Fil conducteur : Accueil » Actualités France » Dijon ferme, Evreux se…

Dijon ferme, Evreux se muscle

Écrit le 29/10/14, dans Actualités France

Restructurations: et le gagnant est …

La roulette a encore tourné, et les jeux sont faits pour 2015. Dans le grand jeu de chaises musicales qui se déroule chaque année depuis 2005, à peu près, on sait désormais quels sont les aviateurs qui devront refaire leurs cartons l’année prochaine. Certains (tels ceux du CFA de Dijon) n’auront d’ailleurs pas forcément eu le temps de déballer les affaires du précédent déménagement. Si le ministère de la Défense fait ainsi des économies, ce n’est certainement pas sur le chapitre des mutations des aviateurs.

Les CN-235 de Creil se déplacent vers l'ouest

Les CN-235 de Creil se déplacent vers l’ouest

Une plate-forme va gagner en importance, la base aérienne 105 d’Evreux-Fauville: la BA 105 « Commandant Viot » hébergeait déjà l’ET 1/64 Béarn, l’ET 2/64 Anjou, le discret EEA 54 Dunkerque, le plus que discret GAM 56 Vaucluse, ainsi que l’escadrille d’instruction des équipage 01/340 (sur Transall NG). A partir de 2015, les ET 1/62 Vercors et 2/62 Ventoux font mouvement vers la Normandie. Ils laisseront ainsi la base aérienne 110 sans aéronefs postés. Une question se pose cependant: si l’Etat-Major souhaite faire l’économie des infrastructures aériennes sur la BA 110 (qui rappelons-le abrite plusieurs unités non volantes, mais importantes, ainsi que le personnel de l’ET 3/60 Estérel), où basera-t-on la PO qui est actuellement postée à Creil ? Sûrement pas à Cambrai-Epinoy. Ou bien ce détachement « PO nord de Paris » est-il voué à disparaître ? Etait-il inutile ? Pourquoi ? J’aimerais bien que ma boule ce cristal ne reste pas muette …

Mirage 3C 1984 nez

La 10ème escadre à Creil, c’est maintenant de la préhistoire

La base aérienne 110 subira une déflation de ses effectifs, peut-être compensée par l’augmentation du volume de la branche « Renseignement » des armées. Par contre, on s’achemine vers la fermeture en 2015 de la base aérienne 102 « Capitaine Guynemer », conclusion logique du déménagement en 2011 de l’EC 1/2 Cigognes (vers Luxeuil) et en 2014 de l’ECE 2/2 Côte d’Or (vers Cazaux).

2000 102-EJ du 1/2 "Cigognes"

2000-5 102-EJ du 1/2 « Cigognes » vu à Salon le 2 juillet 2010

S’il fallait un symbole pour signifier que l’Armée de l’Air avait changé d’époque, nous le tenons ici: Tanguy et Laverdure devenant des « sans domicile fixe », voici un épisode des Chevaliers du Ciel que l’on ne souhaitait pas voir. Les temps changent, et le temps du CAFDA à 10 escadrons l’arme au pied pour défendre les cieux hexagonaux face à une attaque massive des « méchants » du Pacte de Varsovie, ce temps-là est révolu. La France n’est plus menacée par des hordes de MiG et de Sukhoi surgissant de l’Est.

L'Alphajet biroutier, au roulage à l'issue de sa mission

L’Alphajet du 2/2 en mission biroutier … en 2013

Deux plates-formes voient leur destin figé, au moins provisoirement: celle de Luxeuil-Saint Sauveur et celle d’Orange-Caritat. La base aérienne 116 « Lieutenant-Colonel Papin » avec son unique escadron de défense aérienne, le 1/2 Cigognes, sont préservés: Tanguy et Laverdure ont finalement un domicile fixe. La base aérienne 115 « Capitaine De Seynes » est, elle, renforcée, puisque deux unités non volantes hébergées à Longvic vont y faire leur nouveau nid. Les destins de ces deux bases sont apparemment liés, puisqu’elles ont le point commun d’abriter chacune un escadron de 2000 bleus …

2000B_2014_YE-KO

Le 2/5 Ile-de-France conserve ses quartiers sur la base vauclusienne

Le ‘102’ ne répondra bientôt plus, mais il y aura encore quelqu’un au bout du fil au ‘115’ et au ‘116’. Toutefois, remarquons que concernant ce dernier numéro, le plan tracé ne correspond pas du tout à la logique édictée par le précédent gouvernement, celle de « grosses plates-formes abritant plusieurs unités aériennes » . Alors, de deux choses l’une: soit la logique a changé, c’est-à-dire que le ministère de la Défense fait à nouveau de l’aménagement du territoire (voir la déclaration récente du CEMAT) … soit tous les lapins ne sont pas encore sortis du chapeau.

2000 2012 116-EL

Une décoration spéciale digne des « Cigognes », en 2012

Plus généralement, l’Armée de l’Air a été bien secouée durant les deux décennies écoulées. Il faut que l’institution soit robuste et animée de personnes solides pour continuer à remplir ses missions avec efficacité, au milieu de ce chambardement permanent. Malgré tout, le temps d’une pause dans les restructurations serait certainement bienvenu. Ne serait-ce que pour observer si les économies escomptées sont au rendez-vous ?
Espérons donc que le 80ème anniversaire de l’Armée de l’Air voit la fin d’une ère de bouleversements, dont l’origine est à trouver au début des années 90. Les hordes de MiG et de Sukhoi sont bel et bien derrière nous, mais le nombre et la diversité des missions des aviateurs ont en fait augmenté. Une certaine stabilisation au niveau organisationnel ne serait certainement pas nuisible à l’efficacité de notre force aérienne …

Alexandre et escadrilles.org