Fil conducteur : Accueil » Actualités France » 2000 bleus : un successe…

2000 bleus : un successeur en vue ?

Écrit le 20/10/17, dans Actualités France

L’avenir de la base aérienne d’Orange après le Mirage 2000

La parution récente de la Revue Stratégique de Défense et de Sécurité Nationale 2017 était en quelque sorte le premier étage de la fusée qui va mettre en orbite les moyens de l’Armée de l’Air pour la période qui vient. Le second étage sera la Loi de Programmation Militaire 2020-2025.

Dans l’organigramme des bases et formations volantes de l’AA, on trouve deux situations qui semblent temporaires au regard de l’évolution observée cette dernière décennie, vers des grandes bases armant des escadres fortes : la base aérienne 115 d’Orange, qui abrite un escadron de Mirage 2000C, orphelin car non rattaché à une escadre, ainsi qu’un escadron de Fennec, et la base aérienne 116 de Luxeuil, qui abrite la 2ème Escadre de Chasse sur 2000-5, laquelle ne compte qu’un seul escadron, le 1/2 Cigognes (au lieu de 2 ou 3 pour les autres escadres de l’AA).

Le maintien du potentiel de combat de l’Armée de l’Air, qui passe par des commandes significatives de Rafale dans un avenir proche, conditionne en quelque sorte le futur de ces deux bases.

Mirage 2000C: ‘avion faisant preuve d’un bel allant, au comportement exemplaire pour ses camarades’

Pour ce qui est de la base aérienne 115, l’Armée de l’Air possède à l’heure actuelle 15 Mirage 2000C et 7 Mirage 2000B: ces appareils sont à la disposition de l’EC 2/5 Ile-de-France. En tenant compte des indisponibilités passagères, du fait que 2 appareils sont affectés à la permanence opérationnelle et que deux autres sont actuellement détachés à Niamey dans le cadre de l’opération Barkhane; il reste seulement une poignée d’avions pour assurer les missions d’entraînement et d’instruction quotidiennes.

Le 2000C: à l’origine pur avion bleu … pratiquant de plus en plus les missions mud

Or les monoplaces, qui ont déjà été prolongés, doivent être retirés du service en 2019. Les biplaces devraient voler jusqu’en 2030, mais ils pourraient être redéployés sur une autre base après le retrait des monoplaces. D’autre part, du fait de la priorité accordée à l’exportation, les livraisons de nouveaux Rafale à l’armée de l’air ont été retardées. Le retrait des 2000C pose la question de l’avenir de la BA 115 et de sa plateforme.

Si les monoplaces disparaissent, les 2000B quitteront peut-être la place

Selon un article récent d’un quotidien régional (Vaucluse Matin, 4 octobre), la base est pérenne. L’arrivée du CPOCAA (Centre de Préparation Opérationnelle du Combattant de l’Armée de l’Air) dans les anciens locaux de le légion étrangère (quartier Geille) est un signal fort. D’autre part le déménagement des deux formations d’hélicoptères Fennec (EH 5/67 et CIEH) n’est pas prévu et ces appareils ont au moins un potentiel de 10 ans.

CIEH et Alpilles garantissent l’avenir de la plate-forme jusqu’en 2025 au moins

La base d’Orange assure la mission de défense aérienne pour la zone sud-est, nous l’avons vu, et pourra dans le futur accueillir des avions de chasse pour assurer cette mission. Mais à ce jour rien n’est encore décidé et plusieurs options sont possibles:
– une unité de Rafale,
– une unité de drones de combat,
– plus d’avions de combat, les Rafale de la PO décolleraient de la base d’Istres

Une nouvelle prolongation, associée à un traitement d’obsolescences, peut-elle être envisagée ?

Il faudra donc attendre l’an prochain et la loi de programmation militaire pour savoir si le retrait du service des 2000C est soit confirmé, soit retardé jusqu’en 2022 en raison des nécessités opérationnelles liées. De nouvelles commandes de Rafale seront annoncées pour l’Armée de l’Air, la question étant de savoir … combien d’avions ?

Alors des Rafale sur la BA 115 dans quelques années ?

Jean-Pierre Martin-Rosset et escadrilles.org