Fil conducteur : Accueil » Actualités France » Alouette III « Marine »:…

Alouette III « Marine »: irremplaçable

Écrit le 24/08/14, dans Actualités France

Une cinquantenaire toujours battante

Les hélicoptères Alouette II et III de Sud-Aviation marquèrent l’irruption du bureau d’études français dans la cour des grands hélicoptéristes, une histoire qui se continue grâce à Eurocopter (ou Airbus Helicopters). Plus d’un demi-siècle après son premier vol l’Alouette III occupe toujours une place importante dans l’organigramme de la Marine Nationale.

Alouette III en 2010 35F

Alouette III de la 35F en 2010 à Hyères

Il reste encore plus d’une quinzaine de ces Alouette en service, avec deux versions: la SA-316B (turbomoteur Artouste) et la SA-319B (turbomoteur Astazou), avec respectivement 6 et 12 exemplaires utilisés. Si les premières volent surtout en mission école, à l’escadrille 22S de Lanvéoc-Poulmic, on voit encore fréquemment les secondes sur tous les types de frégates, et aussi sur les BPC ou le Charles de Gaulle.

La frégate furtive La Fayette accompagne le célèbre Mistral ... avec son Alouette

La frégate furtive La Fayette accompagne le célèbre Mistral … avec son Alouette

Même si elle ne disposent plus d’armement de bord, les Alouette III sont employées pour tous les types de missions par les équipages de la flottille 35F, basée à Hyères. Du transport de commandos à la mission « Pedro », en passant par la livraison de courrier ou de vivres …

Sortant du port de Ponta Delgada (Sao Miguel, Açores)

Sortant du port de Ponta Delgada (Sao Miguel, Açores) en juillet 2014, notre Alouette de la 22S est préparée pour une mission pacifique

Performance (et oui), fiabilité, facilité de pilotage, économie d’emploi, ce sont ces qualités qui font des Alouette III de la Marine des hélicoptères irremplaçables … même si l’on parle de louer des EC-120 Colibri pour la mission « école » de la 22S.

Vue sur la turbine Astazou et l'insigne de la 35F

Vue sur la turbine Astazou et l’insigne de l’escadrille 22S, bien visible

L’escadrille 22S de Lanvéoc-Poulmic a cependant grand besoin de ses Alouette car elle arme trois détachements permanents et deux détachements occasionnels. Grâce aux Alouette, la 22S est ainsi une des formations de l’Aéro sur laquelle « le soleil de se couche jamais » …

Pourtant, lorsqu’il n’y aura plus de turbines en stock, que fera-t-on (après 2020) ?

Alouette 2009 35F-237

Pour remplacer l’Alouette, quoi de mieux que l’Alouette NG !!

Supposons que les états-majors éditent les spécifications d’un hélicoptère simple, strictement adapté à des missions non combattantes, et dénué des sophistications à la mode mais superflues … les industriels seraient-ils encore capables de concevoir cette machine et de la fabriquer pour un coût égal à celui des Alouette des années 60 ?

Alexandre et escadrilles.org