Fil conducteur : Accueil » Actualités France » Les PC-6 de l’ALAT

Les PC-6 de l’ALAT

Écrit le 29/01/17, dans Actualités France

PC6_888_MCB_2014-jp

Un Pilatus peut en cacher un autre !

A l’aube des années quatre-vingt-dix l’ALAT exploite encore une petite poignée de vénérables Max Holste 1521 Broussard à partir de sa base de Montauban. Montauban est le siège de ce qui est alors appelé ERGM-ALAT (Etablissement de Réserve Générale du Matériel de l’ALAT); de nos jours il s’agit du 9e BSAM (9e Bataillon de Soutien Aéromobile). Les appareils sont mis en oeuvre par la section de convoyage partie intégrante de l’ERGM.

Dernier Broussard, à Montauban le 1e juillet 1993

Dernier Broussard, à Montauban le 1er juillet 1993

En compensation de l’achat par la Suisse de Super Puma, la DGA passe commande de cinq Pilatus Turbo Porter, en 1991. Ces appareils de type PC-6/B2-H4 (c/n 887 à 891, indicatifs respectifs F-MMCA à F-MMCE) sont mis en service à la fin de l’année 1992. Ils tombent à pic pour remplacer les Broussard à bout de potentiel.

Le 888 vu au Luc en mai 2003

Le 888 vu au Luc en mai 2003

Pour cela, il est créé un “Peloton Pilatus” au sein de ce qui est devenu l’ECM (Escadrille de Convoyage de Matériel) au cours de cette même année. Puis en 1998, le Peloton Pilatus fusionne avec l’ECM pour former l’ETCM (Escadrille de Transport et de Convoyage du Matériel).

Déco spé pour le 891, vu en Angleterre en 2004

Déco spé pour le 891, vu en Angleterre en 2004

Le PC-6 est un appareil utilitaire à ailes hautes, à décollage et atterrissage courts, qui a fait son premier vol en 1959 avec un moteur à pistons. En 1961 par adaptation d’une turbine il donne naissance au Turbo Porter. Le PC-6/B2-H4, équipé d’une turbine Pratt & Whitney PT6A-27 de 680 cv, en est la version la plus évoluée. Sa vitesse de croisière est de 125 noeuds (232 km/h); sa vitesse ascensionnelle de plus de 8 m/s en fait un excellent avion largueur. Il est capable d’opérer à partir de terrains sommaires et d’embarquer 9 à 10 parachutistes.

Vu en 2016 sur le terrain de Gap, le 887

Vu en 2016 sur le terrain de Gap, le 887

A leur livraison, les appareils étaient entièrement peints en vert armée. Cette décoration initiale a laissé la place à une décoration moins guerrière mais plus élégante (blanche avec une bande bleue le long du fuselage) appliquée en 2003 sur le MCD, puis à partir de 2005  sur les autres appareils, toujours par Icarius.

Egalement sur terrain de Gap, mais en 2014, le 889

Egalement sur le terrain de Gap, mais en 2014, le 889

Au sein de l’ETCM les missions des Pilatus sont le convoyage de pièces de rechange pour les hélicoptères des autres unités ALAT (Pau, Le Luc, Phalsbourg, Etain, Valence,…..), le largage au profit d’unités parachutistes de l’armée de terre (Pau, Tarbes, Pamiers, Castres,……) et le transport d’autorités.

Le 890 en finale au Cannet-des-Maures, en 2013

Le 890 en finale au Cannet-des-Maures, en 2013

Les avions du Peloton Pilatus sont également des visiteurs réguliers du terrain de Gap-Tallard où la société Icarius Aérotechnics est chargée de leur MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) depuis 2002. Ils se rendent également souvent à Marignane, siège d’Airbus Helicopters, pour des motifs qui sont évidents.

Sur le terrain de Valréas en juillet 2013, le 890

Sur le terrain de Valréas en juillet 2013, le 890

Enfin il est à noter qu’un appareil est détaché à Gao au Mali depuis 2013 au profit des opérations Serval puis Barkhane.

Copyright: Jean-Pierre et escadrilles.org

Références:
– www.alat.fr de Christian Malcros pour l’historique..
– www.pc-6.com Markus Herzig.
– www.icarius.fr de la société.
– www.ladepeche.fr différents articles sur le 9e BSAM.