Fil conducteur : Accueil » Actualités International… » Question de génération

Question de génération

Écrit le 06/11/11, dans Actualités Internationales

F22, 5ème, sans ascenseur …

Le concept de « chasseur de 5ème génération » est apparu avec le Lockheed-Martin F-22, une catégorie spéciale clairement créée par les constructeurs US pour marquer leur « totale supériorité » en matière d’aviation de combat.

Le F-22 de chez Lockheed

Le F-22 de chez Lockheed, suprématie aérienne totale, probablement

Bien sûr c’est le caractère « invisible » qui est la marque de fabrique de ce concept de 5ème génération inventé outre-Atlantique, mais pas seulement: un système totalement intégré et discret permettrait à l’avion une totale suprématie dans le (grand) volume qui l’entoure.

le F-22 Raptor

Le Raptor, un bijou de technologie pas encore au point

Le bijou est si cher que même les USA ne peuvent se permettre d’en acheter plus de 187 (au lieu de 750 prévus). De plus, ces merveilleux avions avions ont passé plus de 4 mois scotchés à terre à cause d’un problème technique en 2011. Car même si les ingénieurs parviennent à concevoir un système aussi compliquéque le Raptor (pour le double du prix prévu), la sophistication extrême entraîne un manque de fiabilité (ce n’est pas exclusif au F-22). Et les ingénieurs ne savent pas vraiment prévoir les coûts de maintenance.

Arrivée du petit frère

Comme il faut faire moins cher (et exportable), la même entreprise conçoit et fabrique donc le léger F-35 Lightning II: histoire de simplifier le tout, on fera le « même » avion pour les trois des quatre forces aériennes US, et comme les ingénieurs savent tout faire, pour moins cher qu’un F-16, on aura un avion à atterrissage vertical (F-35B).

Lockheed Martin F-35B

Lockheed Martin F-35B, version des Marines (et plus si affinité)

Cette usine à gaz devra être capable de réussir la « première attaque » en milieu fortement défendu, en décollant d’un navire d’assaut (avec deux bombes et deux missiles air/air). Mais il y a des soucis de mise au point, ce qui est normal, le pari n’est-il pas trop audacieux ? En tout cas, les Britanniques, British Aerospace étant partenaire de premier rang du F-35, décident d’être prudents et réorientent leur choix vers le F-35C, version navale classique.

le F-35C, version US Navy

le F-35C, version US Navy (et sans doute Royal Navy aussi)

La version navale est plus lourde, avec une plus grande voilure, et plus d’autonomie (voir les specs). Si elle semble moins risquée, sa mise au point est également en retard. L’US Navy s’apprêterait à commander plus de Super Hornet que prévu, sait-on jamais. Les composites et les alliages super-légers seront-ils à la hauteur des contraintes extraordinaires subies sur un porte-avions … ça se calcule, mais il peut arriver des imprévus !

F-35A de l'USAF

F-35A de l’USAF, prévu aussi pour plusieurs pays européens

Le F-35A « de base » est le moins risqué des trois types, d’ailleurs sa mise au point est moins en retard que celle des F-35B et C. Seul problème: il a intérêt à être irréprochable, car il a la redoutable tâche de remplacer le surdoué de la 4ème génération, le F-16. Et bien sûr d’être moins cher (on ne rit pas), et plus facile à entretenir (ça, on verra).

Le coup de maître de l’Oncle Sam est en l’occurrence d’avoir associé les industries et gouvernements de plusieurs pays qui comptent en Europe. Coup double: on assure les débouchés, et on coupe l’herbe sous le pied d’un éventuel futur compétiteur. Cerise sur le gâteau, les Typhoon, Rafale et Gripen NG à peine sortis d’usine se voient relégués à la triste condition de « chasseur de 4,5 ème génération », dixit outre-Atlantique bien sûr.

En vérité, ce sont les conflits réels qui disent à quelle génération appartiennent les avions de chasse: on a vu des MiG-17 (soi-disant de première génération !) damer le pion à des F-105 (de « seconde génération« ) ou des Phantom (dits de troisième génération), au Vietnam. L’adversaire coriace a une fâcheuse tendance à jouer à un autre jeu que celui dont on a soigneusement écrit les règles. Ce concept de génération n’est pas très clair en fin de compte, il ne faut pas s’y laisser enfermer.