Fil conducteur : Accueil » Actualités International… » Etats-Unis : débats…

Etats-Unis : débats autour du F-35

Écrit le 04/03/16, dans Actualités Internationales

Les qualités multi-rôles du JSF toujours discutées …

Bon pour le CAS ?

La polémique est vive sur la capacité du F-35 à remplacer le A-10 dans la mission de Close Air Support: un échange pour le moins décoiffant a eu lieu entre le sénateur McCain, rapporteur sur le budget des armées US, et le général Welsh, chef d’Etat-Major de l’USAF (voir cet échange ici, c’est facile à comprendre).

A10 du 23e FW

A10 du 23e FW

Le sénateur conteste la capacité future du JSF en matière de CAS sur la base des opérations actuelles, pour lesquelles le A-10 n’est pas remplaçable.

Bon pour le dogfight ?

En même temps, le débat reste très ouvert quant à la capacité du Joint Strike Fighter à s’imposer dans un combat aérien face à ces avions de 4ème génération (style F-16, MiG-29, Mirage 2000). La polémique était arrivée lorsqu’un rapport avait relaté l’infériorité du F-35 dans un combat rapproché face à un F-16, dans des exercices de type BFM: le JSF était incapable d’effectuer des virages à haute incidence en conservant son énergie. Le pilote du JSF était réduit à exécuter des manoeuvres hétérodoxes pour tenter de se placer dans la queue de son poursuivant, manoeuvres très risquées en combat réel (voir ici un article récent de ‘War is boring’ relatant ce rapport).

D'un seul coup d'oeil on devine qui va gagner le dogfight ...

D’un seul coup d’oeil on devine qui va gagner le dogfight … ce n’est pas l’avion qui ressemble à un attaché-case !

Mais le débat continue, sous la forme d’articles produits par le pilote norvégien Hanse Morten sur son blog: Hanse n’est pas le premier venu, avec plus de 2000 heures sur F-16, et il suit son cursus avancé sur F-35A à Luke. Le pilote de la RNAF a expérimenté des manoeuvres capables de lui faire gagner un combat tournoyant (voir son exposé en norvégien et … en anglais, ici).

L'équation des Marines, Harrier + Hornet = Lighting

L’équation des Marines : Harrier + Hornet = Lightning

En gros, le pilote de F-35 peut casser sa vitesse en adoptant une incidence énorme (tout en restant contrôlable), et ainsi pointer son nez sur son poursuivant qui l’aura overshooté. Un genre de ‘cobra’ revisité. Et s’il manque son tir, il peut utiliser son très gros moteur pour reprendre de la vitesse rapidement (remarque: pas sûr cependant qu’un pilotage au frein et à l’accélérateur soit discret pour les missiles IR de l’adversaire …).

F-35 tirant un des deux AIM-120 qu'il emporte en soute

F-35 tirant un des deux AIM-120 qu’il emporte en soute

Mais pour le pilote norvégien, le meilleur argument de combat air-air du F-35 reste sa capacité à exploiter ses senseurs et ses missiles longue portée pour abattre son adversaire sans être vu. Et s’il a épuisé ses armes BVR, le pilote du JSF peut arriver en combat rapproché dans une configuration favorable, grâce à sa discrétion (voir cette partie de l’exposé ici).

Reste que l’argument de l’avion lance-missiles ‘arme suprême’ avait déjà servi, c’était avec les F-4B et F-4C, au temps du Vietnam. Il est vrai qu’un demi-siècle a passé depuis … Le Lockheed-Martin F-35 est en tout cas une source inépuisable de débats, de controverses, un peu comme l’avait été en son temps le Lockheed F-104 Starfighter.

Alexandre et escadrilles.org