les opérations réelles, a fortiori celles en environnement sévère, entraîne une usure précoce et une consommation accélérée du potentiel,
– certains industriels sont défaillants dans leur performance,
– il y autant de sujets MCO que de flottes d’aéronefs,
– les temps du MCO sont longs, les effets des plans de maintenance se font sentir plusieurs années en aval des décisions.

F-1CR ESTA 95

L’organisation du MCO, c’est AUSSI un magasin bien fourni en rechanges et un staff de techniciens suffisant dans chaque base

En regard des convictions exprimées par un homme de métier, quelles sont les axes d’action annoncés par la ministre, suite au rapport de Christian Chabbert ? Ils tiennent à une meilleure organisation des moyens existants, qui sont insuffisamment exploités:

– transformer la SIMMAD (Structure Intégrée de Maintenance des Aéronefs de la Défense) en une Direction de la Maintenance Aéronautique, responsable de la performance de la MCO et stratège. La DMAé généralisera le recours à des contrats de soutien longs confiés à un maître d’oeuvre principal pour chaque flotte, un industriel responsabilisé de bout en bout et piloté par la DMAé. Eviter le saucissonnage des responsabilités, donc, et confier la responsabilité de la tâche à un industriel.
– pour chaque flotte mettre en oeuvre un fonctionnement en plateau regroupant capacités industrielles et étatiques pour associer maintenance et solutions industrielles des aléas techniques.
– réformer le Service Industriel Aéronautique (SIAé) pour l’orienter vers des objectifs de performance industrielle et économique … tout en lui conservant son statut public.

En conclusion de son intervention, la ministre s’est adressée aux industriels, pour leur demander davantage de crédibilité dans le maintien capacitaire des matériels qu’ils ont vendus.

Aux industriels : les aéronefs de la Défense ne volent pas que le 14 juillet

Si le point de vue de la ministre n’est pas opposable à celui d’un responsable de l’emploi des forces, il est évident quand même que le supplément de ressources budgétaires appelé par le CEMAA pour faire face à un MCO plus coûteux en réalité que celui qui est prévu dans les LPM et autres lois de finances, ne fait pas partie des axes prioritaires d’action ministérielle.

On peut donc douter que le Big Bang organisationnel annoncé produira à lui seul une remontée des taux de disponibilité à des niveaux normaux, disons de 60%-70%.
Lesquels étaient d’ailleurs atteints, pour la majorité des aéronefs, avant 2011.

Des Rafale prenant part à l’opération Harmattan, en 2011

C’est-à-dire avant la cascade d’opérations militaires qui a conduit aux dépassements chroniques des ‘contrats opérationnels’ qui avaient été planifiés par les experts, contrats qui ont servi de base aux écritures budgétaires.

2000 2012 Line

Une lignée de 2000 vue en 2012 (campagne de tir du 2/5 Ile-de-France)

Sans rallonges budgétaires substantielles et continues, les problèmes de disponibilité insuffisante des aéronefs continueront à se poser pour nos forces aériennes, avec le taux d’engagement qu’elles connaissent actuellement.

Alexandre et escadrilles.org

Mise à jour intéressant les C-130, notée sur le blog ‘Lignes de défense’