Fil conducteur : Accueil » Actualités International… » H5 : la Trois tient le…

H5 : la Trois tient le rythme (màj)

Écrit le 18/04/16, dans Actualités Internationales

voir en bas de page une explication sur le ‘CAS’

Les 2000D dans la lutte contre Daech

Alors que l’opération Chammal va passer la borne symbolique des 1000 sorties pour l’année 2016, les équipages et techniciens de la 3ème Escadre de Chasse tiennent le rythme.

Cinq 2000D de retour de la première mission 'Scalp'

Cinq 2000D de retour de la première mission ‘Scalp’

Le détachement de 2000D basé sur la plate-forme H5 en Jordanie a effectué une bonne moitié (sans doute) des sorties de bombardement qui ont eu lieu depuis le 1er janvier de cette année.

Ce 2000D emporte une grosse munition

Ce 2000D emporte une grosse munition, peut-être une GBU-24 de 1000kg

Depuis le 19 février, ce sont 8 avions de la ‘3’ qui sont présents sur la BAP jordanienne, permettant ainsi à la France de tenir le rythme opérationnel après le départ de la force aéronavale tricolore.

Pilote de 2000D au dessus du Levant

Pilote de 2000D au dessus du Levant

Sans rentrer dans le détail des statistiques, ce qui serait peut-être déplacé, disons que la force Chammal accomplissait 77 sorties hebdomadaires au début 2016, et que depuis le 17 février, cette moyenne est de 51 sorties (de toutes natures).

Cartes des frappes dans la semaine du 6 au 12 avril

Cartes des frappes dans la semaine du 6 au 12 avril

Depuis le début de l’année, la grosse majorité des frappes sur Daech se situent en territoire irakien, dans les vallées de l’Euphrate et du Tigre. Missions de CAS, ou bombardements sur des cibles pré-planifiées.

Ravitaillement d'un 2000D par un Airbus, peut-être un 310-MRTT allemand

Ravitaillement d’un 2000D par un Airbus, peut-être un 310-MRTT allemand

La force ‘2000D’ bénéficie de la proximité relative de H5 par rapport aux théâtres d’opération, d’où une moindre tension sur le ravitaillement en vol (comparé aux Rafale du 3/30).

Décollage du 3-MQ, aux couleurs de l'Argonne,

Décollage du 3-MQ, aux couleurs de l’Argonne, avec une paire de GBU de 250 kg

Depuis le début de l’année la force française Chammal a ainsi effectué 730 missions de bombardement, dont 214 ont donné lieu à des tirs. 352 objectifs de l’armée terroriste ont ainsi été atteints.

Diagramme illustrant la terminologie

Diagramme illustrant la terminologie ‘sortie’ ‘frappe’ ‘objectif détruit’

Chammal est ainsi l’opération la plus intense dans la durée à laquelle la France a participé, depuis le conflit en ex-Yougoslavie. La force de la participation française est motivée par les attaques directes que notre pays a subi.

H : préparation d'un Mirage avant une mission

H5 : préparation d’un Mirage avant une mission

Une autre nouveauté: le nombre de munitions consommées, toutes des munitions guidées laser ou laser-GPS. A la clef, l’absence de dommages collatéraux, et des armées terroristes sur le recul, au moins en Irak.

2000D avec Scalp, sans doute le 17 mars

2000D avec Scalp, sans doute le 17 mars

Avec plus de 20% de son potentiel engagé au Levant (estimation personnelle), la Trois est aux avant-postes de cette lutte contre la barbarie. Par la réussite de ses missions, l’escadre lorraine justifie pleinement sa réputation, et ses ‘muds’ contribuent à l’érosion continue du potentiel terroriste.

Addendum

La page ‘Opérations’ de l’EMA fournit cette semaine une très bonne explication sur ‘l’Appui Aérien Rapproché’

 »
Les missions d’appui au sol : capacité déterminante apportée par la Coalition aux forces irakiennes

Les équipages de l’armée de l’air engagés en Irak et en Syrie, réalisent trois grands types de mission : des missions de renseignement, des frappes sur des objectifs planifiés et des frappes d’opportunité.
Les missions d’appui au sol (Close Air Support ou CAS) sont des frappes d’opportunité destinées à aider les forces irakiennes engagées au sol dans les combats contre Daech. Ces missions permettent d’exercer une pression permanente sur l’adversaire, tout en confortant l’action des troupes au sol.
Dans les zones les plus sensibles ou les zones d’effort, ce soutien est quasi permanent, de jour comme de nuit. Pour les combattants au sol, cette permanence représente la garantie de pouvoir bénéficier à tout moment d’une frappe permettant de venir à bout d’un point de résistance ou de se dégager d’une difficulté.
Dans les airs, cette notion de permanence reste toutefois très délicate. En effet, un avion ne peut demeurer indéfiniment en vol. Pour obtenir une telle permanence, la coalition doit donc s’appuyer sur l’ensemble des chasseurs dont elle dispose, en répartissant leur emploi selon des créneaux horaires (Slot ou Time Block) sur une zone donnée. Assurer les combattants irakiens de pouvoir disposer d’un appui CAS implique donc un travail de planification important des moyens aériens disponibles.
Chaque patrouille de chasseur est ainsi engagée dans le cadre d’une manœuvre d’ensemble, sur un créneau horaire spécifié et au-dessus d’une zone précise.
En fonction du déroulement des combats au sol, les aéronefs peuvent être amenés à réaliser une ou plusieurs frappes. Coordonnées depuis le centre de commandement des opérations aériennes d’Al Udeid (CAOC) au Qatar, elles sont conduites sur demande des forces locales engagées contre Daech. Elles ne sont donc pas systématiques. Il arrive par conséquent que certains chasseurs rentrent de mission sans avoir eu à utiliser leur armement, alors que d’autres seront amenés à bombarder à plusieurs reprises.
L’appui au sol constitue une capacité déterminante apportée par la Coalition aux forces irakiennes dans leur lutte contre Daech, tant sur le plan moral (certitude de pouvoir bénéficier d’une frappe) que sur le plan tactique, lorsqu’un bombardement frappe effectivement l’adversaire.
« 

Alexandre et escadrilles.org

Remerciements: toutes les illustrations et données sur les missions sont extraites de la page Opérations de l’EMA.