Fil conducteur : Accueil » Actualités France » Dissuasion

Dissuasion

Écrit le 04/04/14, dans Actualités France

La composante aérienne, indispensable

Comme le rappelle le Blog RP Defense, il y a toujours de grands esprits pour remettre en question la dissuasion française. La dissuasion n’est pas un dogme, seulement une assurance-vie. On a vu comment l’ours russe (respectable s’il en est) n’a fait qu’une bouchée de la Crimée, la reprenant à un Ukraine qui s’est dépouillé de ses atouts nucléaires contre les « garanties » des puissances occidentales et de la Russie de 1990.
Un connaisseur, le général Lanata, fait une courte analyse de la problématique de la dissuasion française.

Rafale 2014 312-113-HF

En tant que simple citoyen et nullement initié aux subtilités de la stratégie, on peut ajouter quelques remarques basiques sur la valeur de la composante aérienne de la dissuasion (deux escadrons seulement, après la dissolution du 1/4 et du 3/4 en 2010-2011, associés à un escadron de ravitailleurs et à toute la logistique spécialisée). Surtout que les sous-mariniers ont sans doute la tentation d’avancer que seule la composante navale de la dissuasion (qui comprend aussi des avions) est indispensable.
la composante aérienne donne la souplesse nécessaire à un exercice efficace de la dissuasion (possibilité d’annuler une mission déjà débutée, possibilité de « gesticuler » en cas de crise montante),
l’indétectabilité des SNLE est une notion relative, qui demande sans cesse à être prouvée face aux progrès constants de la lutte ASM,
– de plus, un sous-marin est localisé dès qu’il a tiré un unique missile,
– la fiabilité des missiles des sous-marins n’est pas de 100% (des tirs récents l’ont prouvé),
– la frappe nucléaire aéroportée peut être facilement dosée.

2000N 2011 353

Avec ces remarques à l’esprit, on souhaite bons vols aux escadrons FAS. Rappelons que le 2/4 La Fayette doit entrer en transformation bientôt, et s’équiper de Rafale, comme le 1/91 Gascogne.

Alexandre et escadrilles.org