Fil conducteur : Accueil » Actualités France » Aviation de chasse: la…

Aviation de chasse: la disette

Écrit le 29/09/17, dans Actualités France

Chasse, l’Armée de l’Air à un étiage historique

L’accident, heureusement sans gravité extrême, survenu hier à un 2000N du La Fayette, nous rappelle que ces bombardiers de plus de 30 ans d’âge vont quitter le service en 2018.

Un des 2000N du La Fayette, au printemps 2017

Contrainte à former des attelages improbables (2000D/2000N, 2000D/2000C, 2000N/2000C) pour honorer ses contrats opérationnels malgré la disette  en matériels neufs et en crédits de maintenance, l’Armée de l’Air n’aura plus en parc que 212 avions de combat à la mi-2018 (un étiage historique depuis 1914).

Les 2000C d’Orange font également leurs tours à Barkhane

La vingtaine de Mirage 2000N encore en service laissera un trou que seuls les 2000D pourront combler, la rénovation a minima de 55 de ces avions ayant été signée en juillet 2016 (suivre ce lien).

Un 2000D au printemps. Le 606 est-il promis à la rénovation … ?

On peut d’ailleurs se demander si cette rénovation n’est pas trop tardive … à force d’attendre on pourra bientôt parler de ‘prolongation’ en attendant les Rafale, à l’instar du terme qui avait été employé pour les Crusader de la Marine.

Les -5F: à Djibouti, à Baltic Air Policing … et gardiens de but de l’espace aérien national

Une flotte de 212 jets de combat assortie d’une disponibilité technique de 45% (moyenne pour 2016), cela fait 95 avions chaque jour pour assurer toutes les missions, de souveraineté, d’intervention extérieure, de participation aux grands exercices OTAN, d’entraînement opérationnel au profit des aviateurs français et étrangers (pays clients du Rafale).

Après la disparition du F-1 (et du Jaguar), les 2000D rénovés sont promis à une belle carrière africaine

Les aviateurs ont beau avoir l’habitude de Faire Face, y compris dans les moments tragiques de l’Histoire (comme en mai-juin 1940), cette désinvolture montrée par les politiques vis à vis de l’aviation militaire du pays, cela fait de plus en plus peine à voir.

Mesdames, messieurs du gouvernement: honorer Guynemer dans les discours, c’est facile. Honorer Guynemer en lui donnant des ailes, il est plus que temps.

Mais il est vrai que par nature, l’aviateur est un éternel optimiste.

Alexandre et escadrilles.org